Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 16:54
Gays d'hier et d'aujourd'hui

La Grèce antique a nourri l’imaginaire de biens des homosexuels, du moins ceux de la période pré-gay (voir mon récent billet « les gays contre les gays » pour trouver les liens de mon blog renvoyant à cette terminologie). Mes récentes vacances dans la partie continentale de ce pays, principalement en Péloponnèse, constituaient donc le cadre idéal pour entreprendre la lecture de « Correspondance indiscrète », publication chez Grasset d’un échange épistolaire de quelques mois entre deux écrivains, Dominique Fernandez, et Arthur Dreyfus, faisant suite à leur rencontre dans un colloque sur le thème « Art, sexe et littérature », où ils se lièrent d’amitié.

Deux générations séparent ces écrivains, le plus jeune, la quarantaine, s’étant fait remarquer avec la parution en 2014 de son « Histoire de ma sexualité » (), l’autre, académicien octogénaire, par celle en 1978 (il avait l’âge d’Arthur), de l’histoire de la sienne (« L’étoile rose ») et dont la lecture au moment de mon «coming-out» sexuel m’avait enchanté et bouleversé (). Un écrivain peut-il tout dire de sa vie intime ou de la sexualité de ses personnages? Tel était le point de départ de cette correspondance, notamment illustrée par leur opinion diamétralement opposée sur le film «L’inconnu du lac» qui a laissé Dominique Fernandez insensible.

Les deux écrivains vont rapidement s’écarter de leur sujet initial pour nous livrer deux « regards » croisés sur la question gay, l’un acteur- témoin de la période pré-gay qui fût longtemps un homosexuel « honteux », l’autre de la période post-gay, épanoui et fier de son orientation sexuelle.

A une génération d’écart de chacun d’eux, au fil de la quasi-totalité des sujets sur la question gay qu’ils abordent et qui ont fait l’objet de billets dans ce blog, homophobie, milieu, fidélité, découverte de son homosexualité, fonctionnement du désir, couple, c’est sans grand surprise que j’ai constaté que mon propre «regard» se superposait à celui d’Arthur Dreyfus.

Ce qui sous-tend leur opposition sur nombre de ces sujets c’est l’influence respective de la pression sociale et familiale d’une part, de notre structuration psychobiologique d’autre part, sur notre façon de vivre l’homosexualité. C’est aux contraintes familiales et environnementales que Dominique Fernandez fait porter la responsabilité de s’être longtemps senti seul, comme « un monstre » ou de son idéal du couple fidèle. A ce « c’est la faute à l’Autre », Arthur Dreyfus répond, en quelque sorte, par un « C’est aussi Ta faute », convaincu que notre nature profonde régit au moins autant, sans doute plus, nos comportements, que les contraintes extérieures. La « Manif pour tous » ou la violence meurtrière d’Orlando ne sont que la partie visible d’un immense iceberg homophobe toujours présent et ceux qui vivent leur homosexualité dans la haine de soi ne sont sans doute pas beaucoup moins nombreux aujourd’hui qu’ils ne l’étaient hier. Et même ceux qui comme Dominique Fernandez ont vaincu cette haine, ne semblent pas voir qu’ils en portent encore nombre de stigmates : rejet du «milieu», de l’infidélité sexuelle, voire adoption d’une stratégie de l’échec dans leur désir de séduire des hétéros.

C’est notre nature profonde - il y a toujours eu des « trompeurs » et des « cocus » - qui régit aussi notre rapport à l’infidélité et au désir sexuel. Dominique Fernandez ne conçoit pas le sexe sans lien affectif préalable, stigmatisant le caractère impersonnel d’internet et la démultiplication des possibilités de rencontre. Arthur Dreyfus lui répond que les iphones n’ont fait que remplacer les pissotières et qu’internet ne reste impersonnel que jusqu’au moment où la rencontre se concrétise, ce qui «détermine tout», comme «avant». Ce qui motive le «trompeur», ce n’est pas le désir de tromper ou la recherche de l’éphémère, mais l’attrait du hasard et de la nouveauté, ce qui n’est pas incompatible avec l’attachement au couple. Ce qui le motive peut-être aussi c’est moins le désir de renouveler l’acte sexuel lui-même que de ressentir à nouveau un de ces deux meilleurs moments de l’amour, les préparatifs (Barthes), ou quand l’amant «s’éloigne dans les escaliers (ou prend l’ascenseur)» (Foucault).

Christian Giudicelli, pourtant de la même génération que Dominique Fernandez, dans ce très beau livre qu’est «La planète Nemausa», où le souvenir de Claude, qui a partagé sa vie jusqu’à sa mort, est omniprésent, a magnifiquement exprimé cette compatibilité entre le butinage des corps et la possibilité du couple. Ce livre constitue en outre un témoignage convaincant sur la pérennité d’être désirable jusqu’ à un âge avancé (« je ruminais ce constat, alors que, malgré une quarantaine remontant déjà à des lustres, je n’avais pas envisagé d’appartenir à la foule de ceux auxquels on ne prête plus attention. Depuis je me suis consolé : on m’a prouvé ici et là que tout n’était pas fichu… », à l’opposé d’un Didier Lestrade, un des fondateurs d’Act-Up, dont les écrits font soupçonner quelques traits paranoïaques, et qui dans son blog se déclare à 58 ans « officiellement vieux : « Dans mon cas, je suis parvenu à traverser la dernière décennie en me retranchant à la campagne parce que c'est beaucoup plus facile d'y vivre sans être confronté tous les jours à la compétition amoureuse et sociétale de la ville ».

« Elle me parlait de Claude comme d’un miracle surgi dans ma vie…. «Je souhaite que rien ne vous sépare jamais».

Son vœu fut réalisé, jusqu’à la mort de Claude en1977. A vrai dire, nul obstacle ne nous a déviés de notre parcours. Cette lassitude des rapports sexuels qui finit souvent par détruire les couples, nous n’avons pas eu à la subir. Sur ce plan nos échanges, au début agréables, sans excès, ne nous créèrent pas d’angoisse lorsqu’ils s’éteignirent peu à peu : notre communion n’en fût pas affectée. Le miracle de l’amour –j’y reviens- réside dans cette permanence. S’il ne surmonte pas la grève programmée des épidermes, je doute qu’il ait existé. Quand je vois la haine s’installer là où régnait l’euphorie, j’en suis sûr.

Les corps, eux, ont une indépendance qu’il ne faut pas contrarier : les priver de jouir d’autres corps serait comme les priver de boire….Claude, lui, ne m’accablait d’aucun reproche, sachant que personne ne m’obligerait à le quitter : il avait confiance »

(Christian Giudicelli, La planète Nemausa, Gallimard, 2016)

Partager cet article

Repost 0
Published by limbo - dans LGBT
commenter cet article

commentaires

CMLivres - Calogero Mira 05/05/2017 15:19

Foucault et Barthes. Interessant. Lir l'antiquité littéraire greque!

Présentation

  • : Regard d'un gay
  • Regard d'un gay
  • : regard d'un gay sur les évènements de ce monde, sa vie personnelle, etc...
  • Contact

Recherche

Liens