Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 16:07
Histoires homosexuelles

La rentrée littéraire de janvier, loin de la pollution des prix, nous a livré un nouveau court roman d’Edouard Louis, « histoire de la violence », dont j’avais dit sur ce blog tout le bien que je pensais de son premier opus, «Eddy belle gueule». Je me serais à nouveau laissé emporter par son style (ou plutôt ses styles…) à bout de souffle, si j’avais pu adhérer à cette histoire où notre intellectuel, «dragué» aux abords de la place de la République par un jeune kabyle, l’amène chez lui pour un nuit qui débute par des ébats amoureux torrides et se termine par un vol et un viol. Cette mésaventure racontée à deux voies, la sienne dans une belle langue aux longues phrases à la ponctuation surprenante, et celle de sa sœur, qui parle « comme le peuple », technique déjà éprouvée dans son premier roman, se révèle assez vite n’être qu’un manifeste politique du disciple de Bourdieu et du protégé de Didier Eribon. Ce que l’on tente de nous faire croire ici, c’est que l’innocence n’est pas du côté que l’on croit : la victime est coupable, de par sa position sociale, de par notre passé colonial et de l’exclusion sociale des immigrés. Antienne déjà entendue à propos des radicalisés islamiques…Le narrateur ne portera donc pas plainte, puisque selon cette philosophie « en miroir » de celle de René Girard, ce n’est pas l’innocence de la victime qu’il faut proclamer, mais celle des persécuteurs !

Ce n’est pas à des transgressions stylistiques que l’on doit s’attendre avec Philippe Besson, à l’écriture sobre et classique, qui continue, dans sa dernière longue nouvelle (à quand un premier roman?) à explorer les discours du désir amoureux, surtout homosexuel. J’avais été séduit et touché par ses deux premières œuvres, «En l’absence des hommes» et «L’arrière-saison», mais déçu par les productions suivantes, j’avais cessé de le lire. C’est sans doute l’évocation nostalgique de cette ville qui m’a incité à me plonger dans «Les passants de Lisbonne» qui conte la rencontre en ce lieu d’une veuve qui vient de perdre son mari dans un tremblement de terre à San Francisco et d’un jeune homme dont l’amant vient de le quitter. Rencontre bien improbable, derrière laquelle on perçoit l’artifice, qui va donner lieu au récit d’un partage de souffrance qui tourne à vide, sans susciter l’empathie, à la limite parfois d’un certain ennui. Le pari de mettre sur le même plan rupture amoureuse, potentiellement réversible, et décès de l’être aimé n’était pas tenable, ce dont la narration témoigne, la place faite au discours d’Hélène étant bien plus importante que celle de celui de Mathieu, et démontre dans le coup de théâtre final (si peu crédible soit il). Le film d'Andrew Haigh, « 45 ans », avec Charlotte Rampling et Tom Courtenay, montre avec talent comment la mort « immortalise » la passion amoureuse alors que la rupture amoureuse ne sera, le plus souvent, bientôt plus qu’une simple cicatrice, à la suite du retour de l’objet de son désir, parfois, ou le plus souvent d’une nouvelle rencontre amoureuse…..

Partager cet article

Repost 0
Published by limbo - dans LGBT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regard d'un gay
  • Regard d'un gay
  • : regard d'un gay sur les évènements de ce monde, sa vie personnelle, etc...
  • Contact

Recherche

Liens