Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 10:45

imagesCAKQ6PJG.jpg

On se plait à rêver d'une rentrée littéraire sans Amélie Nothomb, Christine Angot,  Florian Zeller et quelques autres, dont les livres vont aller détrôner, pour un temps, les romans de Guillaume Muso ou de Marc Levy en tête des ventes. De nos jours, Stéphane Hessel a montré la voie, pour s'assurer de "gros tirages", il faut faire court (de la dimension de la "nouvelle"), facile à lire, dans le métro ou sur la plage,  et surtout avoir la faveur des médias qui vont s'empresser de faire la promotion inlassable des mêmes. Tant pis pour les quelques textes qui en vaudraient la peine, il faudra s'efforcer de les découvrir seul, par le bouche à oreille, ou si l'on a de la chance  grâce à un critique à l'abri du "système".

Je ne prenais pas beaucoup de risque en choisissant comme premier livre de la rentrée "Rien ne se passe comme prévu", de Laurent Binet, journal de bord de la campagne de François Hollande, mais qui peut se également se lire comme un roman, celui de l'histoire d'un écrivain de 40 ans  (Goncourt du premier roman pour Hhh) qui s'apprêtait  à voter Mélenchon et qui - comme Yasmina Reza en son temps le fût pour Sarkozy - chargé de suivre et de raconter, plus ou moins à l'initiative de Valérie "Twitter", la campagne du futur président, finira par voter pour lui. Ce récit subjectif, souvent drôle, qui fourmille d'anecdotes, se lit avec plaisir, même s'il ne transcende pas le genre.

Tout se passe comme prévu au contraire en cette rentrée politique,  si l'on en croit ces quelques mots de François Hollande au soir du 6 mai, tirés du livre : "Est-ce que ça va durer ? Est-ce qu'ils seront toujours là dans trois mois ? Et qu'est-ce qu'ils penseront de moi, alors ?". "On sait que c'est très fragile." En effet comme prévu il a commencé par tenir la plupart de ses promesses, parfois imprudentes il est vrai mais c'est la règle du jeu; comme prévu dès la fin des vacances  il a confirmé le tour de vis fiscal et budgétaire annoncé, trop à bas bruit peut être; comme prévu tout le monde lui est "tombé dessus", y compris dans la presse de son propre camp, parce qu'il n'a pas réussi en quatre mois à nous sortir d'un trou que l'on creuse depuis 30 ans; comme prévu les écologistes et l'aile gauche de son parti se sentent si mal au pouvoir qu'ils rêvent presque à voix haute d'un retour dans l'opposition. Je ne partage pas tout à fait l'opinion du philosophe de gauche Marcel Gauchet qui expliquait ainsi le retournement médiatique contre Hollande :  "Sarkozy avait la direction mais pas la méthode, Hollande sait faire mais n'a pas de cap". Je crois qu'il a bien un cap, une social-démocratie moderne, mais qu'il lui est interdit de le dire par la doxa écolo-gauchiste, un cap en forme de handicap...Le film « Superstar », de Xavier Giannoli, est une fort pertinente fable philosophique sur ces retournements médiatiques.

La rentrée c'est aussi pour moi la participation à un  séminaire organisé chaque année en septembre par mon entreprise pour certains de ses collaborateurs. Près d'Ajaccio cette année. J'ai constaté avec étonnement, lors de la fréquentation des réseaux sociaux décrits dans les précédents billets, le nombre de "contacts" qui se disaient à la recherche d'un plan "discret". J'ai fini par m'enquérir auprès d'un d'entre eux, auquel je confiais que je n'avais pas l'habitude de convoquer la presse lors de mes rencontres, ce qu'il entendait par là. "Tu sais la Corse est un petit pays, tout se sait, je ne souhaite pas que tu dises que tu m'as rencontré..". Ne connaissant personne dans cette île, Je ne voyais pas très bien à qui j'aurais pu faire de telles confidences, mais je n'ai pas insisté...Il semble que la Corse en soit encore à la période "pré-gay" (voir le billet précédent).

C'est manifestement aussi à cette période pré-gay qu'en est resté le personnage interprété par Claude Rich dans "Cherchez Hortense". Au cours d'un dialogue savoureux dans un restaurant japonais  son fils, interprété par Bacri, découvrant l'attention que porte son père, conseiller d'état,  à un jeune serveur l'interpelle (je transcris de mémoire)  : " Serais tu gay?"; puis  devant la négation effarée de ce dernier : "Je vais reformuler ma question de façon plus précise, as tu couché avec  des hommes?" - "Oui" réponds le père - "donc tu es homosexuel?"- "parce que le fait de coucher avec des hommes ferait de moi un homosexuel?" S'ensuit une diatribe contre le communautarisme  : "je couche avec qui j'ai envie""...Père que pourtant, une scène nous le révèlera plus tard, un autre haut fonctionnaire ("Hortense" justement) a l'habitude d'appeler "vieille cocotte"...Ce film qui traite, entre autres, du problème de la régularisation des sans-papiers hors des chemins habituels du politiquement correct, est jubilatoire . Bacri est irrésistible et touchant,  mais l'ensemble de la distribution est au sommet.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by limbo - dans Gay
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regard d'un gay
  • Regard d'un gay
  • : regard d'un gay sur les évènements de ce monde, sa vie personnelle, etc...
  • Contact

Recherche

Liens