Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 19:50
Du désir, de l'amour et de la haine

« Retracer le destin du désir humain à travers les grandes œuvres littéraires », telle était l’ambition de René Girard lorsqu’il écrivit « Mensonge romantique et vérité romanesque », première ébauche de sa théorie du désir mimétique, sur laquelle il fondera une nouvelle anthropologie de la violence et du religieux. L’émotion que j’ai éprouvée ce mercredi à l’annonce de sa mort m’a renvoyé à celle que j’avais ressentie en découvrant « Des choses cachées depuis la fondation du monde », ouvrage qui allait profondément transformé, au moins autant que les interprétations de la mécanique quantique (Bernard d'Espagnat, le physicien du "réel voilé", s'est lui aussi éteint il y a quelques semaines) , ma vison du réel.

La parution de cet ouvrage fondamental l’année (1978) de ma « sortie du placard », ne pouvait qu’attiser mon attention tant il s'opposait (même s'il ne s'agissait que d'un aspect très secondaire de l'ouvrage) à la doxa freudienne sur l'interprétation de l'homosexualité : non seulement il n'écartait pas la possibilité d'une homosexualité proprement biologique (sur laquelle il se disait incompétent), mais il déconstruisait le concept d’homosexualité latente, celle-ci n’étant plus considérée comme la recherche du « même », mais vouloir être ce que l’autre est :

« L’homosexualité correspond forcément à un stade « avancé » du désir mimétique mais à ce même stade peut correspondre une hétérosexualité dans laquelle les partenaires des deux sexes jouent, l’un pour l’autre, le rôle de modèle et de rival aussi bien que d’objet. La métamorphose de l’objet hétérosexuel en rival produit des effets très analogues à la métamorphose du rival en objet. C’est sur ce parallélisme que se base Proust pour affirmer qu’on peut transcrire une expérience homosexuelle en termes hétérosexuels, sans jamais trahir la vérité de l’un et de l’autre désir. C’est lui, de toute évidence, qui a raison contre tous ceux qui, soit pour l’exécrer, soit au contraire pour l’exalter, voudraient faire de l’homosexualité une espèce d’essence. »

Cette isomorphie du désir homosexuel et hétérosexuel, rendue si évidente par Proust, elle transparait également chez Roland Barthes dans ses « Fragments d’un discours amoureux ». Un des romans de cette rentrée littéraire, « Histoire de l’amour et de la haine », de Charles Dantzig, l’auteur du « Dictionnaire égoïste de la littérature française », pourrait être perçu comme une version romanesque du précédent – on pourrait tout autant évoquer « Vie secrète » de Pascal Guignard – si ces fragments, portraits réflexions des six personnages - Fernand, jeune intellectuel homosexuel fils d’un député homophobe, un couple gay, Anne leur colocatrice, Pierre écrivain hétérosexuel vieillissant - ne se situaient au moment précis « où les loups sont entrés dans Paris», entre la première et la dernière manifestation de la « manif pour tous ». Ce roman, très érudit, et dont la narration est si peu romanesque, est aussi une chronique de l’homophobie, dont il montre combien elle est irréductible à tout autre forme de racisme, puisqu’il prend racine au sein même de la famille. Vision fondamentalement pessimiste d’une irréductibilité du mal, et donc de la haine, qu’aucune loi ne pourra jamais changer. Une lecture « girardienne» de ce roman montrerait comment ce déchainement des foules de la manif pour tous - la haine étant une des figures, exacerbées, du désir - répondait à un mécanisme mimétique avec l’homosexuel comme bouc émissaire.

René Girard affirmait l'identité du social et du religieux, ce dernier expliquant l'ordre social. Comment la croyance fonde une communauté , c'est ce que nous raconte "Ni le ciel, ni la terre", film de guerre à dimension fantastique et métaphysique présenté à Cannes à la semaine de la critique, qui a pour moi dominé la rentrée cinématographique. Un commando français dirigé par le capitaine Bonassieu (interprété de façon exceptionnelle par Jeremy Renier) ayant établi son campement à la frontière du Pakistan, peu de temps avant le retrait des troupes d'Afghanistan, interposé entre un village afghan et les talibans, va se trouver confronter à la disparition mystérieuse de plusieurs de ses soldats, disparitions qui vont affecter symétriquement le camp taliban et rapprocher de façon étrange, dans la quête du sens, les protagonistes...Ce qui est inexplicable aux yeux du capitaine, l'amenant au bord de la folie et du délire va trouver au "sens" aux yeux des villageois afghans et d'un des soldats "chrétien" : "Dieu est en train de reprendre sa création". Sans dévoiler le dénouement qui a pu paraitre décevant à certains critiques, la capitaine ne trouvera la paix que offrant aux familles des disparus et à l'état major français une explication "rationnelle", sacrificielle pour lui même...

