Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 22:29


9782246501114.jpg
Il y a déjà un certain temps, en écoutant sur LCI le débat hebdomadaire entre Julliard et Ferry, j'avais été stupéfié de les voir recommander un livre de Lubos Motl, « L’équation Bogdanov ». J’ai failli me pincer pour y croire car ce nom désignait bien les deux frères qui ont maintes fois défrayé la chronique et qui sont souvent considérés dans le milieu scientifique comme des escrocs. Bien plus, Julliard et Ferry en faisaient l’éloge. De quoi s’agit-il ? Les frères sus nommés, l’un docteur en physique et l’autre en mathématique, ont élaboré à travers 5 articles dans des revues scientifiques renommées une nouvelle théorie physique sur le big-bang, ou du moins sur ce qui a précédé le big-bang. Ceux qui s’intéressent plus au problème qu'aux relations entre Carla Bruni et Nicolaparte, ou qui ont parcouru ce blog, savent qu’au big-bang, la singularité initiale, les lois de la physique actuelle s’effondrent, par incompatibilité de la mécanique quantique et de la relativité générale, les 2 théories majeures de notre temps. Des théories non encore démontrées, dont la plus en vogue, la théorie des cordes, sont des candidates à cette unification des 2 théories fondamentales. Toutefois la théorie des cordes est incapable de dire quoi que ce soit sur « l’avant big-bang ». Les Bogdanov, se basant sur un outil mathématique qu’une infime minorité de scientifiques arrivent à maîtriser (certains disent qu’ils sont les seuls, d’où le problème), dans le cadre de la théorie des cordes, ont élaboré une théorie sur « l’avant », théorie qui fait appel à un temps imaginaire (au sens mathématique, vous vous souvenez des nombres imaginaires en terminale ? ; le temps réel ne commence en effet qu’au big-bang), et qui postule, de la même façon qu’il y a un code génétique à l’origine des êtres vivants, l’existence d’un « code mathématique » à l’origine de l’univers tout entier. Ils ont écrits il y a 2 ou 3 ans un livre sur cette hypothèse : « l’avant big-bang », livre que j’avais lu avec intérêt, en dépit de ma relative aversion (je ne sais pourquoi) pour ce « couple » mais qui a suscité des polémiques violentes sur internet au point de me faire penser que je m’étais fait « avoir ». Deux autres stars de la physique actuelle, du camp opposé toutefois aux tenants de la théorie des cordes, dans leur dernier livre, ont dénoncé les 2 frères qui avaient affirmé avoir leur soutien et ont crié à la félonie. Et voici pourtant qu’un des pères de la théorie des cordes, le jeune physicien Tchèque Lubos Motl, avec une préface d’un des responsables de l’agence spatiale européenne, consacre un livre à leur théorie en la soutenant et en la précisant ! Du rififi chez les physiciens. Que tout le monde se rassure, le boson de Higgs dont je parlais il y a peu, est nécessaire à toutes ces théories, il est donc impératif de le mettre en évidence, sinon, tout le monde devra se remettre au travail.
Je vous laisse deviner que si code mathématique il y a, on peut se poser la question de savoir qui a écrit le code….Vous ne vous étonnerez donc pas si tant de physiciens de tout premier plan nous font une crise mystique. Les stars de la biologie, qui eux sont à des années lumières des progrès qui ont été faits en physique, tout juste aux balbutiements du savoir en leur domaine, ne se posent eux aucune question de ce type, « hasard et nécessité » disent ils!

Partager cet article
Repost0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 19:52

boson.jpgbackroom-copie-1.jpg
La particule de Dieu, le boson de Higgs, encore appelée le Saint Graal des physiciens, est activement recherchée dans l'immense accélérateur de particule qui a  été construit près de Genève. La découverte du boson de Higgs fait l'objet d'une compétition effrénée entre les équipes de physique des particules élémentaires. De quoi s’agit-il? Selon le modèle le plus abouti et le plus opérationnel (qui marche!) de la physique actuelle, les particules élémentaires (vous vous souvenez, Houellebecq en a parlé dans son roman..), autrement dit les particules de matière ( qui sont soit des fermions comme le proton ou l’électron, soit des bosons comme le photon (la lumière est constituée de photons), la différence entre les deux étant que ces dernières sont les vecteurs des interactions entre les fermions) devraient avoir une masse nulle. C’est bien le cas de certaines d’entre elles comme le photon, mais pas de la plupart. Pour résoudre cette anomalie, il a fallu faire l’hypothèse de l’existence de particules inconnues à ce jour, les bosons de Higgs, qui produiraient un « champ » qui serait responsable de la masse des particules connues. Ces bosons auraient eux même une masse qui serait trop importante pour qu’ils puissent être détectés par les accélérateurs de particules actuels. Il a été construit dans la région de Genève un accélérateur de 27 kms de long, le LHC, opérationnel depuis la fin 2007 et qui devrait produire l’énergie suffisante pour les mettre en évidence.

