Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2022 2 04 /01 /janvier /2022 11:18

Il fût un temps, lointain, adolescent ou très jeune homme, avant que l’emprise du désir ne dévore mon temps libre, une passion, le bridge,  l’occupait en grande partie, avec la lecture. J’en avais abandonné la pratique, il y a des dizaines d’années, à la suite de défection de ma partenaire attitrée, épuisée par les efforts de mémoire que demandait le système d’enchères que je lui avais imposé ( et peut être aussi par sa prise de conscience que je ne serais jamais plus pour elle qu’un partenaire…) et de mes obligations professionnelles. Les confinements successifs, la fermeture des salles de sport et de cinéma, la restriction des voyages, ainsi peut-être que l’anticipation d’une inévitable réduction de mon pouvoir de séduction avec l’âge, m’ont conduit à renouer avec la pratique de ce jeu et de me replonger dans les nombreux livres toujours en ma possesssion, du moins ceux traitant du jeu de la carte, car le bouleversement total des systèmes d’enchères depuis ma jeunesse nécessitait de nouveaux investissements.  La remise « à niveau » nécessitée par l’adhésion à un club et la pratique des tournois, exigeait un tel effort intellectuel que j’ai négligé ce blog depuis quelques semaines….

 

Ce n’est pourtant pas l’envie qui m’a manqué d’aborder certains sujets :

 

* Le niveau nullissime en arithmétique des antivax   qui ont cru trouvé la preuve de l’inefficacité des vaccins dans la proportion  importante de sujets vaccinés hospitalisés pour covid. Le niveau des journalistes en cette discipline n’étant guère meilleur, peu ont su démontrer clairement la stupidité de cette affirmation. En effet, il aurait suffit de donner l’exemple théorique suivant : soit un village de 1000 habitants dont  90 % sont vaccinés et qui compte 200 hospitalisés dont  100 vaccinés et 100 non vaccinés. Cette apparente égalité  des chiffres bruts, masque le fait que 100% des non vaccinés sont à l’hôpital alors qu’il en est ainsi pour seulement 11% des vaccinés… Messieurs Dupont Aignan et Philippot ne peuvent pas ne pas le savoir mais ils surfent sur l’ignorance et la bêtise de leur supporters.

 

* Le délire Omicron, amplifié par les chaines d’information continue ( sauf CNEWS, reconnaissons le…), annoncé comme la fin du monde, au point de faire chuter les bourses, avant d’apparaitre comme la possibilité d’atteindre enfin l’immunité collective. Le dernier exploit de Spiderman aura été de faciliter cette immunité en jetant plus de 5 millions de jeunes spectateurs dans les salles en deux semaines, le masque en bandouillère ( Pop-corn oblige…). « Contaminons nous les uns les autres » et finissons en…Quelle chance que notre gouvernement ait un peu moins paniqué que ceux de nos voisins européens en limitant les restrictions, tout en instaurant, contraint d’agir, quelques mesures absurdes comme l’interdiction de consommer debout dans les bars (quant à celle du Pop-corn dans les cinémas ça ne peut qu’améliorer la bande-son…).

 

* Le phénomème Zemmour qui est un des avatars de la décomposition des gauches « éclatées » qui ont abandonné  les valeurs républicaines et leur électorat pour se réfugier dans le communautarisme. Dommage que ce journaliste qui a pu me réjouir, parfois, du temps où il était chroniqueur de l’émission de Ruquier - qui a depuis perdu tout intérêt- quand il fustigeait les références culturelles du modernisme ( des textes de « Grand Cops Malade » comme épreuve au bac…) soit devenu, comme Renaud Camus, sa propre caricature. La haine journalistique à son égard continue à nourrir le phénomène…Etonné cependant que son affirmation selon laquelle le régime de Vichy aurait essayé de protéger les juifs français ait déclenché une indignation générale sans qu’il ne soit jamais rappelé que dans les années 50, « L’histoire de Vichy » de Robert Aron, une référence à l’époque, émettait déjà cette thèse, mentionnée aussi dans le récent téléfilm de la télévision, pourtant publique, sur Pierre Laval.

 

* Les excès de « Me TOO », de la cancel culture ,du « wokisme » et de l’écologie militante, qui après s’être attaqué à la voiture et aux arbres de Noël veut maintenant nous priver du foie gras, m’ont permis de découvrir le roman jubilatoire d’Abel Quentin, « Le voyant d’Etampes », prix de Flore, roman Houelbecquien qui croque avec humour les dérives identitaires de la cancel culture et la mini série irrésistible de Blanche Garden, sur Canal, « La meilleure version de moi même », caricature de toutes les dérives de notre époque, des méthodes de « développement personnel » au véganisme, à la naturopathie, la psychologie ou le yoga. Puisse le compagnon de Sandrine Rousseau en prendre connaissance pour aider à sa « reconstruction » . Les hétérosexuels vivent des temps difficiles de nos jours, surtout s’ils sont blancs…

 

 

Quelques satisfactions cependant dans cet automne crépusculaire. Avant tout, enfin,  la sortie de « Dune ». Il y a bien longtemps que je n’avais revu un film deux fois (dont une en Imax). La version extravagante de David Lynch, revue quelques semaines avant - je l’ai trouvée très kitch, mal vieillie - ne m’avait pas déplue à l’époque, bien que je lui ai préféré la série télévisée. Heureusement, le succès relatif du film, ce qui n’était pas gagné, devrait permettre la réalisation de sa 2è partie. Comble du bonheur, un autre chef d’oeuvre de la science-fiction, « Fondation », s’est trouvé disponible en série sur Apple TV+, dans une version certes infidèle au roman, mais convaincante tout de même. Il ne manque plus que soit porté à l’écran « Hyperion », le chef d’oeuvre de Dan Simmons, projet sans cesse repoussé. A savourer aussi, un ovni littéraire, « Les oiseaux du temps », qui a trusté tous les prix de Science-Fiction en dépit de son abord difficile, court roman qui conte la correspondance amoureuse et secrète de deux combattantes de civilisations post humaines, l’une de nature technologique, civilisation de machines, et l’autre végétale, dans le cadre d’une guerre temporelle qui se déroule dans le multivers de l’histoire humaine.

