Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 23:40

nwjh2.jpg

On est parfois surpris, à la lecture de certains blogs, de voir s'étaler nombre de complaintes amoureuses et plus encore de voir confondu l'amour avec un état amoureux. On serait tenté de dire " N'ont ils pas lu les grands classiques de la littérature amoureuse?", sans doute non; ou alors, cela ne s'applique pas aux plus jeunes bien sûr, n'ont ils pas vécu? Ne savent ils donc rien du désir? Ils croient aimer alors qu'ils ne sont qu'amoureux. Ne savent ils pas que l'état amoureux, appelé passion dans ses formes les plus vives, est un délire. L'être amoureux est pris dans cette distorsion de la réalité qui lui rend tout instant sans l'autre insupportable. Barthes a merveilleusement décrit cela dans ses "Fragments d'un discours amoureux". L'attente du coup de téléphone qui ne vient pas ou l'abattement quand il sonne et que "L'Autre" n'est pas au bout du fil en est une des illustrations les plus aigues. L'état amoureux n'est qu'un état, transitoire, douloureux, il disparait, plus ou moins vite, comme il est venu, sans plus de raison. Ce qui fait sa répétition, à l'infini chez certains. C'est une bouffée délirante. Seule la mort de "l'Autre, avant qu'il ait disparu, peut le pérenniser, et rendre le délire chronique. Il est souvent non réciproque, ce qui le renforce. Il est totalement sous l'emprise du désir mimétique. Il ne résiste pas à l'affaiblissement de la relation sexuelle.

L'amour lui ne s'occupe pas de l'instant qu'il peut vivre sans l'autre. Ce que ne peut imaginer celui qui aime, ce n'est pas un instant sans l'autre, mais vivre sans l'autre, dans la durée. Ce n'est pas un délire, peut être une habitude. L'amour dure, il est le plus souvent réciproque, il peut s'interrompre bien sûr, laissant celui des deux qui continue à aimer avec une douleur permanente. Il peut être unique dans une vie et s'il peut se reproduire, il n'est jamais répétitif comme l'état amoureux. Il peut même résister à l'intrusion d'un état amoureux, pour un Autre que l'être aimé. Il résiste à "l'usure" du sexe.
J'ai connu les deux. Je n'ai jamais été amoureux de ceux que j'ai aimés.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
<br /> En effet, aimer n'est pas être amoureux et l'on peut être amoureux et ne pas savoir aimer en retour.<br /> <br /> <br /> La progression logique commence par être amoureux, puis quand ce sentiment s'estompe, on<br /> commence à apprendre à aimer.<br />
Répondre