Mis à part la sortie des films primés à Canne, l'éprouvant "Fils de Saul" et l'étrange "The lobster" (ou l'enfer d'une société où les couples se formeraient sur la recherche du "même"), que de déceptions : "Seul sur mars", si seul qu'on s'ennuie avec lui; un bien décevant Woody Allen et un Rappeneau dont la mise en scène est tellement datée...

"On change de corps comme de chemise. Le corps qui a couché avec un autre il y a vingt-quatre heures n'est plus le même que le corps de maintenant. Il a oublié son plaisir; mais pas qu'il l'avait eu, ce qui lui donne envie de recommencer. Les corps ont une mémoire abstraite. Ce sont les esprits qui ont une mémoire matérielle, du détail de l'endroit du corps qui jouissait plus que l'autre." (Richard Dantzig, Histoire de l'amour et de la haine, Grasset, 2015)

Repost 0
Published by limbo - dans culture LGBT
commenter cet article
20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 15:15
Sitges, la crise?

Mykonos l’an dernier n’avait été qu’une entorse à mon habitude de passer avec Bertrand mes vacances d’été à Sitges, non sans profiter du long parcours en voiture pour faire étape dans des sites remarquables du sud de la France.

Nous découvrîmes d’abord Collonges-la-Rouge, village médiéval de la Corrèze, sans oublier de visiter les deux autres petits bourgs qui l’entourent et que sa réputation éclipse, Curemonte, superbe sous le sous le soleil couchant de cette fin juillet et Turenne et son château. Inutile de préciser que les soirées y sont calmes, d’autant que les plus proches contacts « Grindr » sont à Brive….

Le lendemain nous atteignîmes la plus belle ville de France selon Victor Hugo ("Prenez Anvers, ajoutez-y Versailles, et vous avez Bordeaux") pour y passer deux jours, le temps d’amorcer notre bronzage sur la plage gay du Porge, de revenir déguster un de ses savoureuses pizzas chez «Jacomo», restaurant certes moins fréquenté par les gays qu’il ne fût, mais dont la patronne est toujours aussi truculente, de faire mes premiers pas dans un nouveau bar, le Lefko, dans le centre de cette ville qui m’a vu naitre, où je reviens pourtant tous les mois mais dont l’ouverture m’avait échappé et d’y apercevoir un de mes tricks d’il y a plus de 30 ans…

Le départ pour Biarritz, imprudemment un 1è aout, se fit en évitant sagement de quitter Bordeaux par l’autoroute envahie par des hordes de vacanciers, ce qui nous permis d’arriver à temps pour passer l’après-midi à la célèbre plage «des 100 marches» à Bidart, très courue par les gays, dont l’accès se méritait particulièrement en ce jour caniculaire. Il était impensable de revenir au pays basque, qui a bercé mes vacances d’enfant et d’adolescent, sans aller diner "Chez Pablo" à Saint Jean de Luz, restaurant que j’ai découvert avec mes parents...La "vieille" n’est plus là depuis longtemps, sa nièce a repris le flambeau, mais les chipirons à l'encre sont toujours à se rouler par terre...Le soir, un verre pris à la terrasse du Bô bar, bar gay branché de Biarritz, me permis de jeter un œil nostalgique à la discothèque « Le caveau », à quelques mètres, qui fut en son temps un lieu gay mythique et où j’ai eu passé des nuits torrides…il y a si longtemps.