 

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2021 7 25 /07 /juillet /2021 21:08

 

 

Vous en souvient il? Nous étions au lendemain de l’annonce par Emmanuel Macron du plan de déconfinement. Gilbert Deray, un néphrologue de la Salpetrière dont je me suis toujours demandé quelle expertise (même si j’approuve pleinement son récent éditorial dans l’Express en faveur de la vaccination et du passe sanitaire) motivait son exposition sur tous les plateaux de télévision, dénonçait, dans la matinale de LCI, ce plan qu’il qualifiait de décision « politique » ( heureusement!), ignorant les recommandations sanitaires et les modélisations alarmantes de l’Institut Pasteur et prédisait qu’on était pas près de cesser de voir « un Airbus par jour s’écraser » ( les 300 morts quotidiens de fin avril). Il n’était certes pas le seul de nos  "enfermeurs" à demander la pérennisation des mesures de confinement jusqu’à l’obtention de l’immunité collective (inatteignable dans le pays des gilets jaunes!). Ils se sont faits certes plus discrets lorsque l’évolution de l’épidémie, ce printemps, a ridiculisé leur expertise. Ils n’espéraient pas rebondir si vite grâce au variant delta qui leur faire dire que les « rassureurs » ayant dansé tout le printemps, se sont trouvés fort dépourvus quand l’été indien» fut venu…Les hospitalisations ne sont certes pas au rendez-vous, mais leurs modèles mathématiques leur fait garder espoir de pouvoir reprendre cet automne leurs incantations pour un nouvel enfermement et leur show sur les plateaux des chaines d’information continue, à moins que la stratégie courageuse d’Emmanuel Macron avec l’instauration du passe sanitaire et sa formidable incitation à la vaccination ne vienne bousculer, on l’espère, leur sombre prévision.

 

Certes d’autres, comme l’épidémiologiste Martin Blachier ( même s’il a souvent  changé d’avis), ont été plus heureux dans leur évaluation de la situation printanière, ce qui justifie sans doute qu’il ait maintenant «l’oreille» du président de la République, mais son obstination à affirmer que la chute brutale de la pression hospitalière en mai-juin n’était pas due à la vaccination mais aux effets des restrictions et surtout de l’augmentation des températures, laisse perplexe. En effet, je n’ai pas besoin de faire appel à mes lointains souvenirs de Math Sup, pour faire un calcul arithmétique élémentaire : si une dose de vaccin diminue de 50% le risque d’ hospitalisation, deux doses de 90% et si on ajoute qu’environ 20% de la population a déjà eu l’infection, on peut en déduire qu’au moins 50% de la population française se trouvait en juin à l’abri d’une forme grave, ce qui ne pouvait pas ne pas se traduire dans les chiffres…Quant à l’ hypothèse de l’influence bénéfique des températures, elle semble caduque avec l’arrivée de la « 4è vague » en Europe en plein été et la diminution des contaminations en Amérique du Sud, en plein hiver…

 

En attendant nous saurons dans  les mois qui viennent qui est le meilleur prévisionniste : le premier ministre anglais, qui lève toutes les restrictions en pariant sur l’acquisition naturelle de l’immunité collective avec la poursuite des contaminations, sous protection des vaccins pour contenir les formes graves, ou notre président du Conseil Scientifique qui nous promet le port éternel du masque avec au mieux un nouveau variant cet hiver et au pire l’arrivée d’un variant résistant qui nécessiterait de repartir à zéro…. Sans parler de l’attitude systématiquement anxiogène des médias qui n’ont toujours pas constaté que chaque week-end les hospitalisations diminuaient moins ou augmentaient légèrement, sans qu’il s’agisse d’une aggravation mais d’une simple gestion « administrative » des entrées-sorties (non sans arrière pensée « économique ») et qui ce soir, par exemple, soulignent l’augmentation des contaminations alors qu’elle est en baisse…

 

Quoiqu’il en soit merci donc Monsieur le président de n’avoir pas suivi les avis des cassandres et de nous avoir permis de retrouver progressivement une vie presque normale. J’en ai profité dès le mercredi 19 mai avec une trilogie cinéma-bar-restaurant en terrasse en dépit du temps plutôt frais, avec depuis une exploitation maximale de nos plaisirs du monde d’avant.  Quel bonheur de retrouver les salles de cinéma et leur public. Pour respecter le thème de ce blog, en dehors de mon coup de coeur pour l’opéra-rock de Léos Carax, « Annette », je ne mentionnerai que « Garçon chiffon » de Nicolas Maury, un peu surjoué dans sa première partie mais qui finit par émouvoir par sa mélancolie et sa poésie, « Falling » de Viggo Mortensen qui est moins un film sur le coming-out, que sur la fracture entre l’Amérique de Trump et celle de Biden, et bien sûr Titane, véritable choc visuel et sonore que l’on peut apprécier sans partager les positions transhumanistes de la réalisatrice, en oubliant Benedetta que je rangerai dans la catégorie du comique gore ( les apparitions du Christ sont hilarantes). Le moyen de se désintoxiquer un peu des séries, dont je n’ai cependant pas totalement abandonnées pour ne citer que celles qui font place à un personnage gay (Ragnarok (+, Netflix), Blackspace (++, Netflix), Qui a tué Sarah (-, Netflix), White Lotus Hotel (+++, OCS)) ou font même de l’homosexualité leur thème central, comme I love Victor (Disney) ou Young Royals, sorte de The Crown Gay (Netflix).

