Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 22:54

20120112-512624804f0f0ad289653.jpg

Ce dernier week-end, aidé par les facilités que procure la carte UGC-illimité, j’ai pu rattraper une partie de mon retard en allant voir quatre des films les plus récemment sortis. Je suis sans aucun doute sous l’emprise de cette « magie du cinéma » à laquelle Scorsese vient de consacrer un film merveilleux, dans tous les sens du terme, et qui constitue un splendide hommage à George Méliès, « Hugo Cabret ». J’aime trop le cinéma pour concevoir d’aller découvrir un film ailleurs qu’en salle, en plein écran avec la sensation physique du public (quand il ne dévore pas des poches entières de pop corn). Je me souviens qu’adolescent, en ces temps où il m’arrivait de revoir de nombreuses fois les films qui m’avaient enthousiasmé (plus d’une dizaine de fois pour 2001, odyssée de l’espace), je retournais en salle au moins autant pour ressentir « ensemble » les moments de silence, d’émotion ou de rires, que pour les revoir. J’en regarde fort peu à la télévision, seulement s’ils ont la dimension de téléfilms et si je n’ai pu les voir en salle, je n’ai pas du acheter plus de 2 ou 3 DVD dans ma vie et il ne me viendrait pas à l’idée d’aller regarder un écran d’ordinateur un film téléchargé légalement ou illégalement, pratique qui si elle n’est pas combattue plus énergiquement finira par tuer la machine à « magie ».

Ce week-end la moisson fût excellente. Tout d’abord le film apocalyptique de Jeff Nichols, « Take Shelter », que l’on ne peut manquer de rapprocher de deux autres films récents, « Melancholia » et « Tree of life ». Les visions de fin du monde du héros, dont la mère est schizophrène, métaphore des angoisses de l’Amérique et de notre monde, sont elles le témoin de son extrême lucidité ou de sa propre folie, à moins qu’il ne soit pas possible de trancher si, selon l’expression d’un personnage du film de Coppola, « Rusty James », « la perception aigüe du réel rend fou ». Le dénouement stupéfiant du film laisse la question ouverte. Les multiples prix reçus par ce film, qui peut dérouter par sa lenteur, mais qui brille autant dans sa mise en scène que son interprétation, sont amplement justifiés.
Coup de cœur pour « Une nuit », premier film de Philippe Lefebvre, qui signe là un polar noir qui vous charme de bout en bout. Un flic solitaire de la mondaine, qui flirte dangereusement avec les malfrats, interprété par Roschdy Zem, impressionnant (il fait parfois penser à Lino Ventura), traqué par l’IGS, nous trimbale dans le Paris nocturne et glauque des bars et boites, extraordinaires et émouvantes scènes dans des cabarets à « travellos », tenues par le « milieu». Cerise sur le gâteau, un coup de théâtre final qu’il ne faut surtout pas raconter.
Une seule déception, relative car le film se laisse voir sans déplaisir, mais la critique était si élogieuse, le dernier film de Cedric Kahn, « Une vie meilleure ». Ce qui a séduit c’est probablement le portrait d’une France en crise, la déchéance sociale due au surendettement, la critique de la course à la réussite individuelle. Tout ceci est pourtant fort peu convaincant, bien moins par exemple sur le problème de l’endettement que « Take Shelter », souvent caricatural et rarement émouvant.

J’ai eu moins de chance avec ma dernière lecture, « Poussière d’homme », pourtant chaudement recommandé par Gérard Collard, le libraire chroniqueur de l’émission « le coin des libraires ». Court roman autobiographique de David Lelait, plus connu pour ses biographies d’icones gays comme Dalida ou la Callas sous forme d’une lettre d’amour à son ami mort, non du Sida pour une fois, mais d’un cancer foudroyant. Ce récit, qui se lit certes rapidement, n’a jamais réussi à m’émouvoir, aussi sincère soit il, peut être à cause d’un « effort d’écriture » un peu trop sensible derrière la simplicité du style. Chaque fois, ou presque, que Gérard Collard a un « coup de cœur », je ne le partage pas. Peut être devrais je me résoudre à ne plus suivre ses conseils….

Partager cet article
Repost0

commentaires