Il ne nous restait plus qu’à franchir la frontière à Irun et à rejoindre Sitges via les autoroutes espagnoles, évitant ainsi le Pertus et ses bouchons interminables ainsi que le risque de perdre des points de permis….Notre premier réflexe fut de faire un tour de la ville pour constater ce qui avait changé par rapport à l’année précédente. Nous avons été stupéfait du nombre de fermetures d’établissements : la charcuterie d’où nous ramenions toujours un savoureux jambon; le restaurant « Ma maison », une institution très gay friendly ; le restaurant «El Trull» ; la discothèque « L’Atlantida » où se déroulaient les nuits blanches et les « gays beach party »; le petit commerce d’alimentation de la rue principale où l’on se ravitaillait en eau…Ma première réaction fut d’invoquer la crise qui a sévèrement affecté l’Espagne mais les «locaux» nous ont presque à chaque fois donné une autre raison : retraite, malversation financière, problème personnel du patron, fermeture administrative…Sinon, pas de changements majeurs par rapport aux billets précédents consacrés à cette ville, tout s’organisant, depuis la fermeture du Mediterraneo, dans les bars et discothèques à proximité du célèbre Parrot, la terrasse gay incontournable. Lady Diamond, dont l’embonpoint s’est accentué, continue à faire spectacle dans les bars et restaurants sans beaucoup changer son répertoire…

Un peu moins de monde cette année, m’a-t-il semblé, surtout moins d’habitués du marais, l’ambiance y est toujours aussi chaude. Je n’ai plus l’énergie (ou l’envie ?) nécessaire pour participer aux très tardives soirées mousse de l’Organic ou aller finir mes nuits sur la plage où je n’ai donc pas pu vérifier si la drague y était toujours aussi active, mais les bars sexe, notamment le très populaire Bukkake, sont accessibles à des heures certes avancées mais plus raisonnables et les réseaux sociaux, Grindr, Scruff, gayromeo, Hornet, fonctionnent au maximum, permettant de cueillir ici tel jeune barcelonais venu passer la journée ou là de ne même pas quitter son hôtel en changeant juste de chambre….

Alors que je faisais part sur mon « mur » Facebook de mon plaisir de retrouver un de ces endroits de plus en plus rares qui résistent à l’uniformisation galopante que tente de nous imposer la génération anti-communautariste du « mariage pour tous », un de mes «amis» s’étonna en commentaire qu’on puisse parler de « résistance à l’uniformisation» au paradis des clones. Il avait sans doute oublié qu’à Sitges, loin de l’indifférenciation, ce serait plutôt la guerre des clones : bears, cuirs, crevettes, gymqueens, vieilles tantes décaties, etc…. Les hipsters barbus, symptômes accablants de cette maladie, « le mimétisme hétérosexuel », qui frappe de plus en plus de jeunes gays parisiens ne sont pas ici l’espèce dominante…

Après 9 nuits à Sitges, avant de regagner Paris, il est sage de prévoir une étape de repos. Cette année c’est saint Antonin Noble Val, petit village médiéval et familial du Tarn et Garonne qui nous a servi de « sas de décontamination », non sans avoir pris le temps de nous arrêter un instant pour visiter l’impressionnante abbaye Saint-Michel de Gaillac. Le temps n’était malheureusement pas au rendez-vous, ne permettant pas de profiter comme on l’aurait voulu du magnifique spectacle des gorges de l’Aveyron, mais nous avons pu découvrir Penne et son château en pleine restauration où l’on peut observer les tailleurs de pierre en action, ainsi que l’abbaye cistercienne de Beaulieu.

Repost 0
Published by limbo - dans LGBT
commenter cet article
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 13:33
Adieu gay Pride?

L’enthousiasme des années de « braise » s’en est allé. Le soleil était cette année au rendez-vous, mais cela n’a pas suffi à enrayer le déclin de la Gay Pride parisienne qui n’attire plus les foules et qui a perdu le sens de la fête depuis au moins 2 ans, date de l’adoption du mariage pour tous…Simple coïncidence, réelle démotivation après la satisfaction d’une revendication majeure ou lassitude devant une politisation jusqu’auboutiste de la direction de la LGBT? Combien d’entre nous se sentent concernés, si ce n’est une infime minorité, par la cause des transsexuels, la pseudo théorie du genre, ou la GPA ? Le slogan choisi cette année, «multiples mais indivisibles», pouvait prêter à sourire. Multiples certes, mais indivisibles vraiment? Il suffit de jeter un coup d’œil à ce qui se dit sur les réseaux sociaux gays ou de constater l’attrait qu’exerce le front national sur certains d’entre nous au point d’y militer, pour dévoiler son côté dérisoire. Cette radicalisation idéologique a tué la dimension carnavalesque de l’évènement. La fête s’est réfugiée, le soir, dans les rues du marais autour des bars qui, expulsés du défilé depuis des années, continuent, pour combien de temps encore, d’en faire un moment de réjouissance.