Partager cet article
Repost0
2 février 2021 2 02 /02 /février /2021 17:18

Mon absence de ce blog depuis des semaines est sans doute moins le symptôme  de la lassitude d’un confinement sans fin que le témoin d’un monde où il ne se passe plus rien, si ce n’est l’infini répétition du Même mis en scène par les chaines d’information continue. Autant me dispenser de participer à cette uniformisation du réel en réitérant mon effarement, maintes fois  exprimé ici,  devant la soumission des autorités de tant de pays aux injections sanitaires des « experts », tout en reconnaissant avoir quelque peu sous-estimé la pérennité de l’épidémie en qualifiant certains d’entre eux de Cassandre. Je ne doutais pas qu’Emmanuel Macron soit très réticent à étendre les restrictions actuelles, il vient de le prouver, mais je ne vois pas comment il pourra résister longtemps à la pression inouïe des ayatollahs sanitaires qui occupent en permanence les médias, si la situation ne s’améliore pas rapidement. On sacrifie une génération, des professions entières et des milliers d’emploi, pour prolonger de quelques semaines, ou tout au plus quelques petites années, la vie des plus âgés d’entre nous…

 

Ce n’est pas la propagation constante, inexorable elle, car sans espoir de rémission, contrairement à celle du virus, de la chape de plomb que les réseaux sociaux font peser sur la liberté de pensée, s’étendant maintenant à l’ordre moral avec l’affaire Olivier Duhamel, entrainant les lâches décisions de LCI et du Monde concernant Alain Finkielkraut et Xavier Gorce, qui pouvaient contribuer à me remonter le moral. J’aurai au moins appris que le terme « inceste » pouvait s’appliquer à une relation de parenté par « alliance », puisque la victime n’avait aucun lien de sang avec son « beau père »…

 

De cet univers presque (n’exagérons pas tout de même …) Orwellien, ont toutefois émergé deux nouvelles qui m’ont un peu réconforté, l’absence de « No deal » sur le Brexit et surtout l’éviction du psychopathe qui était à la tête des Etats Unis. Et puis, privilège des professionnels de santé de plus de 50 ans,  mon conjoint (je suis d’une génération gay qui ne se sent pas à l’aise avec le mot « mari » ) et moi, maintenant vaccinés, pourront, peut-être, profiter plus pleinement d’un retour progressif à la normale car je ne doute pas, au moins pour voyager, que le passeport vaccinal s’imposera.

 

Les distractions étant devenues rares, le « temps de cerveau disponible » pour la lecture et le visionnage des séries s’est considérablement accru. Le livre de Jean Pierre Luminet, « l’Ecume de l’espace temps », qui tente de nous éclairer sur les interactions entre l’espace, le temps et la matière et les origines de l’univers, offre un panorama complet, bien que parfois difficile à suivre des théories qui s’affrontent. Celle des Univers Multiples inspire manifestement les scénaristes puisqu’elle est au coeur (L’homme du Haut château, DEVS, OA, Dark, Stranger Things) ou en arrière plan (Lovecraft Country) de maintes séries fantastiques ou de Science-Fiction. Le passage d'un univers du multivers  à l'autre n'étant possible que dans l'imagination des auteurs de S-F, aucun espoir de rejoindre un des mondes sans COVID... Par contre, l’auteur du dernier prix Goncourt, l’Anomalie, fait référence à une théorie plus originale, moins connue, qui fait de notre univers, un monde virtuel, une « simulation » informatique d’intelligences supérieures. Puisse ces « intelligences » avoir la bonne idée de programmer la disparition de notre virus quotidien…

 

( A signaler que la série actuellement en cours sur Canal, Your Honor, avec le héros de Breaking Bad, se déroule au temps du Covid)

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 15:29

Un chef de service de néphrologie de la Salpetriere, le professeur Deray, répand, en boucle, ses propos alarmistes quant à l’imminence d’une deuxième vague de l’épidémie en France sur les chaînes d’info continue . A ma connaissance il ne peut se prévaloir d’aucune expertise en infectiologie, épidémiologie ou virologie? A quel titre intervient-il et est-il systématiquement invité? Il prédisait, au lendemain de la fête de la musique, s’insurgeant contre les rassemblements sur le canal Saint Martin, une explosion de nouveaux cas quinze jours plus tard, tout en ajoutant qu’il viendrait reconnaître son erreur s’il s’était trompé. On attend toujours sa contrition. Peut être parle t’il au nom de son collègue, infectiologue lui, mais également alarmiste, le Pr Caumes, celui qui en février qualifiait l’épidémie de gripette  et conseillait de prendre des billets pour Venise à prix bradés…Ils font partie de ceux qui par leur campagne ont poussé le gouvernement, toujours hanté par le risque pénal, à rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos. Pourquoi les médias font ils tant de place aux « Cassandres », qui gèrent avec délectation leur présence télévisuelle et si peu à ceux qui ne manquent pas de faire remarquer que le nombre de malades hospitalisés et en réanimation ne cesse de baisser ce qui contredit l’hypothèse d’une reprise épidémique, soit que l’apparente augmentation de la circulation du virus ne soit qu’un biais du à la multiplication du nombre de test, soit que le virus ait perdu, peut-être par variation saisonnière, de son pouvoir pathogène? Pourquoi les médias traquent-ils, devenus comme la presse d’investigation, des auxiliaires de police, les rassemblements festifs pour les dénoncer, comme ceux des apéritifs gays, le vendredi soir sur les bords de Seine? « Eloignez vous les uns des autres » est devenu la parole évangélique, le paradis,  de ceux qui semblent rêver d’un confinement éternel…