Pour faire comprendre comment cette particule peut donner de la masse aux autres (et à elle même), je vais tenter une analogie osée. Imaginez un bar sexe gay assez fréquenté, et assez spacieux, où, comme à l’habitude les clients circulent, tournent et retournent, d’un pas léger. Soudain 3 ou 4 mecs « canons » apparaissent en divers endroits du lieu et se laissent aborder par tel ou tel. Immanquablement d’autres viennent se mêler à leurs ébats, les beaux mecs musclés (les bosons !) créant un « champ » d’attraction, et des attroupements se forment dont les individus (les particules) ont du mal à se détacher comme si elles avaient une « masse ».
Mais ce boson de Higgs n’est qu’une hypothèse rendue nécessaire pour rendre cohérente la théorie actuelle, il n’est pas « déduit de la théorie », mais y est « ajouté ». Si on n’arrive pas à le mettre en évidence, il faudra remettre à plat une théorie qui est le socle de la physique actuelle et qui fonctionne. L'autre théorie dont je vous ai parlé, non opérationnelle celle là, du domaine des spéculations visant à résoudre les contradictions entre la théorie des particules et la relativité, la théorie des cordes, prédit l’existence du boson de Higgs. L’ennui c’est qu’il n’y a pas une, mais une infinité de théories des cordes, chacune prédisant une masse différente pour le boson de Higgs (voir un billet précédent).

Si l’accélérateur permet de découvrir ce fameux boson, on pourra ainsi éliminer toutes les théories des cordes qui ne donnaient pas la bonne valeur, mais si on ne le découvre pas, on pourra toujours dire qu’il avait une masse telle que 27 kms c’était insuffisant et que cela ne permet que d’éliminer que les théories de cordes qui prévoyaient une masse détectable par la technologie actuelle...

Je peux vous assurer qu’on parlera encore longtemps du boson de Higgs après que les régionales auront été oubliées...
Pour ceux qui veulent se distraire :

http://chezluc.blogspot.com/2006/06



http://www.webastro.net/forum/showthread.php

Partager cet article
Repost0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 21:44

