Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 22:02
Du côté de Taksim

Je termine ce billet sur le point de quitter Istanbul après un court séjour a l'occasion du congrès européen de neurologie. J' avais quitté paris jeudi dernier, pas mécontent de m'éloigner de ce pitoyable paysage politique qui n a cessé de s'assombrir depuis qu'en ce dimanche matin d'élection, dans un bureau du XIIe arrondissement, découvrant que j'avais à ma disposition une trentaine de listes, j'eus toutes les peines du monde à trouver le bulletin de celle du parti socialiste, tout semblant avoir été fait pour qu'il passe inaperçu et qu'on ne le trouva pas....J'ai même du l'examiner minutieusement pour être sur de ne point me tromper. Si le moindre autre choix m'avait été possible - aucun n'était envisageable - il aurait sans doute fini par trouver ma main. Combien de voix ont manqué au PS en raison de cette aberration logistique? Suffisamment peut être pour que le triste record de la liste conduite par Michel Rocard, 15%, ne fut pas battu....en ces temps là pourtant je n'avais pas vote pour lui, le plus proche de mes idées, mais pour la liste Tapie dont je subodorais qu'elle avait la préférence de Mitterrand ( ma tonton manie était alors fort aiguë ...).

Le soir venu, j ai dérogé a mon habitude d'assister a la soirée électorale, me désintéressant d'un résultat tristement prévisible . Je savais qu'on allait nous rejouer le " drame national" du 21 avril 2002 - j'étais tombé dans le piège cette fois la- celui d'une France "front national" (coupable "une" de libération), alors que 60% des électeurs se sont abstenus, dont nombre de sympathisants socialistes qui, malheureusement, faute qu'on ne leur ait tenu un langage de vérité, ont perdu tout espoir. D'autres, à qui on n'a pas eu peur de tenir un autre discours, les électeurs italiens, ont relevé la tête. Un regret tout de même, celui de n'avoir pas vu sur les écrans notre Mélenchon au bord des larmes, il nous avait déjà fait le coup en 2002, sans se rendre compte que c'est sur lui même qu'il devrait pleurer. Cette année là, quelques jours plus tard, un premier mai je crois, un million de personnes, moi y compris ( j étais tombé dans le piège vous dis-je), défilaient dans les rues de Paris. Aujourd'hui Benjamin Biolay, courant après Noah, nous fait une chanson , sans réaliser que nos médias BFMtvisés, des le lendemain, seraient passés à autre chose, les comptes de l'UMP ( pour une fois que les médias viennent au secours de Hollande).....exit Copé, donc, tout n est pas si noir.... BHL, qui a réussi a détruire la Libye, s'est mis dans la tête de reconstruire la France en prônant un gouvernement d'union nationale. L'idée serait excellente, elle a fait ses preuves chez nombre de nos voisins européens, si nous n'étions en France....quelle idée géniale que d envisager une alliance entre deux partis, le PS et l'UMP, qui sont au bord de l implosion... .

C'est une situation politique d'une autre nature dont j'allais être témoin a Istanbul. Notre hôtel était situé a moins de 100 mètres de la place Taksim, où, un an après Gezi, les opposants à la dérive autoritaire d'Erdogan appelaient à manifester pour célébrer le premier anniversaire des émeutes. La samedi matin, m'étant quelque peu égaré sur le chemin du centre des congrès tout proche, je me suis retrouvé sur cette fameuse place qui commençait à être cernée par des centaines de policier. En début d'après midi des directives nous ont été données de retourner à l'hôtel et de ne pas s'en éloigner jusqu'au lendemain matin, tout le quartier commençant a être bouclé par les forces de l'ordre. Ce n'est donc que depuis les fenêtres de ma chambre, qui ne donnaient pas sur la place elle même, que j'ai tenté de suivre l'évolution de la manifestation : survol d'hélicoptères, sirènes d'ambulance, rumeur lointaine. Autant que je pouvais en juger la participation ne semblait pas massive, mais tout avait été fait pour interdire les abords de la place, et au petit matin le calme était revenu. J'avais très vite été alerté de l'existence de ce "protest" par les divers contacts établis sur les réseaux sociaux gays, moins pour me le soutenir - aucun n'avait l'intention d'y participer, à de très rares exceptions près - que pour me dire de faire attention. Y aurai-t-il une certaine indifférence, surprenante pour moi, des gays d'Istanbul à l'égard de la situation? Je n'ai pas cherché à approfondir, cela ne me regardait pas, et après tout "qui suis je pour juger" comme dirait l'autre....

Ces réseaux sociaux, encore fallait-il pouvoir s'y connecter. J'ai été, à mon arrivée à l'hôtel, dans l'impossibilité de faire fonctionner Grindr. Il était difficile de ne pas faire le lien avec les actions récentes d'Erdogan contre Twitter et Youtube, mais alors pourquoi Grindr et gayromeo par exemple, et pas bears, gaydar ou hornet? Je n'avais pourtant rencontré aucun problème lors de mon précédent séjour il y a 2 ans. Plus surprenant, si ce blocage de sites ( parfois clairement exprimé lorsqu'on utilisait pas une application smartphone mais une adresse internet (gayromeo)), était rencontré dans la plupart des endroits proposant la wifi, certains, rares, y échappaient mystérieusement. Heureusement mes contacts m'ont appris comment contourner le problème : il suffisait de modifier l'adresse DNS des serveurs wifi qui bloquent en la remplaçant par 4.2.2.3 ou de changer dans la barre d'adresse internet celle en www pour une suite de chiffres.....encore fallait il le savoir...S'il semble donc bien y avoir une volonté de rendre plus difficile l'accès aux réseaux sociaux, on ne peut vraiment parler de censure. Il serait d'ailleurs malhonnête de dire que l'on ressent le poids d'une quelconque loi "islamique" - il semble faire bon vivre dans cette ville- et si la proportion de femmes voilées peut en être un indice, elle est fort peu importante, bien moindre que dans certains endroits de la régions parisienne....

Les réseaux sociaux, quand vous avez pu y accéder , vous offrent l'opportunité de multiples contacts, d'une tonalité souvent nettement plus conviviale qu'elle ne l'est en Europe, une fois que vous avez pris soin d'éviter les nombreux "escorts", qui affirment ne pas l'être, mais qui vous proposent, avant le sexe "gratuit", un massage non facultatif qui lui ne l'est point ....Nos chères lopes, si nombreuses chez nous, pourraient ici s'en donner à cul-joie, tant les actifs, ou du moins se déclarant tels, sont majoritaires.... Istanbul recèle d'autres merveilles que ses garçons, souvent très beaux, mais je n'ai pas eu le temps cette fois-ci de parcourir le Grand Bazar, ni de revoir la mosquée bleue ou surtout la cathédrale Sainte Sophie avant qu'Erdogan ne mène à bien son projet de la retransformer en mosquée. J'avais été peu enthousiasmé lors de ma première venue il y a une quinzaine d'années, mais je suis peu à peu tombé sous le charme de cette ville et de ses habitants, renforçant à chaque séjour ma position en faveur de l'entrée de la Turquie dans l'union Européenne....Une raison supplémentaire pour aller voir "Winter sleep" , palme d'or du dernier festival de cannes, que son réalisateur vient de dédier à la jeunesse turque qui s'est révoltée l'an dernier.

Partager cet article
Repost0

commentaires