 

 

Je n’ai pas vérifié les sources de la publication qui illustre la fin de  ce billet, mais si elle n’est pas un fake, voici au moins un point sur lequel Raoult aura dit vrai et qui devrait faire réfléchir ceux qui dissuadent de prendre les transports en commun et prônent le « tout vélo » et assimilés …

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2020 4 04 /06 /juin /2020 11:12

La veille de l’annonce du confinement je me trouvais à Bordeaux dans ma résidence secondaire, précipitant mon retour vers Paris. J’étais loin de me douter que mon diner, le vendredi précédent, au « Bistrot du sommelier », allait être mon dernier repas au restaurant pour plus de 2 mois. Le rire « philosophique » dont témoignait mon tweet sur les effets collatéraux potentiellement bénéfiques de la pandémie (« frein au réchauffement climatique et délai inattendu pour l’objectif d’atteinte de l’équilibre financier des régimes de retraite…pas idiot de suspendre la réforme »), masquait mal mon désarroi devant les conséquences potentielles du confinement, personnelles certes quant à mes loisirs - pratique du sport, cinémas, butinage sexuel -, mais surtout économiques qui vont être terrifiantes.

 

Sur le plan personnel, étonnamment, si l’impossibilité ou la difficulté des rencontres sexuelles s’est révélé tout à fait supportable - même si j’ai quelque inquiétude quant à la possibilité d’ouverture prochaine des lieux gays - c’est la fermeture des salles de sport qui a mis mon moral en berne, craignant les conséquences sur mon corps vieillissant de l’arrêt de la musculation pendant plus de 3 mois…Il s’en est même fallu de peu qu’on nous interdise de pratiquer le jogging, nécessitant alors d’adjoindre un régime à notre « assignation à résidence » pour éviter une prise de poids inéluctable. J’ai été sidéré de l’hostilité suscitée, avec des appels répétés à son interdiction, y compris de la part de soignants, alors que le risque de sa pratique individuelle était négligeable, bien inférieur à celui de faire ses courses en supermarché. Faudrait il y voir l’expression d’un jalousie de tous ceux qui n’ont jamais trouvé la motivation nécessaire pour faire du sport?

 

Le plus inquiétant dans la période sans précédent que nous venons de vivre fût, face à un politique un temp tétanisé,  la prise du pouvoir de décision par les institutions médicales, incarnées notamment par le Conseil Scientifique. Quel triste spectacle s’est déroulé sous nos yeux sur les chaines d’info où défilaient des soi-disant « experts » dont les affirmations initiales se sont presque toutes révélées fausses qu’il s’agisse de la qualification de « grippette », de l’inutilité du port du masque (ce qui au moins a soulagé l’exécutif puisque nous n’en avions pas), de la certitude d’une 2è vague qu’on attend toujours, des modélisations sur la durée du confinement (jusqu’à la fin de l’été selon certaines) ou du nombre astronomique de morts auquel il fallait s’attendre. Il serait cruel de personnaliser ces informations en citant les noms de ces experts, si ce n’est peut-être en faisant du consultant médical de TF1, le Dr Kierzek, urgentiste (et  syndicaliste…) le symbole de ce naufrage, sans qu’il esquisse jamais une « contrition », contrairement à son collègue de France 2 (le Drmes). Certains cependant, par leur modération, leur expertise réelle des épidémies et leur recul, comme le Pr Bricaire ont un peu sauver l’honneur de la profession.

 

Je n’omets pas la controverse sur l’utilisation de la chloroquine, qui ne pouvait pas me laisser indifférent en tant que médecin de recherche clinique particulièrement impliqué dans la méthodologie des études cliniques. Certes aucune étude n’a démontré son efficacité, mais devant les indices fournies par des essais à la méthodologie déficiente, dont celles du gourou marseillais, il me paraissait plutôt raisonnable, dans l’urgence, d’utiliser sa prescription sous surveillance étroite dans l’attente de résultats plus définitifs. Les rivalités médicales ont tellement pourri la situation, comme en témoigne la publication du Lancet, que nous n’aurons sans doute jamais la réponse puisqu’il n’y a presque plus de malades, du moins en Europe. On peut, à la rigueur, excuser le manque de culture de nombre d’experts et cliniciens français, quant à la méthodologie des études cliniques, mais pas de la part démembres de l’HAS et de l’Agence du Médicament, même si on a déjà pu le constater, malheureusement, en d’autres circonstances. Comment ne pas s’interroger sur leur décision précipitée, il est vrai sur l’injonction d’un ministre stressé, de tout arrêter avec ce médicament, sur les résultats d’une étude notoirement insuffisante, voire douteuse, comme on a fini par s’en apercevoir….

 

L’avenir nous dira peut-être s’il était bien raisonnable, étant donné la courbe épidémique peu différente entre les pays qui ont confiné durement et ceux qui sont restés plus pragmatiques, de mettre à terre l’économie avec des conséquences qui se révèleront dramatiques pour beaucoup, pour épargner la vie de quelques milliers « d’obèses et de  vieux » de plus….

 

Je ne m’étendrai pas sur l’utilisation méprisable de l’épidémie par certains hommes politiques dont Jean-Luc « Hébert » ou terrifiante par des intellectuels ( Emmanuel Todd suggérant presque de rétablir la peine de mort pour nous dirigeants…).

