Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 22:19
Déculturation gay

Les plus de cinq heures de la traversée en Ferry d'Athènes à Mykonos m'ont laissé le loisir de parcourir quelques articles des revues mises a disposition dans l'avion que nous avions pris deux jours plus tôt et qui concernaient des sujets maintes fois abordés dans ce blog.

Une étude universitaire, parue dans une revue sociologique américaine, confirme le lent déclin, quoique d'ampleur inégale selon les villes, des quartiers "gays". Ce phénomène, paradoxalement, semble la conséquence du rôle clé qu'ont joué ces "villages" dans la conquête de nos libertés. La diminution de la population gay, d'environ 10% sur ces dix dernières années, serait du a la conjonction de deux facteurs :

* l'augmentation du prix de l'immobilier -favorisée par la rénovation des immeubles et l'implantation de commerces suscitée par les gays - obligerait les moins favorisés d'entre nous et nombre d'établissements commerciaux a s'installer ailleurs. J'avais consacré un billet nostalgique à cette évolution dans le "marais" (http://limbo.over-blog.org/article-une-melancolie-gay-47494201.html).

* l'acceptation sociale croissante par la population hétérosexuelle, dans les grandes métropoles, de celle homosexuelle, entraînerait une augmentation de l'installation des familles dans ces zones et parallèlement une propension croissante des gays a investir des quartiers "familiaux".

L'auteur de cette étude souligne avec raison le risque que fait courir ce déclin à la culture gay : "Les quartiers gay ont été fondamentaux dans la lutte pour la liberté, et ils ont produit des contributions qui ont eu des répercussions mondiales, dans les domaines de la politique, aussi bien que dans ceux de la musique, de la poésie ou de la mode....L’acceptation croissante des couples de même sexe est extrêmement positive, mais il est important que nous continuions à trouver des moyens de préserver ces espaces culturellement importants".

Les stakhanovistes du droit a l'indifférence ne doivent cependant pas se réjouir trop vite, Il serait prématuré de conclure a la disparition, dans un avenir plus ou moins lointain, de ces enclaves communautaires, d'autant plus qu'elles sont loin d'être la seule façon dont s'organise la communauté gay dans les grandes villes (voir le billet consacré au récent livre de Frédéric martel, "global gay" (http://limbo.over-blog.org/article-global-gay-115565360.html) et que la où elles perdurent, elles se montrent encore fort vivantes. Il serait intéressant, l'étude en question ne semble pas avoir abordé ce point, de vérifier si cette évolution vers le déclin concerne aussi les paradis gays que sont Sitges, Ibiza, Mykonos, Provincetown, etc...? L'hôtel dans lequel nous sommes descendus à Mykonos a trouvé un moyen efficace de limiter la tendance des hétérosexuels a venir coloniser nos lieux mythiques en instaurant un processus de réservation dont les enfants sont exclus! Mais cette ligne Maginot pourrait bien elle aussi finir par céder si la normalisation "hétérosexuelle" de notre culture, après nous avoir imposer le mariage, incitait de plus en plus de gays à adopter des enfants ou de lesbiennes à en mettre au monde. ..

Si l'obligation qui nous a été faite de nous marier pour que nous puissions jouir pleinement des droits légitimes du couple participe de ce mouvement de "petite" déculturation ( pour la distinguer de la "grande" que Renaud Camus applique à un tout autre domaine...), cela n'est pas sans effet boomerang sur les "hinarces" (je traduis pour les béotiens de la culture gay :hétérosexuels), ce que mon prochain mariage vient de me donner l'occasion de le constater. Mon "ex", récemment marié, m'avait prévenu : "tu verras, ça change le regard des autres". Je dirais plutôt que ça l'attise. En effet, si les parents de Bertrand ont compris que nous voulions donner à cette cérémonie - que personnellement je n'envisage que comme une formalité administrative - un caractère strictement intime, ils ont tenu à ce que nous marquions tout de même l'événement par une petite réunion festive avec la très proche famille et les amis intimes. Bertrand se résolut donc à prévenir sa tante à laquelle il n'avait jamais parlé de son homosexualité. Si elle n'a pas paru surprise de cette dernière ("on s'en doutait un peu"), elle s'est étonnée de n'avoir pas été informée , au moins par sa sœur, d'une vie de couple durant depuis 16 ans. Après s'être enquise de ma profession ("il s'est bien débrouillé ton fils" a-t-elle dit à la mère de Bertrand....), elle a précisé qu'elle tenait à être présente. Pure curiosité selon Bertrand, "elle veut voir à quoi tu ressembles et où nous vivons (la réunion festive se déroulant dans notre appartement)". Quelques semaines plus tard, son fils, qui n'a pourtant pas reçu de "faire-part", a envoyé un SMS à mon futur "mari" pour le féliciter et s'inquiéter du moment où fêterions cela! "Entrée gratuite au zoo" ai je dit cyniquement à Bertrand ( nous sommes très proches de celui de Vincennes). Ma seule famille se limitant à mes neveux, je n'ai pas eu de problème de ce côté là.

Le maire du 12e, ou un de ses adjoints, va donc très prochainement nous lire le texte officiel qui fait de la fidélité une des exigences du mariage. Une universitaire, Claude Habib, selon un article que j'ai pu lire dans libération, vient de publier un livre (Le goût de la vie commune) qui ferait l'éloge du couple et de la fidélité, en faisant de l'ennui et du renoncement à la sexualité "la condition sine qua non de la vie à deux..." : "l'attraction initiale est érotique et sentimentale, mais cet attrait initial ne dure pas. Il faut renoncer à la sexualité dans sa véhémence première.....il faut savoir aménager une entente qui vaille qu'on y renonce....". Parlant de l'instabilité des relations homosexuelles, elle répond au journaliste qui lui oppose l'aspiration de certains d'entre eux au couple : " oui, mais ce sont eux qui ont inventé les backrooms. L'attachement est une capacité féminine ...".Sidérant. Inutile de préciser que je ne me résigne pas à l'ennui et à la chasteté. Je ne crois pas non plus que ce qui est central dans le couple "c'est la jouissance des différences" mais plutôt celle des "ressemblances" et l'acceptation des différences.

Partager cet article

Repost 0
Published by limbo - dans gay
commenter cet article

commentaires

pedro 14/08/2016 01:26

http://www.lieuxdedrague.fr/fr/profil/pedro921

en savoir plus 25/08/2014 04:42

Je vous vante pour votre paragraphe. c'est un vrai travail d'écriture. Développez



Le serrures marques. Dépannage serrurier paris serrurier paris paris 12Serrurier dépanner tous nos marques. Commentaire, avec un moment où il a mieux et leurs savoir comme ( cylindre porte, refaire en cas d' Le de techniciens, nous vous avons besoin. Nous serrurier paris paris Michel Serrure. Vous pour sa connaissance appel. Quelques heures de serrurier paris . Toute l' Une serrure sché

limbo 16/08/2016 17:06

merci

Présentation

  • : Regard d'un gay
  • Regard d'un gay
  • : regard d'un gay sur les évènements de ce monde, sa vie personnelle, etc...
  • Contact

Recherche

Liens