Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 16:53

Aussi éloigné puis-je être des positions idéologiques de Patrick Buisson, il serait malhonnête de ne pas avouer que la lecture de son livre, «La cause du peuple», m’a procuré un immense plaisir intellectuel, basé autant sur la qualité de l’écriture, que sur la réflexion que suscite ce traité historico-politico-philosophique, sous-tendu par une immense culture.

Au moment où l’élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis peut nous faire craindre que le célèbre film de Stanley Kubrick, «Docteur Folamour», ne soit prémonitoire et quelques mois après le Brexit, on peut se demander si l’analyse que fait l’auteur des causes des fractures de la société française n’est pas pertinente pour comprendre cette révolte contre les «élites» qui tend à se mondialiser et qui n’épargne pas notre pays.

L’idéologie dominante «droit de l’hommiste» aurait conduit à ignorer la jeunesse rurale et prolétarienne qu’on a jeté dans les bars du Front national, au profit de celle des quartiers «sensibles», au nom de la préférence immigrée, imposant de se soumettre au camp de la «repentance» (quant à notre passé colonial) et à l’idéologie multiculturaliste. Buisson rejoint étonnamment Emmanuel Todd dans la cartographie qu’il fait des manifestants du 11 janvier avec son clivage entre une France des classes moyennes supérieures diplômées qui ont défilé et la France populaire, restée indifférente à la «manipulation» des médias. Quant à la séparation de l’islam de la société française et sa radicalisation, il pointe la responsabilité du progressisme de gauche post 68, du fait de son individualisme hédoniste et de l’idéologie émancipatrice, avec, en parallèle, le surgissement d’un islamo-gauchisme - pour reprendre un terme de Gilles Kepel («La fracture») -  systématiquement indulgent avec l’islam et «hypermnésique» quant aux «crimes» prêtés à l’Eglise catholique. Autre conséquence de cet individualisme hédoniste, la renaissance d’une droite spiritualiste qui s’est retrouvée dans la «manif pour tous».

On peut constater que le Front national, dans sa version « Marine », a su fédérer, espérons-le temporairement, deux des «morceaux» de cette fracture, jeunesse rurale et prolétarienne et droite spiritualiste grâce à ses 2 pôles, «catholique conservateur» incarné par Marion Marechal le Pen et « national-socialiste» de Florian Philippot….La France n’est pas à l’abri de ce qui vient d’advenir aux USA….

Au-delà de ses analyses politiques, c’est le rapport de Patrick Buisson à la «question gay» qui m’a particulièrement frappé, tant il renvoie aux nombreux billets que j’ai consacrés à cette problématique. Que l’auteur s’intéressa à l’homosexualité ne fut pas une surprise pour moi, car c’est un sujet qu’il avait largement abordé dans son précédent ouvrage «1940-1945, les années érotiques» ce qui pourrait amener à s’interroger sur son orientation sexuelle, d’autant plus que Nathalie Kosciusko-Morizet l’a surnommé "la gestapette", sobriquet inventé par un chroniqueur des années 30, pour qualifier Abel Bonnard, un essayiste maurassien et homosexuel….

Dans « la cause du peuple », il ne cache pas sa sympathie pour deux célèbres figures homosexuelles, Frederic Mitterrand et Pier Paolo Pasolini. Il revient ainsi sur la polémique quant à la pédophilie supposée du premier - lancée par Marine Le Pen à propos de son livre «la mauvaise vie». Frederic Mitterrand aurait été voué à la géhenne, sans soutien de la part du «militantisme gay», car il renvoyait l’image d’une homosexualité à l’ancienne (clandestinité, marginalité, vagabondage sexuel), celle des pissotières et de la malédiction, loin de l’idéal de «reconnaissance sociale» des militants du mariage pour tous. Avec pertinence, il rappelle que le statut de la pédophilie a évolué depuis les années 70 où on en faisait l’apologie dans les milieux littéraires (Matzneff, Duvert, etc…) : « la normalisation des sexualités périphériques avait exigé le confinement de la part maudite susceptible de cristalliser la vindicte sociale »… Quant à Pasolini, il en fait un disciple de sa dénonciation de l’idéologie hédoniste néolaïque , du néocapitalisme et de sa financiarisation comme synonyme de décivilisation, un opposant à toute normalisation de la foi et de l’homosexualité (presque un militant de la manif pour tous….).

Inutile de préciser que Patrick Buisson est fortement hostile au mariage gay, sans doute moins sur le fond -  moins paranoïaque qu' Eric Zemmour, il n’attribue pas cette revendication à une volonté de détruire l’institution, mais à un besoin de reconnaissance sociale et de réparation morale – que sur son vécu par le «peuple» comme déstabilisation du socle anthropologique des valeurs traditionnelles amenant à la mobilisation massive de la « manif pour tous ». Son analyse des racines de cette mobilisation m’a paru peu convaincante, car sans nier la part du «retour du religieux», il me semble méconnaître le fort mouvement «anti Hollande» d’une partie de la droite qui s’est saisie de cette occasion (si cette réforme avait été proposée immédiatement après son élection elle serait passée sans ce déferlement de haine), et le retour brutal du «refoulé» homophobe.

Passons sur le mal qu’il dit de la théorie du genre, qu’il surestime, mais l’image qu’il en donne à travers Mickael Jackson est plutôt amusante : "homme sans race, sans sexe, sans âge".

Je ne sais si Patrick Buisson est gay, mais s’il l’est, il appartient à n’en pas douter aux nostalgiques de la période « pré gay » ( http://limbo.over-blog.org/article-adapte-toi-a-notre-homophobie-ou-de-l-heterosexualisation-de-l-homosexualite-109687347.html ) ...

Partager cet article

Repost 0
Published by limbo - dans LGBT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regard d'un gay
  • Regard d'un gay
  • : regard d'un gay sur les évènements de ce monde, sa vie personnelle, etc...
  • Contact

Recherche

Liens