Pour terminer sur une note positive, ce confinement excessif m’aura au moins permis de découvrir des séries de haut niveau, comme Ozark, Bloodline ou l’extraordinaire Breaking Bad sur Netflix, ZéroZéro sur Canal, sans oublier les nouvelles saisons dees incontournables Westworld sur OCS ou Le Bureau des légendes sur Canal.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2020 6 08 /02 /février /2020 14:57

Bien des sujets auraient pu être abordés dans ce blog depuis mon dernier billet. La schizophrénie de la gauche quant aux adolescentes de 16 ans, Mila au bûcher mais Greta béatifiée; le dernier roman d’Echenoz, un exercice stylistique et parodique qui se lit avec ravissement, mais qu’en restera t’il, si ce n’est le souvenir d’un bon moment; le retour de Cruella, alias Ségolène, bonne nouvelle pour les pôles, moins pour la gauche;  les réseaux sociaux, avatar digital de la guillotine; 1917, le dernier film de Sam Mendes et sa vision hallucinante d’une campagne de France d’où Dieu s’est retiré ; Gabriel Matzneff, dont on fait semblant de découvrir les inclinaisons pédophiles (mot qui, faut il le rappeler, désigne l’amour des impubères et non des adolescents), à propos d’une affaire qui n’a rien à voir avec cette pathologie; la chasse à l’homme des militantes féministes qui n’en épargnent que deux catégories, les homosexuels (bénéfice secondaire inattendu) et les islamistes auprès desquels elles défilent…

 

J’aurais également pu consacrer un billet au roman de Kevin Lambert, « Querelle », non seulement parce qu’il montre la sexualité gay dans toute sa crudité et pour reprendre les mots de l’auteur, la puissance des existences minoritaires à questionner le majoritaire, son potentiel de révolte que tend à lui faire perdre la « normalisation » actuelle, mais aussi par la parallèle qu’il fait entre la violence du désir sexuel et celle des luttes sociales, dont il montre en décrivant une révolte ouvrière dans une scierie canadienne, les équivoques, les aspects obscurs et délétères, qui font écho aux violences des mouvements sociaux actuels : « les grands discours de bien commun et de justice sociale, c’est juste des histoires qu’on se raconte pour se convaincre qu’on est des saints de gâcher la vie de gars honnêtes qui travaillent en forêt, de faire perdre la production à toute une usine, de monopoliser l’attention de la région au complet pour nos propres petits interêts médiocres ». Matière à réflexion pour Emmanuel Todd et Michel Onfray que  les gilets jaunes mettent en érection.

 

Pourtant ce qui a semblé ne plus me quitter, ces dernières semaines, a trait à la religion et plus particulièrement à la religion chrétienne. Ce fut d’abord le film bouleversant de Terence Malik, présenté au dernier festival de Cannes, « ma » Palme d’or, chemin de croix jusqu’à la mort d’un jeune paysan autrichien refusant de prêter serment à Hitler au nom de sa foi chrétienne. Mise scène époustouflante, où chaque plan, véritable tableau, est un hymne à la nature.

 

Puis il y eut cet étonnant dialogue, deux visions de l’église, entre le futur Pape François et Benoit XVI, peu avant sa démission, dans le film « Deux Papes » mis en ligne sur la plateforme Netflix, comme prémonitoire de sa prolongation virant à l’affrontement, réel cette fois, à propos de la question du mariage des prêtres.

Etrange coïncidence, c’est encore d’un duel feutré entre deux Papes qui est au centre de la mini-série qui vient de se terminer sur Canal, « the New Pope », mis en scène de façon magistrale par Paolo Sorrentino ( suite de « The Young Pope »), complètement iconoclaste, techno-baroque, mais  bien plus fidèle au christianisme que blasphématoire,  où chaque plan, là encore, est un tableau somptueux avec un  hommage final au Shining de Kubrik. Le doute qui s’installe quant à la possibilité que le « Young Pope » soit une réincarnation du Christ a prolongé l’émotion éprouvée avec une autre série récente, sur Netlix, « Messiah », dont j’ai dévoré les 10 épisodes en moins de 2 jours, thriller spirituel, dont le héros iranien à la beauté fascinante se déclare fis de Dieu, sans se réclamer d’aucune religion mais dont les références chrétiennes sont omniprésentes..

De façon plus anecdotique, je pourrais aussi citer cette émouvante scène de la série « The Crown », entre la princesse Alice, et son fils le Duc d’Edenbourg à pros de la foi, que ce dernier pense avoir perdue lorsqu’elle lui doit sa survie…

 

Point d’orgue de cette séquence « christique », la lecture du dernier livre, posthume, de Michel Serres, « Relire le relié », qui est présenté comme l’oeuvre de toute sa vie. Que Michel Serres fût chrétien, ce ne pouvait être une surprise puisque je le savais fervent admirateur de René Girard.