ChateauBrane-Cantenac.jpgLe petit monde de la théorie des cordes est en émoi. Deux livres, aux conclusions diamétralement opposées, parus presque simultanément « Le paysage cosmique » et « l’échec de la théorie des cordes », écrits par des éminents spécialistes de la dite théorie nous rendent compte du "conflit théorique". Comme vous le savez peut être deux théories incontournables, la relativité générale qui s’applique à l’échelle cosmique, l’infiniment grand, et la mécanique quantique qui s’applique au monde de l’infiniment petit (matière) ont révolutionné la physique du 20ème siècle ( et entre les 2 me direz vous, eh bien à notre échelle, la bonne vieille physique newtonienne, apprise à l’école, [du moins pour les plus vieux, les plus jeunes on ne sait plus très bien s’ils apprennent encore quelque chose, prière de ne pas déduire de ces réflexions une nostalgie du passé !], peut encore faire l’affaire). Le « hic » c’est que lorsque l’on remonte au big bang, l’échelle cosmique et l’échelle infinitésimale se rejoignent…et les 2 théories sont incompatibles, en d’autres termes, la gravité, pivot de la relativité, n’est pas « quantifiable ». La théorie des cordes, formulée dans les années 80, réussirait cette unification. Selon la théorie des cordes, les particules élémentaires (électron, photon, quark, etc.) ne sont pas ponctuelles mais sont toutes les « modes vibratoires » d’une unique cordelette. Il y a cependant problème…D’abord la théorie prévoit l’existence de 11 dimensions alors que nous n’avons conscience que de 4 (3 dans l’espace et une dans le temps), dont la plupart ne nous seraient pas accessibles. Mais il y a pire, il n’y a pas une, mais une infinité (ou presque, 10 à la puissance 500 !) de théories des cordes, chacune décrivant un univers possible…Une théorie du « Tout » digne de ce nom devrait pouvoir justifier la valeur des « constantes » de la physique de notre univers ( vitesse de la lumière, constante de Planck, constante cosmologique, etc.). Il se trouve que si ces constantes avaient été différentes de ce qu’elles sont, la vie n’aurait pu apparaître. Si on écarte l’hypothèse divine « d’un réglage des constantes », la théorie des cordes fournit une solution : notre univers n’est qu’un des « paysages » d’un Méga-univers, qui contient une infinité d’autres univers et il ne serait donc pas étonnant que notre univers, celui qui a permis la vie, ait les « bonnes » valeurs de constantes qui permettent à celle-ci d’exister ! Inacceptable clament une minorité de physiciens pour qui cette position aboutit à nier le principe de «falsibilité» sur lequel est fondé la physique. De quoi s’agit il : une théorie physique doit pouvoir, si elle est fausse, être réfutée par l’expérience, être falsifiable. Or la théorie des cordes ne l’est pas puisque si le résultat d’une expérience donne, dans notre univers, un résultat qui ne satisfait pas une des versions de la théorie, on peut toujours trouver une autre version compatible! Ils demandent donc que toutes les recherches (et budgets) ne se focalisent pas sur cette théorie, mais s’engagent dans d’autres directions qui pourraient remettre en cause les derniers développements de la physique.
Les partisans de la théorie des cordes sont cependant et de loin les plus nombreux. Ils ont regroupé les multiples versions de la théorie, qui ne seraient que des solutions d’une théorie plus vaste, la théorie M. J'ai déjà mentionné dans un précédent billet que selon la théorie M, l’univers serait en fait constitué de branes ( aphérèse de membrane) sortes d’étendues à plusieurs dimensions, similaires à des voiles auxquelles seraient rattachées les cordes. Notre univers serait ainsi sur une 3-brane (3 dimensions visibles), elle-même flottant dans un super univers aux dimensions multiples….

Tout cela ne rend il pas bien dérisoire notre petite campagne régionale, survenue dans un repli infinitésimal de notre 3-brane !
http://automatesintelligent.blog.lemonde.fr/automatesintelligent/2006

Partager cet article
Repost0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 21:24


614709zdzislaw_beksinski_1979_7.jpgNous avions laissé un monde en cordes et un univers en branes. Ce monde quasi-surnaturel que nous décrit la physique d'aujourd'hui a ainsi pu démontrer en laboratoire la possibilité de la téléportation ( certes d'un photon seulement, mais c'est un début!). Qu'en est il du voyage dans le temps? Comme vous le savez, dans la physique de nos grand-père il était impossible car donnant lieu à des paradoxes temporels : ainsi si vous remontez dans le temps pour tuer votre père avant votre naissance, vous n'êtes pas né,  vous n'avez pas pu remonter dans le temps et tuer votre père, donc vous êtes né...insoluble. La physique quantique pourrait permettre de résoudre ce paradoxe. Selon cette théorie chaque jour confirmée la réalité microscopique est enchevêtrée, c'est à dire qu'elle contient, en même temps, toutes les réels possibles et chacune de ces possibilités se réalise dans univers parallèle ( l'expérience du chat de Schrödinger). Ainsi si nous remontons dans le temps et tuons notre père, nous le tuons dans un univers parallèle où cette action s'est réalisée et où ne nous ne sommes pas né, mais nous restons "né" dans l'univers initial d'où nous venons!

Certes la physique actuelle nous dit qu'il n'y a plus d'impossibilité logique à voyager dan le temps, mais nous dit elle comment? Pas vraiment, mais elle nous fournit une piste. La théorie de la relativité générale n'exclut pas l'existence de "Trous de vers", véritables tunnels reliant des régions éloignées de l'espace, sans appartenir à l'espace... et comme le voyage dans l'espace est un voyage dans le temps, le tour est joué. Un petit problème à résoudre cependant, si nous entrions dans un de ces trous de vers (voir l'illustration) il nous arriverait des histoires...

