Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 20:17

ezra-miller-as-elliot-in-another-happy-day.jpg

Il y a quelques semaines déjà que j’ai vu ce premier film de Sam Levinson où sont mises en charpie toutes les valeurs familiales, un petit bijou qui devrait être projeté à ceux d’entre nous qui attendent avec impatience d’avoir la possibilité de se marier et aux députés UMP de la droite populaire. Cette comédie, plutôt noire et déjantée, dans le cadre d’une réunion familiale à l’occasion d’un mariage, est jubilatoire, servie par une interprétation exceptionnelle, notamment celle du jeune et charmant Ezra Miller.

La cérémonie des «Césars» se veut également un jour heureux pour le cinéma français, les règlements de compte et coup bas n’y sont que feutrés. Cette année ce fût Jean Dujardin qui fût le laisser pour compte du triomphe de «The Artist», le prix d’interprétation masculine ayant été confondu avec le « prix de l’intégration… ». Cela ne m’a pas attristé, je n’ai pas vu ce film, un boycott pas très rationnel je l’avoue, l’acteur m’horripile (apparemment je ne suis pas le seul…), la caricature de l’hétérosexuel pour moi, et j’ai toujours été imperméable aux charmes du muet. Et puis un tel engouement de la part de la critique « anglo-saxonne » ne me disait rien de bon, tandis que la notre, «plus cultivée » semblait plus réservée. Cela dit je me réjouis de son succès aux Oscars, une façon originale, l’analyste financier Marc Fiorentino l’a souligné, de retrouver, d’une certaine façon, notre triple A.
 
Qu’Omar Sy ait obtenu le César du meilleur acteur m’a laissé sans voix, certes il fait un numéro mémorable dans « Intouchables », mais tout de même…Il était sans doute équitable qu’une comédie plutôt intelligente et touchante, qui a rencontré un immense succès public bien plus compréhensible que celui des «Ch'tis», soit nominée parmi les meilleurs films. On aurait pu en rester là…Olivier Gourmet pour sa prestation dans «L’exercice de l’état » aurait fait un parfait « César» du meilleur acteur. N’ayant vu ni «The Artist», pour les raisons que j’ai dites, ni «Pater», le film ayant disparu de l’affiche trop rapidement, mon jugement est plus que contestable, mais j’ai le sentiment que « L’exercice de l’état » et « Polisse » étaient les deux meilleurs films avec pour ce dernier le souhait d’un « César collectif » pour l’interprétation.

Il est de toute façon vain de critiquer un palmarès. Celui des Césars, choix des professionnels du cinéma, a généralement le mérite du « juste milieu » entre le goût du « grand public », celui de la facilité et des schémas de pensée simplistes, et celui d’une certaine critique « intellectualiste» que l’ennui semble parfois faire bander. Une incompréhension cependant, l’absence de « Tree of life » dans le choix des nominés pour le meilleur film étranger, qui aurait pu être atténué si « Melancholia », son opposé « métaphysique » avait remporté le prix, mais il était écrit que ce serait « La séparation », un très bon choix de toute façon.
 
Deux films pourraient se retrouver dans la liste des meilleurs films étrangers 2012. « La Taupe », un film d’espionnage mené à sa perfection, on ne sait ce qu’il faut le plus louer de la mise en scène, de la photo, de l’interprétation, ou de l’atmosphère qui vous font oublier les efforts demandés pour ne pas perdre le fil de l’histoire…et surtout l’impressionnant film coup de poing qu’est « Bullhead », histoire ténébreuse et glauque de la vengeance d’un paysan flamand castré par un handicapé mental wallon dans son enfance, avec pour arrière-plan une histoire de trafic d’hormones dans une Belgique traversée par les haines linguistiques. Matthias Schoenaerts, la vedette du prochain Audiard, y fait une interprétation magistrale.

Partager cet article
Repost0

commentaires