A partir des deux origines du mot religion, relire et relier, cette relecture des textes sacrés, notamment les Evangiles montre comment la religion, contrairement à l’histoire épisodique, celle des empires, royaumes et systèmes politiques mais à l’instar des mathématiques, de l’argent et de  l’alphabet est un des 4 invariants qui fondent notre culture mais qui à leur axe horizontal qui relie les hommes entre eux, ajoute un axe vertical qui unit le ciel à la terre. Impossible de rendre compte de la richesse de ce livre, je n’en retiendrai ici que ce que l’auteur rappelle à propos de la « sainte Famille », où Jesus n’est pas le fils, où Joseph n’est pas le père, puisque , fils de l‘homme, il est né du Saint Esprit et d’une mère vierge. Il s’agit donc bien d’un enfant sans mère : « l’expression la sainte Famille » signifie donc qu’elle défait les liens charnels, biologiques, sociaux, naturels, ou, comme on a dit structuraux: chacun à sa manière, le père n’est pas le père, ni le fils vraiment le fils, ni la mère absolument la mère; amoindrissement et suppression des liens du sang ». Ce devrait être un sujet de méditation pour la « Manif pour tous »…

 

Je ne sais s’il y a un Dieu, je reste agnostique, mais s’il devait y en avoir un, je préférerais que ce soit celui des chrétiens…

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 15:17

Il y a 20 ans, en plein milieu d’une interminable et douloureuse séparation d’avec celui qui venait de partager 15 ans de ma vie, la victoire de la France en coupe du monde de foot avait, pour une soirée, dissipait les nuages qui embuaient mon esprit, non que je fusse un passionné de ce sport, mais la joie qui déferlait dans les rues était communicative. Je m’étais même rendu, fort tardivement, après un long détour aux soirées « dominicales » très « hot » d’une boite annexe du Scorpion, sur les champs Élysées à un moment où la fête était finie, un accident provoqué par une voiture folle venant de disperser la foule.

En 2010, le mirage de la société multiculturelle que la presse avait célébrée à l’occasion de cette victoire, s’évanouissait dans l’épopée lamentable en Afrique du Sud. Je m’étais vu alors censurer un billet de ce blog, intitulé je crois « Black, blanc beur », sous prétexte qu’il aurait pu déplaire aux « annonceurs ». J’avais donc hébergé ce billet sur « Gayattitude », mais ce site ayant disparu, je n’ai pu en retrouver la teneur. Sans doute devais je émettre quelques réserves sur l’angélisme des médias quant à l’immigration, me faisant l’écho de certains écrits de Renaud Camus, tout en commençant à m’effrayer de ses positions politiques ( http://limbo.over-blog.org/tag/politique/3).

Cette année, toujours aussi peu passionné par ce sport, j’ai assisté à la victoire de notre équipe dans un bar du marais, où, sans doute pour la première fois en un tel lieu, la foule a entamé la marseillaise, non sans penser, avec tristesse, aux tweets ravageurs que devait être en train d’écrire un de nos grands écrivains.

En 1998, j’étais un fidèle et assidu lecteur du journal Renaud Camus, auteur découvert avec « Tricks » mais surtout enthousiasmé par « Buena Vista Park » et ses « Chroniques Achriennes ». Nous étions deux ans avant la triste et célèbre « affaire Camus », monumentale et injuste cabale déclenchée par quelques phases extraites de son journal de l’année 1994 (« La campagne de France »). Est-ce de ce moment qu’il faut dater la dérive intellectuelle qui allait l’amener jusqu’aux tweets les plus extrêmes qu’il a pu émettre au cours de cette coupe du monde,  où il a souhaité la "victoire de l’équipe européenne contre l’équipe africaine" ? Certes l’acharnement médiatique dont il fût victime dans les années 2000 a pu contribuer à exacerber les traits de type paranoïaques qu’on pourrait déceler dans ses premiers écrits (la relecture récente de Buena Vista Park m’a fait retrouver en filigrane certaines de ses idées actuelles), mais un autre évènement, survenu à la même époque, m’apparait bien plus fondateur de ce changement « d’épistémé » que l’on trouve dans son journal à la charnière des deux siècles : la rencontre avec Pierre, survenue un an avant « l’affaire ». Non par une influence directe, je suis loin d’être persuadé que l’ami qui partage sa vie depuis près de 20 ans, et avec qui j’ai eu l’occasion de diner il y a plusieurs années car il était un des collègues de lycée de mon ex-ami, partage pleinement ses positions, mais parce qu’elle a mis fin à son vagabondage sexuel (ce terme n’a aucune connotation péjorative chez moi…) qui constituait la trame omniprésente de son journal. Nous assisterions en fait au « remplacement » d’une obsession, le sexe, par la transformation progressive d’un malaise devant le comportement culturel africain et arabo-musulman, perceptible dès ses premiers écrits, en une obsession d’une invasion par les peuples qui portent cette culture, obsession qui confine parfois au délire paranoïaque (il suffit d’aller jeter un coup d’œil sur son compte tweeter...).

J'ai arreté de lire Renaud Camus quand son journal a cessé d'être publié en librairie (il est maintenant en ligne sur le site de l'auteur). Il me manque pourtant, mais je préfère rester à l'écart de sa part "maudite".

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2017 1 11 /12 /décembre /2017 16:03

Surveiller et Punir, ce titre d’un ouvrage de Michel Foucault consacré à la naissance de la prison, pourrait merveilleusement décrire le rôle que se sont attribués les médias et les réseaux sociaux donnant naissance à la société du contrôle de la parole, des opinions, des comportements et de la vie privée comme substitut à la police et à la justice, réhabilitant ainsi le lynchage. Le journalisme d’investigation, dont Edwy Plenel fût l’un des pères, a fait tache d’huile au point qu’une traque permanente de tout ce qui est dit ou fait s’est généralisée afin de livrer « aux chiens » tout ce qui est censé s’écarter de la doxa « bienpensante » et de des tables de sa loi laïque, féministe et antiraciste. Les exemples récents sont légions comme cet humoriste écarté de France Télévision pour une blague, certes pas très fine, à propos des violences faites aux femmes (interdiction de l’humour noir), Kevin Spacey « effacé » du dernier film de Ridley Scott sans qu’il soit à ce jour poursuivi et encore moins jugé, une juré de la nouvelle star dénoncée au CSA pour avoir touché le « kilt » d’un candidat, ou notre président taxé de raciste pour avoir osé plaisanter aux dépens d’un président africain ou avoir enfreint les principes de la laïcité en assistant à une cérémonie religieuse (on remarquera que cette accusation ne concerne en général que la religion catholique, l’islam ayant l’excuse d’être considéré comme la religion des opprimés…).