Troudever.jpg
Partager cet article
Repost0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 21:01

Calabi-Yau_art.jpg


Nous avons tous appris que la matière était faite de particules élémentaires, les atomes et que ceux ci étaient composés de particules encore plus élémentaires, l'électron, le proton etc. Puis les physiciens ont découvert que certaines de ces particules étaient sécables en particules encore plus petites, les quarks. Actuellement on dénombre dans le modèle standard de la physique 12 particules élémentaires. Ces particules élémentaires interagissent entre elles grâce à 4 autre particules, dites messagères ( le photon qui compose la lumière par exemple). Et à ces 16 particules il faut en ajouter une 17è, non encore découverte mais prédite par la théorie, le boson de Higgs, responsable d'un champ d' énergie qui comble le vide ( le vide n'est pas vide!) et qui donne la masse aux particules. Tout cela fait beaucoup et encore n'est on pas sur que ces particules ne soient pas composées de particules encore plus élémentaires.

La théorie des cordes, forme la plus avancée de la physique théorique spéculative simplifie tout cela. Il n'y a pas de particules élémentaires ponctuelles. Chaque particule est en fait un petit filament d'énergie vibrant appelé "corde". Ces filaments n'ont pas d'épaisseur, seulement un longueur, infinitésimale, si bien qu'en les regardant avec la technique actuelle, ils apparaissent comme des points. Et les 17 possibilités de vibration de cette "corde" correspondent aux 17 particules connues, l'énergie de chaque vibration donnant naissance à la masse de chaque particule...Fantastique unification de toute la physique..Si cette théorie se vérifie dans les années à venir, elle ouvrira des perspectives fabuleuses car une de ses caractéristiques est de décrire notre univers comme un univers, non à 4 dimensions ( espace +temps) mais à 11 dimensions, les 7 supplémentaires étant microscopiques, enroulées sur elles même, et non perceptibles par nos sens. Cela ne vous donne pas le vertige...

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 22:44

untitled-copie-1.jpg

A la lecture d'un article du Monde ou de Libération, je ne sais plus, j'ai appris que les scientifiques s'effrayaient d'un conflit nucléaire, malheureusement possible, entre l'Inde et le Pakistan. Il suffirait que ce conflit voit l'utilisation d'une puissance atomique égale à 100 fois Hiroshima pour déclancher un hiver nucléaire qui aurait certes l'avantage de nous débarasser de Ben Laden dans sa banlieue pakistanaise, mais aussi, du fait du gigantesque nuage de poussières qui ferait écran à la chaleur solaire, de la plupart des espèces vivantes, l'humaine comprise.
Nous étions jusqu'ici menacés par les "catastrophistes" des conséquences dramatiques du réchauffement climatique du à l'homme, voilà que nous pourrions succomber à une ère glaciaire elle aussi due à la folie humaine. Entre les deux mon coeur balance pour le premier, d'abord parce ce que la menace est incertaine (il ne pourrait s'agir, dixit ce cher Claude allégre, que d'un changement climatique et non d'un réchauffement...de nouvelles mesures viennent de montrer que la fonte des clottes glaciares était beuacoup moins importante qu'on ne l'avait dit...) mais surtout la seconde menace pourrait être une solution à la première, bien plus efficace que la dérisoire taxe carbone si elle s'avérait confirmée. En effet, nos "experts" devraient pouvoir calculer la bonne dose nucléaire, le nombre de fois "Hiroshima", qui provoquerait une baisse des températures suffisante pour annuler l'effet du réchauffement sans provoquer de glaciation! Il faudrait bien sûr s'adresser à des "experts" plus "experts" que ceux qui ont été nos coneillers pour la pandémie de grippe porcine...

Une occasion peut être de se procurer le roman de Rosa Montero "Instructions pour sauver le monde", que le Monde vient de qualifier de " fable puissante mais désespérée sur la lutte contre le mal"


Pendant ce temps là, Vilaine Pine qui, pour paraphraser un de nos "béruriers", n'a vraiment pas une gueule très catholique, a cru un moment pouvoir se sortir des eaux marécageuses du dossier Clearstream, voit se compliquer un peu son désir de venir re-polluer la vie politqiue française.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 23:08

610-00300-05HIGH.JPGPour nous reposer un peu des impératifs du désir gay, continuons, après l'histoire des oeufs cassés qui ne se reforment pas, à nous laisser bercer par les merveilles de la physique avec la théorie des cordes.


