Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 21:35
Jean le Bitoux, quand la transgression était possible

J'ai assisté hier à l'assemblée générale annuelle de l' AMG (association des médecins gays). J'ai pu constater avec plaisir que depuis le "putsch", 'il y a un petit peu plus de 2 ans, où le bureau que dirigeait le fondateur de l'association qui voulait mettre un terme à une aventure de près de 30 ans a été mis en minorité par une petite majorité des adhérents présents et remplacé par une nouvelle équipe plus jeune et motivée, l'association a trouvé un nouveau souffle, vu les adhésions reprendre et les actions se multiplier, y compris en coopération avec le ministère de la santé (nous serons par exemple présent dans une commission qui va se pencher sur le problème du suicide chez les jeunes). Mes activités ne me permettent pas de m'impliquer significativement, si ce n'est en participant de temps en temps aux permanences téléphoniques où nous répondons aux diverses questions médicales que peuvent se poser les gays d'aujourd'hui et aux demandes de coordonnées d'un médecin gay. Nous avons fini la journée par un diner sympathique au "Coupe Gorge". Il n'était pas possible de ne pas évoquer à cette occasion la mort, cette semaine, de Jean Le Bitoux, une des grandes figures du mouvement homosexuel dans les années 80, notamment parce qu'il a été le fondateur du premier journal homosexuel "Gai Pied" en 79. Il avait lui même été mis en minorité et avait du quitter le journal dont il s'opposait à la dérive commerciale qu'on voulait lui imposer. Cette mort m'a d'autant plus touché que j'ai personnellement connu Jean Le Bitoux, bordelais de naissance. En effet, au début des années 80, cinq d'entre nous, le curé d'une paroisse bordelaise qui avait pour ami un jeune aveugle asiatique, un ancien d'Arcady dont l'association venait de se saborder, l'animateur principal de l'émission homosexuelle "Framboise et citron" qui bénéficiait de l'accueil de la toute nouvelle "radio libre" du PS, moi même jeune médecin hospitalier et George Andrieux, correspondant du Gai Pied à Bordeaux et ami personnel de Jean Le Bitoux, fondions la première association homosexuelle bordelaise, "Les nouveaux Achriens". Nous nous étions tous connus comme acteurs de l'émission de radio. George Andrieux invita à plusieurs reprises Jean Le Bitoux, qui devint une sorte de parrain de l'association, même s'il en regrettait le nom, surtout l'adjectif nouveau, qui associé à un nom un peu étrange lui faisait penser à "ordre nouveau" un ancien mouvement d'extrême droite. Jean Le Bitoux, qui était dans une mouvance très à gauche alors que je "dérivais" à cette époque vers un mitterrandisme très social-démocrate, aurait également souhaité que l'association soit plus "politique", alors que nous voulions être ouvert à tous. Nous avons eu, à plusieurs reprises, des discussions animées mais cordiales. Il y a fort longtemps que je l'avais perdu de vue. Il s'était beaucoup investi ces dernières années dans la lutte contre le sida et dans la reconnaissance de la déportation des homosexuels. Sa mort est aussi l'occasion de rappeler qu'on meurt encore du sida aujourd'hui.... Il se trouve qu'une émission de télévision de FR3, consacrée à certains "monstres" du petit écran, évoquait Yves Mourousi, le journaliste de TF1 auquel je faisais référence dans un précédent billet à propos d'un bar de la rue Saint Anne. Rétrospective d'une époque où la transgression était possible, impensable aujourd'hui qu'un tel personnage, même sur canal, puisse durer plus de quelques semaines. L'époque est à Jean Jierre Pernaut. Ce que j'avais annoncé dans un précédent billet, la curée contre Michel Onfray, n'a pas manqué de se déclencher. La secte des lacaniens et sa "papesse" Elisabeth Roudinesco sont parties à l'abordage : "fasciste", "antisémite", etc....On ne compte plus le nombre "d'antisémites" dans le bestiaire de la papesse. Il était à prévoir qu'il serait bien plus facile de s'attaquer, dans une ambiance christianophobe, à l'église catholique, qu'aux psychanalystes qui règnent depuis si longtemps sur "l'intelligentsia" parisienne....Je doute, quel que soit son talent et sa mauvaise foi, qu'il en sorte indemne. A signaler un étonnant roman, " La compagnie des menteurs", présenté comme un thriller mais qui pourrait tout aussi bien être classifié de roman historique, ou roman fantastique, inclassable, mais une description saississante du moyen âge et un sens aigu de la narration.

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
<br /> <br /> C'est toute une époque que je n'ai pas connu. J'ai vu aussi l'émission sur Mourousi et c'est vrai qu'aucun présentateur de JT ne pourrait avoir la même vie que lui avec la presse people. Les<br /> années 80 ont été une vraie période de liberté (avec l'arrivée de la gauche au pouvoir qui veut dire la dépénalisation de l'homosexualité, les radios libres...) mais il ne faut pas<br /> l'idéaliser <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
F
<br /> <br /> cet etonnant roman pouvez vous nous signaler aussi son titre et son auteur please!  merci.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Il s'agit de la "compagnie des menteurs", Karen Maitland, éditions sonatine<br /> <br /> <br /> <br />