 

Combien cette doxa a dû se sentir mal à l’aise, l’attitude de Jean Luc Mélenchon en témoigne, devant le spectacle de l’hommage rendu à Johny Halliday ce samedi, qui plus est trouvant son point d’orgue dans une église…Le peuple qui était dans les rues et qui témoignait dans les médias, ressemblait furieusement à ce que certains appellent les français « de souche » ; les catholiques zombies, pour reprendre l’expression d’Emmanuel Todd à propos des participants à la manifestation en hommage à Charlie Hebdo. Les français issus de l’immigration, les banlieues, n’étaient pas là… D’un autre côté l’immense émotion qu’a suscité cette disparition (que je n’ai pas vraiment partagée car Johny ne faisait pas partie des artistes qui m’ont touché dans ma jeunesse) vient contredire la thèse d’un des représentants «maudit» de l’anti Doxa, Renaud Camus : nous sommes encore loin du "Grand remplacement "…Je me suis abstenu de le lui dire lorsque je l’ai croisé, ce samedi où il assistait comme moi à la soutenance de thèse de directeur de recherches, en Sorbonne, de mon ex-ami qui a partagé 15 ans de ma vie, me contentant de lui faire part du plaisir que j’avais eu à la lire des chroniques Achriennes jusqu’au dernier opus de son journal qui ait été publié avant qu’il ne trouve plus d’éditeur. C’est l’écrivain que je voulais saluer, pas l’idéologue dont je ne partage pas les obsessions.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 15:00

Lorsqu’on comptabilise les intentions de vote pour les candidats qui prônent la sortie de l’euro et leur hostilité au «marché», manifestement majoritaires, on prend conscience du triste état d’esprit dans lequel se trouve la société française. Qu’un second tour Melenchon/Le Pen, bien qu’improbable, ne soit plus considéré comme impossible, donne le vertige. Après le Brexit, l’élection de Trump, la montée en puissance de Poutine et d’Erdogan, le cri d’Hamlet - «le temps est sorti de ses gonds» (Time is out of joint) - semble s’imposer.

 

Comment ne pas mettre en cause les réseaux sociaux, et notamment twitter et ses «gazouillis», dans cette explosion du populisme conséquence de la substitution de la «parole des incultes» à l’influence des élites. Le philosophe Michel Serres vient de le souligner, le grand changement, c’est que les technologies modernes, relayées par les médias qui donnent maintenant la parole aux «auditeurs» (je fuis ces émissions), ont permis aux incultes de prendre la parole à la place des intellectuels et des experts, jusqu’à prendre le pouvoir comme l’élection de Trump l’a montré. Tout devient désormais possible…

 

Cette inculture s’étend notablement au domaine économique, entrainant une adhésion irrationnelle à un candidat sans avoir la moindre idée sur la conséquence de son programme, y compris sur son propre patrimoine. J’en ai eu la démonstration éclatante avec mon beau père, ancien Mélenchoniste qui s’apprête à voter Marine Le Pen en raison d’une islamophobie irrépressible (alors qu’il vit dans un village de l’ouest parisien nullement sous la menace du « grand remplacement ») sans avoir pris conscience que, atteint d’un cancer à un stade avancé, les assurances vie en euros qu’il a souscrites pour protéger sa femme à son décès, perdraient une grande partie de leur valeur si cette dernière l’emportait.

 

Il est bien loin le temps où les campagnes présidentielles m’enflammaient- il est vrai qu’alors j’avais de fortes convictions socialistes et parfois une adhésion «affective» au candidat (François Mitterrand). Mais cette fois ci, même s’il ne représentait pas cette «deuxième» gauche dont j’ai tant rêvé, en présence, pour reprendre l’expression d’un de mes ex, «de l’escroc, du petit Ben (qui ose hurler à la trahison de Valls alors qu’il était prêt à censurer son gouvernement….), et du stalinien», je ne vois pas comment je  pourrais ne pas voter pour Emmanuel Macron.

 

Même si je n’y ai jamais milité, mon vote en faveur du parti socialiste n’a jamais fait défaut à toutes les élections clés depuis 1974 (première élection où je fus en âge de voter). Je suis consterné par l’état de délabrement dans lequel cette élection va le laisser, prolongeant l’action délétère entreprise par le petit Ben et les frondeurs durant cinq ans, accentuée par les primaires, véritable machine à mobiliser les électeurs les plus psychorigides ancrés dans leur idéologie, au point de le ramener à un niveau de représentativité à peu près similaire à celui dans lequel Mitterrand l’a trouvé (il s’appelait la SFIO en ces temps-là) quand il s’en est emparé (Le tandem Gaston Defferre/Michel Rocard fit 5 % à l’élection de 1969). François Hollande a-t-il voulu cela ? C’est une hypothèse sérieuse si on s’en réfère aux confidences faites à deux journalistes dans «Un président ne devrait pas dire ça». Mais dans ce cas pourquoi n’a-t-il pas préféré, au lieu de donner la main à Emmanuel Macron (« Emmanuel Macron, c’est moi ») pour tenter l’émergence d’une gauche socio-libérale, la conduire lui-même en se séparant de la branche vermoulue des frondeurs ? Mystère.