Nous avons tous appris que la matière était faite de particules élémentaires, les atomes et que ceux ci étaient composés de particules encore plus élémentaires, l'électron, le proton etc. Puis les physiciens ont découvert que certaines de ces particules étaient sécables en particules encore plus petites, les quarks. Actuellement on dénombre dans le modèle standard de la physique 12 particules élémentaires. Ces particules élémentaires interagissent entre elles grâce à 4 autre particules, dites messagères ( le photon qui compose la lumière par exemple). Et à ces 16 particules il faut en ajouter une 17è, non encore découverte mais prédite par la théorie, le boson de Higgs, responsable d'un champ d'énergie qui comble le vide ( le vide n'est pas vide!) et qui donne la masse aux particules. Tout cela fait beaucoup et encore n'est on pas sur que ces particules ne soient pas composées de particules encore plus élémentaires.
La théorie des cordes, forme la plus avancée de la physique théorique spéculative simplifie tout cela. Il n'y a pas de particules élémentaires ponctuelles. Chaque particule est en fait un petit filament d'énergie vibrant appelé "corde". Ces filaments n'ont pas d'épaisseur, seulement un longueur, infinitésimale, si bien qu'en les regardant avec la technique actuelle, ils apparaissent comme des points. Et les 17 possibilités de vibration de cette "corde" correspondent aux 17 particules connues, l'énergie de chaque vibration donnant naissance à la masse de chaque particule...Fantastique unification de toute la physique..Si cette théorie se vérifie dans les années à venir, elle ouvrira des perspectives fabuleuses car une de ses caractéristiques est de décrire notre univers comme un univers, non à 4 dimensions ( espace +temps) mais à 11 dimensions, les 7 supplémentaires étant microscopiques, enroulées sur elles même, et non perceptibles par nos sens. Cela donne le vertige...

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 22:32

A0379.jpgNous avions commencé un petit voyage dans la physique moderne avec l' histoire du chat de schroendinger. Nous continuons avec le problème de l'apparente irréversibilité des phénomènes physiques et notamment du temps qui s'écoule. Voici ce qu'en dit Brian Greene, un des "maitres" de la physique théorique dans son livre " La magie du cosmos" :
""Alors? Pourquoi peut on voir des œufs qui se cassent, mais pas des œufs qui se reforment? D'où vient la flèche du temps dont nous faisons tous quotidiennement l'expérience? Voici l'état actuel de notre compréhension. Dans un état primordial chaotique très ordinaire, doté d'une haute entropie (désordre), une fluctuation statistique favorable, liée au hasard mais à laquelle on peut s'attendre de temps à autre, permit à une petite portion d'espace de 10 kgs de réunir toutes les conditions requises pour donner lieu à une explosion inflationnaire fulgurante. Cette incommensurable expansion eut pour effet d'étire l'espace jusqu'à une taille gigantesque et avec une très faible courbure. Vers la fin de l'expansion, l'inflation céda toute son énergie, grandement amplifiée, à de la matière et du rayonnement qui remplirent alors tout l'espace de manière quasi uniforme. La gravitation répulsive émanant de l'inflation diminuant, la gravitation attractive ordinaire redevint dominante et exploita les petites "inhomogénéités" dues à l'agitation quantique en y accumulant suffisamment de matière pour former les galaxies, les étoiles, le soleil , la Terre, le reste du système solaire et tous les autres astres de l'univers observable. L'énergie de notre soleil, d'entropie relativement basse, fut utilisée par les plantes et les premières formes de vie animale, de faible entropie, pour produire davantage de formes de vie de faible entropie, contribuant à une augmentation progressive de l'entropie totale en générant chaleur et déchets. Au dernier maillon de cette chaine fut finalement produite une poule qui pondît un œuf....et nous connaissons la suite de l'histoire : il arriva que l'œuf tomba du plan de travail de la cuisine pour s'écraser au sol, s'inscrivant ainsi dans le cadre inéluctable de l'augmentation de l'entropie de l'Univers....."
Oui mais il y a un grain de sable! Pourquoi l'inflation a t'elle eu lieu? Quelles étaient exactement les conditions de l'Univers avant le "Big-bang", avant l'inflation? Dans les conditions pré "inflationnaires" la relativité générale " et la mécanique quantique sont incompatibles. Il faut alors faire appel à une autre théorie, la théorie des cordes....ou à Dieu ... (les 2 ne sont d'ailleurs pas incompatibles).

La suite dans un prochain billet!

