Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2018 3 28 /03 /mars /2018 14:38

Le geste d’Arnaud Beltrame suscite au premier abord étonnement, admiration, voire incompréhension : comment a t-il pu trouver le courage d’en arriver là ? La réponse immédiate qui a été apportée à cette question est triviale : c’est le destin d’un héros. C’est effectivement la seule conforme au point de vue laïque dont ne pouvait s’écarter, du fait de sa fonction, Emmanuel Macron. Ce n’est pourtant probablement pas celle qui convient. Les actes héroïques défient la raison car ils surviennent le plus souvent « abruptement », dans l’instant, sous le coup de l’émotion sans que leurs conséquences éventuellement, mais non obligatoirement, fatales aient eu le temps d’être envisagées.

 

Il ne s’agit pas ici d’un acte héroïque, mais d’un sacrifice dans sa dimension religieuse. Les évènements de Trèbes nous donnent à voir les deux visages du sacrifice « aux étranges effets de miroir », décrits par René Girard dans « Celui par qui le scandale arrive » à propos du jugement de Salomon, : le sacrifice d’autrui, celui qui tue et le sacrifice de soi pour sauver l’autre. Le premier renvoie à la dimension archaïque du religieux, ici celui du radicalisme islamique, le second à celui du Christ. Au terroriste prêt à sacrifier des innocents, boucs émissaires d’un monde occidental haï et jalousé, Arnaud Beltrame, en chrétien, a répondu par le don de sa vie pour sauver une innocente et peut être même la vie de son bourreau, s’il l’avait pu.

 

Par un étrange paradoxe, ce sont les politiques se référant aux racines chrétiennes de la France, de Vauquiez à Marine le Pen, qui se sont servis de ces évènements dramatiques pour proposer des solutions inapplicables et contraires aux valeurs de leur religion…

Partager cet article
Repost0

commentaires