Quel contraste avec la 23ème fête de rue gay à Berlin la semaine précédente, à quelques pas de l’hôtel ou je résidais pour un congrès de neurologie, immense kermesse gay dans le quartier gay de Schonberg : multiples stands, talk-show, défilé de personnalités du monde du spectacle, de la culture et de la politique, pistes de dance, etc. Quel contraste avec l’immense foule qui a envahi les rues de Madrid pour fêter les 10 ans du mariage gay.

L’actualité était pourtant propice pour faire de cette Gay Pride une célébration des toutes récentes victoires historiques concernant le mariage homosexuel : le oui massif de l’Irlande catholique, si massif qu’il en a ébranlé Nicolas Sarkozy, et la contribution décisive du juge de la cour suprême, Anthony Kennedy, conservateur et catholique, à sa légalisation aux Etats Unis…Il semble bien qu’il n’y ait qu’en terre chrétienne, ou du moins judéo-chrétienne, que puisse se dérouler une Gay Pride, puisque celle d’Istanbul, la seule à ma connaissance en pays islamique, venant d’être violemment réprimée. Une occasion pour rapporter ces propos du Pape, passés inaperçus, lors d’un voyage à Turin : « Les Alliés avaient les photos de lignes de chemin de fer qui menaient aux camps où étaient assassinés les Juifs, les homosexuels, les Roms. Pourquoi n’ont-ils pas bombardé ces lignes de chemins de fer ?»…

Des années après leur séparation, un couple dont le fils, homosexuel, qu’ils ont abandonné, s’est suicidé quelques mois auparavant à San Francisco, se retrouvent dans « la vallée de la mort » après la réception de deux lettres qu’il leur a envoyé pour les inviter à se réunir dans ce lieu où il affirme qu’il leur apparaitra. Au-delà de la performance de Depardieu, surtout, et d’Isabelle Huppert, il semble que la dimension spirituelle –culpabilité, remords, rédemption - quasi christique dans sa scène finale, du dernier film de Guillaume Nicloux, Valley of love, ait contribué à l’accueil plutôt tiède, voir hostile, de la critique. Il m’a au contraire profondément touché, émotion renforcée par la beauté de la musique lancinante et les interrogations sans réponse, comme le rôle de l’homosexualité, à peine évoquée, de Mickael.

Pour terminer ce billet, quelques lignes extraites du passionnant livre de Raphaelle Bacqué sur la vie fulgurante mais fascinante de Richard Descoings, ancien directeur de Sciences Po, mort mystérieusement dans une chambre d’hôtel de New York, souffrant d’une bipolarité exacerbée par la drogue et l’alcool, et acteur de ces années de « braise» précédemment évoquées :

« Dans cette nouvelle société de la nuit et de la fête, les homosexuels animent la plupart des scènes à la mode. C’est un mouvement joyeux qui s’avance sans poing levé, mais en dansant sur la musique disco….Tout le monde couche avec tout le monde dans une douce odeur de poppers. C’est follement gai, terriblement mondain et somptueusement décadent.

Depuis qu’il s’autorise à vivre comme il l’entend, une fois la nuit venue, Richard a le sentiment d’avoir goûté à une drogue inconnue et puissante. …Le soir, lorsque le sage énarque enlève son costume et sa cravate pour enfiler un pantalon de cuir et un tee-shirt moulant et plonger dans la nuit, il ne sait plus très bien quelle tenue est un déguisement…..

« Je suis homosexuel pour ceux qui savent et hétérosexuel pour ceux qui n’ont pas besoin de savoir ! » »

(Richie, Raphaëlle Bacqué, Grasset, 2015)

Repost 0
Published by limbo - dans LGBT
commenter cet article

Présentation

  • : Regard d'un gay
  • Regard d'un gay
  • : regard d'un gay sur les évènements de ce monde, sa vie personnelle, etc...
  • Contact

Recherche

Liens