Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 16:42
Du déni du réel à sa caricature

Même si Jean-Jacques Goldman est à la chanson française à texte ce qu’Amélie Nothomb est à la littérature, on a du mal à comprendre comment les paroles de sa dernière création pour les enfoirés, ni meilleure, ni pire que les autres, ait pu susciter une telle polémique jusqu’à amener Jacques Attali à sortir de son champ d’expertise ! Twitter et ses avatars sont devenus un effroyable « Big Brother » technologique permettant à la doxa du politiquement correct de mettre sur pied une police de la pensée dont les moyens ne sont plus la prison (du moins pas encore...), comme dans le roman de Georges Orwell, mais le lynchage médiatique…

Ce système de contrôle, piloté par la sphère médiatico-intellectuelle, fonctionne sur le déni du réel au nom d’un humanisme basé sur les valeurs des Lumières et de l’idéologie égalitaire post- soixante-huitarde. L’actualité récente démontre l’efficacité redoutable de ce système. Nous sommes ainsi fermement priés de qualifier les 21 victimes de Daesh en Egypte, de « ressortissants » égyptiens et non de « coptes », c’est-à-dire de chrétiens : les islamistes radicaux seraient des « produits de notre société » (selon l’expression d’Eddy Plenel), victimes de l’exclusion sociale et de nos antécédents colonisateurs , mais il ne saurait être question d’accorder ce statut de victime à des chrétiens au risque d’admettre que ces fanatiques islamiques sont en fait des produits de leur religion. De même, la pression de la doxa médiatique est si forte que Laurent Ruquier nous a donné le pitoyable spectacle d’un peu courageux retournement de veste en déclarant regretter d’avoir donné la parole à Eric Zemmour qui a pourtant fortement contribué au succès de son émission, sans même s’apercevoir, comme l’a justement remarqué Jean-François Kahn, qu’Éric Caron, virtuose du déni du réel, joue bien plus ce rôle de facilitateur du vote Front National que celui qu’il a remplacé (du moins « virtuellement » car on imagine mal que cette émission, temple de la bien-bien-pensance bobo, puisse être suivie par de potentiels électeurs du FN…).

Comment s’étonner que cette persévérance dans le déni du réel ait pour conséquence que ce dernier prenne sa revanche en prenant le masque de sa caricature qu’en donne le FN et une partie de l’UMP. Car ce réel quotidien que vivent les populations les plus exposées et que l’idéologie de gauche tente désespérément d’occulter, elles le perçoivent dans la caricature qui lui est substituée et se jettent de plus en plus nombreuses dans les bras de ses promoteurs.

Ceux à gauche qui tentent de regarder la réalité en face, comme Malek Boutih ou Michel Onfray (je suis loin de partager nombre de ses positions, mais ce n’est pas le sujet), sont aussitôt accusés de réhabiliter un discours d’extrême droite…Et puis il y ceux qui comme Manuel Valls sont sur une position schizophrénique : incontestablement dans le camp des réalistes sur le plan économique et sur la question sécuritaire, mais encore dans le déni sur la plan de sa phraséologie qui reste imprégnée de la vulgate humaniste gauchisante quand il s’en prend à Houellebecq ("La France ce n'est pas Michel Houellebecq ») qu’il n’a manifestement pas lu, où à Michel Onfray (accusé de "perdre les repères" et de « préférer l'intellectuel de la Nouvelle droite, Alain de Benoist, à l'intellectuel présenté comme étant de gauche Bernard-Henri Lévy »). Certes il lui faut composer au moins sur le plan du langage avec les «frondeurs», mais pour que la France évite de « se fracasser contre le mur de l'extrême ... du Front national », ce qui est «dit» et plus immédiatement perçu que ce qui «est fait».

"S’il faut une explication de texte à Manuel Valls (...) je disais que, moi qui suis de gauche, je préférais une idée juste, fut-elle de droite, à une idée fausse même si elle est de gauche, surtout si elle est de gauche. Quel philosophe, quel citoyen même, pourrait soutenir le contraire d’ailleurs, sauf à préférer l’erreur et le faux pour des raisons idéologiques ?"

(Michel Onfray, interview au Huffington Post, 2015)

Partager cet article

Repost 0
Published by limbo - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regard d'un gay
  • Regard d'un gay
  • : regard d'un gay sur les évènements de ce monde, sa vie personnelle, etc...
  • Contact

Recherche

Liens