Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 11:00

Jamie-Bell-aigle-1.jpgAigle-de-la-neuvieme-2.jpg

 

Vieillir fidèle peut de temps à autres vous réserver des surprises. Ne vous méprenez pas , je parle ici de fidélité à son entreprise. Une de mes anciennes collègues du département "marketing"  a saisi l'opportunité, il ya quelques mois, d'une fonction localisée à Dubaï englobant l'ensemble des filiales du Moyen Orient. Un des Emirats Arabes, le sultanat d'Oman, ayant à sa disposition depuis peu le plus puissant des neuroleptiques dans le traitement de la schizophrénie, lui a demandé d'organiser une conférence sur ce produit dont l'utilisation nécessite d'être parfaitement informé de ses risques. Ce produit est disponible depuis si longtemps en occident qu'il est maintenant "génériqué". Il se trouve que je reste le seul dans mon entreprise, au niveau mondial, qui ait participé à son développement clinique. Je m'envolerai donc  dans quelques heures pour Oman , via Dubaï, avec enthousiasme, car avoir fortement contribué à son utilisation en France, qui a révolutionné la prise en charge des schizophrénies graves, reste ma plus grande satisfaction professionnelle.

 

Faudrait il encore que je puisse avoir mon ticket d'entrée. Je me suis souvenu, un peu tard, de mes vacances en Israël l'hiver dernier...Avoir un "tampon"  des autorités israéliennes sur son passeport n'est pas conseillé pour venir dans nombre de pays arabes et une consultation des forums internet quant à l'entrée à Dubaï n'était pas rassurante, même si ma collègue qui y réside a eu des informations selon lesquelles ce n'était pas un problème, du moins si son nom n' évoquait pas une origine juive. J'ai jugé plus prudent d'essayer d'obtenir un passeport "en urgence",  mais mon cas, dixit la préfecture de police, relevait en fait de la procédure "accélérée" qui a certes l'avantage de vous procurer un "vrai "passeport" (non un provisoire d'une durée d'un an, de plus non utilisable aux USA),  mais qui ne peut être délivré qu' en 2 à 5 jours. S'il n'arrive pas à temps je partirai donc à l'aventure. Les Emirats Arabes semblent peu touchés par les révolutions en cours même s'il y  a eu quelques manifestations de rue à Oman cet hiver. 

 

"Ticket d'entrée" c'est aussi le tire du roman de Joseph Macé-Scaron, directeur du magazine littéraire et de la rédaction de "Marianne", après avoir été journaliste au Figaro et  directeur du Figaro magazine pendant quelques mois avant d'être "viré" par Dassault, un habitué du grand écart donc. Il participe assez souvent au Grand Journal de Canal Plus. Il s'agit de l'histoire, en grande partie autobiographique, du passage éclair d'un journaliste homosexuel du quotidien "Le Gaulois" (traduisez le Figaro) à la direction du magazine du dit journal et de sa vision des univers de la presse, de la politique et des gays parisiens. Ce roman satirique n'épargne personne, même pas son héros. On imagine sans peine que les portraits de Nicolas Betout, le directeur du Figaro, et de Dassault décrivent une certaine réalité même si la satire oblige à forcer le trait. La rencontre avec Sarkozy pourrait constituer un chapitre du dernier libre de Gisbert...Mais c'est peut être au milieu "gay" que l'auteur réserve ses flèches les plus perfides, à ce milieu qu'on désigne "métonymiquement" le "Marais". Le milieu ici décrit jusqu'à la caricature existe en effet, il m'arrive de l'effleurer au Club Med Gym Palais Royal où j'ai d'ailleurs plusieurs fois croisé l'auteur, dans certains bars du Marais ou dans les "soirées du Marquis", mais il ne s'agit que de l'écume du milieu, celle des people gays friqués qui sont de tout les circuits, une infime minorité dont il est facile de dénoncer le désert intellectuel et inconsciemment renforcer la vision "cliché" qu'a Eric Zemour de l'homosexualité. Le "milieu" ne peut se résumer à ce qui en est dit ici. Un livre parfois drôle mais qui use un peu trop du calambour et des citations de Proust,  loin d'être à la hauteur des propos dithyrambiques entendus à l'émission "littéraire" de Frantz olivier Gisbert. Une déception.

 

Un coup de cœur par contre pour le film "L"aigle de la neuvième légion", réalisé par le fils de David Bowie et qui est loin des "péplums" habituels. La virtuosité de la mise en scène, la splendeur des paysages magnifient l'amitié naissante entre un centurion et son esclave aux sous entendus gays très présents. Jamie Bell, Billy Elliot a grandi, et Tahar Rahim ("Le prophète du film d'Audiard") en chef d'une tribu sauvage écossaise, sont étonnants.

Partager cet article
Repost0

commentaires