Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 19:23

Wave_cloud.jpg

 

Ce terme, créé par le physicien Ilia Prigogine, prix Nobel, fait référence à l'évolution des systèmes biologiques ou physiques, qui, loin de l'état d'équilibre, peuvent brutalement, ayant trop déviés de leur situation de stabilité, avoir un comportement chaotique et bifurquer vers un état imprévisible qui constituera un nouvel état d'équilibre. Immanuel Wallerstein, sociologue américain disciple de Fernad Braudel, mais aussi un des inspirateurs du mouvement altermondialiste, a tenté d'appliquer cette théorie physique à la sociologie, et notamment à l'évolution du capitalisme. Selon lui, après être passé par une phase productive, industrielle, puis par une phase financière qui a mené à un endettement massif, toutes les bulles éclatent en même temps, immobilière, boursière, matières premières, etc, ce qui produit un état chaotique, une crise, qui témoigne de la fin du capitalisme qui va évoluer vers un autre système actuellement imprévisible. Que les nostalgiques du « Grand Soir »  ne se réjouissent pas trop vite : "Je crois qu'il est tout aussi possible de voir s'installer un système d'exploitation hélas encore plus violent que le capitalisme, que de voir au contraire se mettre en place un modèle plus égalitaire et redistributif"...

En espérant que cela ne se fasse pas après un retour des catastrophes guerrières. On oublie parfois de dire que la sortie de la crise de 29, au moins du point de vue boursier, a commencé en 41 avec l'entrée en guerre des USA.

 

Le retour de la pensée, une conséquence de la crise actuelle ? On ne peut douter que ce qui est en train de se passer, commençant avec la crise des « subprimes » et se poursuivant actuellement avec la prise de conscience soudaine par les marchés du problème encore plus grave de l’endettement,  va entraîner bien des bouleversements, y compris conceptuels. Après le naufrage de l’économie administrée, dont la chute du mur a été l’emblème, nous assistons au naufrage de l’économie dérégulée (et non du capitalisme), dont la nationalisation partielle des banques a été le témoin. Francis Fukuyama, cet économiste américain qui nous annonçait la fin de l’Histoire avec la chute du mur, plus modeste, nous annonce maintenant la fin de l’ère reaganienne (scellée par l’élection d’Obama ?). J’ai trouvé bien plus stimulant un papier de Slajov Zizek, philosophe néo marxiste, paru il y a quelques mois, dont je trouve de plus en plus qu’il donne à réfléchir. Il souligne la convergence entre les néo conservateurs les plus extrémistes et l’extrême gauche dans leur critique du plan Paulson au moment de la crise des subprimes. Tous les deux sont contre le sauvetage des banques, les premiers car ils subordonnent le bien être de « Main Street », à celui de « Wall Street », il faut donc aider les riches, les seconds parce qu’ils n’en ont rien à foutre de « Main Street », dont le désespoir pourrait déclencher la révolution. Entre les deux, les « libéraux modérés », nos gouvernants, qui considèrent que la « socialisation » du système bancaire est acceptable lorsqu’elle sert à sauver le capitalisme. Slajov Zizek, nous donne la solution, inspirée de Kant qui à la devise conservatrice « Ne pensez pas, obéissez ! », a répondu non pas par « N’obéissez pas, pensez » mais par « Obéissez, mais pensez ». Autrement dit oui à la nationalisation des banques, mais repensons le capitalisme.

Partager cet article
Repost0

commentaires