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 20:08

271Psychanalyse.jpg

 

En début de semaine j'ai visionné une docu-fiction de France 2, enregistrée il ya plusieurs semaines. Il s'agissait de la reconstitution du procès pour infanticide de Véronique Courjault. Mon propos n'est pas ici de parler du téléfilm lui même, remarquable avec une interprétation éblouissante du rôle de l'accusé, faisant honneur au service public, mais des discours "psychiatriques" qui ont été tenus par trois des experts convoqués à la barre, le psychiatre universitaire, la psychanalyste et la psychologue clinicienne (en rappelant qu'il s'agit de propos qui ont réellement été tenus).  Les deux premiers étaient au delà de la caricature. Le psychiatre, hautain, sûr de lui, disséquant le "cas Courjault" comme il s'il autopsiait un cadavre en salle d'anatomie, le "mandarin" dans toute sa superbe; la psychanalyste enferrée dans son délire d'interprétation si extravagant qu'on en aurait éclater de rire si le sujet le permettait (elle reliait la déclaration de la mère selon laquelle elle avait étrangler ses enfants (ce que l'autopsie a d'ailleurs invalidé) avant de les congeler, au fait qu'à sa naissance elle avait faillit mourir étouffé par strangulation due au cordon ombilical!).  Heureusement il y eut le témoignage émouvant de la psychologue, la seule qui me semble avoir réussi à approcher ce qui avait du se passer dans l'esprit de Véronique Courjault, sans tenter de faire entrer la réalité dans des schémas théoriques.

 

 

 

Je termine péniblement le dernier Dan Brown. J'avais lu dans l'avion, d'une seule traite, le Da Vinci, pourtant déjà bien nul mais se référant à une mythologie chrétienne quelque peu familière, l'envie au moins d'en connaitre la chute, alors que pour "Le symbole perdu" j'ai l'impression de  nager en plein ésotérisme ce qui m'ennuie profondément. Le succès phénoménal de cet auteur est vraiment un mystère. Quelques pages encore et je pourrais me plonger dans le nouveau volume du journal de Renaud Camus  (l'année 2007) qui vient de sortir.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 23:00


H2CCADJ9985CAKJ7QGICAQY7VYTCAFKK8SJCA9RPXG6CA2AVQWOCA2UUJBN.jpg






Enfant déjà, avec mon grand-père, nous promenant dans la forêt de Chiberta, près de Bayonne, je m'intéressais sans le savoir à la métaphysique. Certes je ne m'interrogeais pas sur l'Un, le Multiple, la Monade, l'Être, mais sur pourquoi l'univers, pourquoi la vie, pourquoi quelque chose plutôt que rien? Ceux qui de nos jours, du moins pour les médias, tiennent lieu de philosophes ont déserté le champ de la métaphysique, ils préfèrent, tel Michel Onfray, écrire des pamphlets anticléricaux (le "Traité d'athéologie") ou faire du "journalisme", fût il "transcendantal" (tel que le rêvait Maurice Clavel). Seuls ceux qui "pensent" la physique moderne et le bouleversement qu'elle apporte quant à notre perception de la réalité me semblent les héritiers et les continuateurs de la "philosophie". Le réel "voilé" (dévoilé?) que nous décrit la physique aujourd'hui, n'est pas notre réel quotidien, c'est un monde si inimaginable, si merveilleux, si incertain qu'il en donne le vertige.

J'essaierai, de temps à autre, dans ce blog, d'aider à lever un peu ce voile (un peu seulement car la théorie elle même nous dit qu'il ne peut être totalement levé), en prenant quelques exemples dans  ce que j'ai pu retiré des livres du mathématicien, spécialiste de la mécanique quantique, Bernard d'Espagnat, ou de physiciens comme Brian Greene ("L'univers élégant").

J'ai ainsi compris pourquoi ceux qui vivaient à cent à l'heure paraissaient plus jeune : le temps va moins vite pour eux! Je m'explique : lorsque nous sommes au repos, nous nous déplaçons cependant dans le temps, et cela à la vitesse de la lumière ( la terre ainsi se déplace chaque seconde dans le temps). Comme vous le savez ( ou devriez le savoir..) on ne peut dépasser la vitesse de la lumière; donc quand nous nous déplaçons dans l'espace (en voiture, an avion, en courant), comme la vitesse totale ( temps + espace) ne peut être supérieure à la vitesse de la lumière, notre vitesse de déplacement dans le temps est inférieur à celle de ceux qui restent au repos ( chez eux à glander!). CQFD : ceux qui se déplacent souvent et très vite vieillissent moins que les sédentaires.

Partager cet article
Repost0