 

En dépit de ce qu’en disent les médias avides de «suspense», en dehors de la vampirisation des électeurs de Hamon par Mélenchon, les sondages sont remarquablement stables depuis qu’a surgi l’affaire Pénélope (les variations restent dans la marge d’erreur des 2%). C’est à mon arrivée à Pavie, en Italie du Nord, premier jour de mes vacances (j’aurais pu voter le matin tôt avant de partir), que je saurais si un second tour Macron/Le Pen est confirmé.

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 17:47

L’étrange concours de circonstances qui semble promettre à Emmanuel Macron une destinée si improbable, il y a quelques mois encore, m’apparait comme une métaphore d’une expérience de pensée imaginée par James Clerk Maxwell pour mettre en échec le second principe de la thermodynamique. Ce principe, avec celui d’exclusion de Pauli, constitue le fondement de la physique basée sur le principe de causalité et d’irréversibilité du temps. Souvenez-vous de vos cours de physique : vous n’avez jamais constaté que l’eau d’une casserole n’atteigne l’ébullition sans qu’on la chauffe ou que les morceaux d’un vase brisé ne se reconstituent spontanément. Cela est pourtant compatible avec les lois de la physique qui sont parfaitement réversibles mais est interdit (ou du moins rendu fort improbable, à moins que n’ayez l’éternité devant vous pour avoir une chance d’assister à ce «miracle») par le dit second principe qui établit que l’univers évolue «statistiquement» vers l’état le plus probable, celui du plus grand désordre (ou entropie). Maxwell conçut une expérience qui mettait en échec ce principe. Prenons un récipient rempli d’eau, divisé en deux compartiments A et B, séparés par une cloison dotée d’une petite trappe permettant, à son ouverture, de les faire communiquer . Si le compartiment A est rempli d’eau chaude (grande vitesse des molécules) et le B d’eau froide (moindre vitesse de celles ci), l’ouverture de la trappe entrainera une homogénéisation de la température par répartition égale des molécules rapides et lentes dans les deux compartiments. Imaginez maintenant un «démon» capable de discerner les molécules et ouvrant et fermant la trappe en fonction de leur vitesse afin de faire passer les plus rapides en A et à conserver les plus lentes en B, rétablissant ainsi la différence de température entre les deux compartiments, en contradiction avec les prévisions du second principe (création d’ordre à partir du désordre et donc diminution de l’entropie….).

Lorsqu’Emmanuel Macron a quitté le gouvernement au mois d’aout, personne ne lui donnait la moindre chance de concourir pour le second tour de la présidentielle, tout au plus celle de dépasser le candidat socialiste…Qui aurait pu imaginer que les primaires de la droite élimineraient les deux favoris, Juppé et Sarkozy? Puis que François Hollande renonce à se présenter à des primaires conçues pour lui, dont les deux favoris seraient  à leur tour éliminés (j’anticipe peut être un peu…) et qu’enfin Ulysse Fillon déclare son amour à Pénélope (ça ne s’invente pas…).

Emmanuel Macron a-t-il eu une vision prémonitoire qui l’a incité à se lancer dans cette folle aventure, ce qui ferait de lui une version politique du démon de Maxwell? On ne peut plus exclure qu’il atteigne le second tour de la présidentielle en contradiction avec toutes les probabilités initiales….

Il ne faudrait cependant pas oublier que la démonstration de Maxwell a été réfutée : connaitre la vitesse des molécules a un «coût», il faut les éclairer pour les voir, et donc dépenser de l’énergie, c’est-à-dire augmenter l’entropie….Le second principe est donc respecté… Le coût serait-il aussi le point faible de Macron ? Ne commence-t-on pas à lui dire « qui te finance» ?

Ceci dit l’évolution, aussi improbable qu’elle soit, de la situation politique a considérablement clarifié mon processus décisionnel. Ils n’étaient que trois à qui je puisse éventuellement apporter mon vote, Juppé, Valls et Macron. Après m’être parjuré deux fois, en participant aux primaires de la droite (pour éliminer Nicolaparte) sans aucunement en partager les valeurs, puis de gauche (pour tenter de sauver Valls) dont je n’adhère plus qu’à certaines valeurs «sociétales», mais plus du tout à celles d’Hammon ou de Mélenchon (au moins lui il est drôle), celles d’un réel fantasmé, des «post vérités» ou des faits alternatifs, en un mot de la négation du réel (magnifiquement illustré par ce porte-parole de Trump à propos de l’affluence à son investiture : « il arrive que nous soyons en désaccord avec les faits» !), il n’en reste plus qu’un….Si Macron devait à son tour passer à la trappe, je resterai chez moi.

Qu’importe après tout puisque Michel Onfray, dans « Décadence », nous annonce la fin de la civilisation occidentale qui succomberait à la menace islamique, et si j’ai bien compris ce qui en est dit (je n’ai pas lu son opus), la faute en incomberait au christianisme, bâti sur une fable, et à sa culture du ressentiment. Dans sa vision apocalyptique, il fait référence à Clausewitz, tout comme René Girard (qui n’est jamais cité) dont il partage le pessimisme, mais ce dernier se fonde sur l’hypothèse exactement inverse, celle de la vérité évangélique. Devant cette montée aux extrêmes, qui "se sert aujourd'hui de l'islamisme comme elle s'est servie hier du napoléonisme ou du pangermanisme", René Girard propose une alternative à la soumission aux pulsions "rivalitaires" (religieuses, nationales, idéologiques...) : imiter le Christ en renonçant à toute violence.

"Dire que le chaos est proche n'est pas incompatible avec l'espérance, bien au contraire. Mais celle-ci doit se mesurer à l'aune d'une alternative qui ne laisse d'autre possibilité que la destruction totale ou la réalisation du Royaume" (La vérité cachée de Clausewitz, René Girard, 2007).

Partager cet article
Repost0