Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 15:27

Le ciel s’était un peu obscurci lorsque j’ai quitté l’Italie, des bords du lac de Garde, la veille du second tour, rasséréné par les réactions au débat, dont je n’avais pu voir que des extraits, et qui laissaient présager une victoire d’Emmanuel Macron, sans doute plus large que ne l’indiquaient les sondages jusqu’alors. Elle le fut en effet. L’arrivée du nouvel élu au Louvre, dans une démarche si Mitterrandienne, inaugura une longue séquence où il allait se couler avec une facilité déconcertante dans ses habits de président. La foule relativement clairsemée qui accompagnait son intronisation lors de la remontée des Champs Elysées était sans doute symptomatique du caractère sans précédent de cette élection, il ne s’agissait pas cette fois de la revanche d’un camp sur un autre, il n’y avait donc pas vraiment de « victoire » à fêter. Autre symptôme, peut-être le plus caractéristique, de ce changement de paradigme, le contraste saisissant lors de la réception à la marie de Paris, entre le triste discours idéologique d’Anne Hidalgo, digne d’une maitresse d’école faisant son bilan de fin d’année, et celui, lyrique du nouveau président. Ses premiers pas sur la scène internationale ont brutalement changé le regard que le reste du monde portait sur la France, porte ouverte sur la folle espérance qu’il puisse mettre fin au déclinisme qui minait ce pays. Il ne lui reste plus qu’à obtenir une majorité à l’assemblée, c’est-à-dire les moyens de l’action, pour nous démontrer que cette espérance n’était pas utopique.

 

Dans un récent billet je m’étais penché sur l’étrange concours de circonstances, le talent seul ne pouvait suffire à l’expliquer, qui allait conduire à la probable victoire d’Emmanuel Macron (http://limbo.over-blog.org/2017/01/emmanuel-macron-et-le-demon-de-maxwell.html), le considérant comme une version « politique » de l’hypothèse du «Démon de Maxwell» formulée en physique pour contredire le second principe de la thermodynamique. Michel Onfray, en nouvelle phase délirante, épargnant pour une fois le christianisme, vient d’en raviver l’hypothèse dans une version «complotiste»! Le démon de Maxwell, pour le philosophe, c’est le « Système» (dont les rouages seraient les médias, l’école, l’université, les partisans de l’Europe libérale, etc…) qui aurait tout fait pour qu’au second tour celui qui allait affronter Marine Le Pen soit un politique libéral, et donc certain de l’emporter. Je vous épargne, reportez-vous à son livre, toutes les ruses auxquelles a dû recourir le «système» pour en arriver là, pour n’en retenir qu’une, la plus savoureuse (cramponnez-vous!) : le socialiste Christophe Borgel, soutien de Manuel Valls, aurait bourré les urnes lors de la primaire pour faire gagner Benoit Hamon !!!

 

Le programme des partis aux législatives ne passionnant guère les médias, trop peu générateur de buzz sur les réseaux sociaux, c’est la traque d’éventuels comportements «fautifs» des candidats ou des ministres de la République en Marche et les propos homophobes de Cyril Hanouna qui ont fait la une. L’insistance qui a été mise sur les premiers tendrait à montrer une certaine schizophrénie du «Système» auquel se réfère Michel Onfray puisqu’après avoir réussi à faire élire son candidat il s’évertuerait à essayer de l’empêcher d’appliquer son programme en tentant de limiter sa victoire aux législatives…Quant à l’affaire Hanouna, méritait elle une telle ampleur? La vulgarité du personnage et de ses émissions est connue depuis longtemps, et sa «représentation» des homosexuels n’est pas différente de celle de la quasi-totalité de nos amuseurs (rappelez-vous le «Notre Dame de Paris» de Canteloup à propos de Delanoë) témoignant d’une homophobie, le plus souvent inconsciente, profondément ancrée dans la culture hétérosexuelle. Que l’on s’attaque à cet ancrage culturel par la pédagogie est sans doute salutaire, mais faudrait-il encore que l’on le fasse avec talent, à l’instar de Barry Jenkins dans « Mooonlight » sacré aux Oscar et non de façon si caricaturale qu’on en décrédibilise le propos, comme dans ce récent téléfilm de France 2, pourtant si encensé, «baisers volés», certes sympathique mais fort médiocre.

Partager cet article

Repost 0
Published by limbo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regard d'un gay
  • Regard d'un gay
  • : regard d'un gay sur les évènements de ce monde, sa vie personnelle, etc...
  • Contact

Recherche

Liens