Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 20:25

AficheComodin_000.jpg

 

 

Près d'une semaine déjà que nous sommes arrivés à Sitgès et le soleil ne nous a pas quitté. Nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée, encore plus de gays que l'année dernière et toujours autant de français. La gravité de la crise qui frappe l'espagne est tout de même perceptible à travers le nombre de commerces qui ont fermé, notamment notre salle de musculation, et semble t'il, moins d'hétéros....Impossible en tous cas de trouver de la place sur la plage gay du centre ville si l'on n'a pas pris la précaution d'y poser sa serviette dès le petit déjeuner. Quel contraste avec la plage très familiale de Saint Jean de Luz où nous avons passé une heure ou deux en début de semaine, la médiocrité du temps nous ayant dissuadé d'aller à la plage gay des 100 marches à Bidart. A Saint Jean de Luz, dont la plage semble figée dans le temps depuis mon enfance, tous les garçons sont en bermuda et ce n'est que chez les hommes d'un âge certain qu'on peut apercevoir, ça et là, un slip de bain. A Sitgès, sur la plage gay, le slip de bain est roi et change tous les jours ou presque, façon à mettre en évidence ses atouts à utilisation nocturne, et ce n'est que chez les hommes d'un âge plus que certain, assez peu nombreux, que l'on peut découvrir short et bermudas...
Hier soir nous avons diné à "L'alma", restaurant de cuisine française tenue par deux lesbiennes et qui n'a pas le succés qu'il mérite car on y mange fort bien pour un prix raisonnable. Nous y avons assisté à une soirée un peu exceptionnelle, une des convives fêtant l'enterrement de sa vie de jeune fille. Ses amies, déguisées en diablesses, lui avaient organisé une "surprise", une animation par un "travelo" qui une fois son spectacle terminé s'est éclipsé dans les toilettes pour se changer, et est reparti tel un clown triste. Influencés sans doute par ce divertissement, nous avons dérogé à notre circuit nocturne habituel dans les établissements "à la mode" que j'ai décrits ailleurs, pour aller au "Comodin" où un spectacle très couru de travelos "à l'ancienne" se déroule le dimanche soir. Je n'ai jamais été très friand de ce genre de shows, encore cette impression vague de tristesse derrière les déguisement extravaguants de ses acteurs dont la jeunesse est loin et à l'embonpoint marqué, mais Bertrand y est plus sensible et puis cela me change de me retrouver dans un public où je suis loin d'être le plus âgé!

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires