Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2019 4 20 /06 /juin /2019 14:02

A la lumière de l’évolution récente de la situation politique, il serait cruel de renvoyer les éditorialistes les plus médiatisés à leurs commentaires de la fin de l’année dernière , en pleine crise des gilets jaunes, quand ils clamaient haut et fort qu’Edouard Philippe était condamné et que sa démission surviendrait au plus tard après les européennes...Il était certes difficile d’imaginer que notre président allait rééditer l’exploit, partagé uniquement par Sarkozy mais dans des circonstances bien plus favorables, de résister plus qu’honorablement dans des élections intermédiaires, qui plus est après la curée dont il fut l’objet dans le cadre de l’affaire Benalla et surtout la jacquerie des « gilets jaunes ». Les lecteurs de ce blog ne seront pas surpris d’apprendre la douce euphorie qui m’a envahi à l’annonce des résultats des partis de Vauquiez et Mélenchon....

 

Durant cette période électorale, les sorties cinématographiques se référant de près ou de loin à la question gay ont été nombreuses. La bande annonce des « Crevettes pailletées » m’aurait plutôt détourné de ce film, tant la caricature semblait grossière, si je n’avais révisé ma position à la lecture de certains critiques. Certes la caricature de certaines typologies homosexuelles est parfois un peu lourde, mais le film est presque constamment touchant dans son approche des homosexualités, atteignant son objectif de plaidoyer contre l’homophobie avec un final mémorable... Applaudissements  nourris à la fin de la projection, pas uniquement de la part de fraction gay de l’auditoire...

Par un contraste saisissant, j’avais  vu quelques jours avant « tremblements », film d’une noirceur rare qui narre la descente aux enfers d’un quadra, membre d’une  famille de la haute bourgeoisie guatemaltaise du fait de son mariage à sa riche héritière. La révélation accidentelle de son homosexualité va l’entrainer à subir une thérapie de conversion sous la pression incessante de sa famille, embrigadée dans une secte protestante intégriste, jusqu’à lui faire intérioriser un sentiment de honte, la haine de soi. On pourrait reprocher à ce film, dont il faut cependant souligner la  beauté de la mise en scène, de témoigner d’un pessimisme quelque peu daté, contrairement à « Boy erased », sorti quelques semaines avant, au thème plutôt  similaire mais dont le héros va suivre une trajectoire libératrice.

L’islam radical comme thérapie de conversion, c’est la question qu’on pourrait se poser à propos du dernier film de Téchiné , « L’adieu à la nuit », dont certains ont affirmé à tort que l’homosexualité était pour une fois absente puisque celle, refoulée, du héros est suggérée à deux reprises....

 

Le dernier Almodovar, un de ses plus beaux films, « Douleur et gloire », vient couronner cette séquence, sans qu’il soit nécessaire ici d’ajouter au concert de louanges qui a accompagné sa projection à Cannes, si ce n’est en témoignant de l’intense émotion suscitée par cette scène qui pourrait devenir culte, où le réalisateur enfant s’évanouit à la vue de la beauté d’un jeune corps masculin nu...

 

En attendant la sortie du dernier Xavier Dolan, on peut patienter en visionnant la série consacrée aux chroniques de San Francisco sur Netflix avec une distribution de premier choix et un premier épisode plus que prometteur,  ou en dégustant le dernier thriller mémoriel de Victor Del Arbol, « Par delà la pluie », toujours aussi noir, entremêlant des destinées où l’homosexualité est souvent présente.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2018 3 19 /09 /septembre /2018 15:42

C’est en plein délire médiatique sur l’affaire Benalla que j’ai quitté Paris, fin juillet, pour trois semaines de vacances qui allaient, comme chaque année, me mener à traverser la France pour rejoindre Sitges. Long périple en voiture seul au volant, que je peux espérer être le dernier, Bertrand venant de passer avec succès l’épreuve du code…

Première étape dans le petit village d’ Angles sur L’Anglin, repéré lors d’une émission consacrée aux plus beaux villages de France, l’occasion de dormir dans un petit hôtel de charme et de prendre quelques heures de sommeil d’avance, Grindr ne révélant aucune âme gay dans un périmètre raisonnable. Bordeaux n’était plus qu’à trois heures de route, le temps de déposer nos bagages dans notre pied à terre et de partir aussitôt vers le Porge océan, sa belle plage, son endroit gay et ses dunes accueillantes quoique bien moins fréquentées que dans ma folle jeunesse. Ces quelques jours dans ma ville natale furent aussi l’occasion de découvrir le magnifique village de l’Herbe, sur le bassin, à deux pas du Cap-Ferret. Ou plutôt redécouvrir car j’eus aussitôt une impression de déjà vu, j’étais déjà venu là, pas seul, mais impossible de me rappeler le garçon qui m’y avait amené lorsque j’habitais Bordeaux…La nuit gay bordelaise n’est plus très animée et aussi diversifiée depuis que le BHV, le TH et le Yelow Moon ont disparu. Certes le Trou’duc ou le Coco-Loco sont des bars sympathiques mais plutôt gay friendly avec une forte présence féminine et seul le Buster garde une ambiance sexe. Je suis toujours surpris de ne plus apercevoir dans les bars gays bordelais (si ce n’est parfois au Porge) ceux de ma génération, croisés ou rencontrés dans les années 80/90. Ils ne peuvent avoir tous quitté la ville ou renoncé au marché du sexe, ou changé à un tel point que je ne les reconnaisse plus…A moins qu’ils ne continuent à draguer à l’ancienne, hantant de nuit les espaces publics, comme la dalle de Mériadec, où je fis tant de rencontres lorsque j’habitais, de 1981 à 1988, un des immeubles qui la surplombe et apparemment toujours le siège de ratonnades anti-homos, si l’on en croit un  thriller récemment paru, « Parfois c’est le diable qui vous sauve de l’enfer », de l’écrivain bordelais Jean-Paul Chaumeil.

Rejoindre Sitges en traversant les Hautes Pyrénées permettait d’éviter le Perthus, ses bouchons et de marquer une étape à Argelès-Gazost, village où se sont rencontrés mes parents – j’y fus peut-être conçu- et qui fut le point départ de multiples randonnées vers les « 3000 » de la région avec mon précédent ami. Au retour d’une éprouvante balade sous un soleil de plomb jusqu’au pied de la grande cascade du cirque de Gavarnie, nous pûmes constater que le « Grand remplacement », l’obsession de Renaud Camus, n’était pas près d’advenir dans ce village très gaulois : des restaurants proposaient des repas « autour du cochon » et la station-service où je me suis arrêté affichait « ici nous sommes en république, on n’entre pas voilé » ... Nuit calme, aussi peu de gays que de « remplaçants » …

La scène gay de Sitges ne présentant pas cette année de changements notables par rapport au billet que je lui avais consacré ces deux dernières années, je ne m’étendrais pas sur les 10 jours toujours intenses que nous y avons passés, sous une chaleur parfois éprouvante.

Le temps s’avérant désespérément beau cette année, nous pouvions tenter, sur le retour, après une nouvelle halte à Bordeaux, de nous aventurer, non en Bretagne (le risque climatique étant trop grand…) mais en Vendée, région qui m’était totalement inconnue. Notre choix s’est porté sur Noirmoutier dont le caractère sauvage, de la nature environnante certes, mais aussi de la population nous a quelque peu surpris, de l’hôtelière qui nous a refusé d’aller aux toilettes tant que les chambres n’étaient pas prêtes, aux restaurateurs qui vous annoncent, lors d’une tentative de réservation, que tout est complet alors que vous trouvez des tables en vous pointant au dernier moment, sans parler des clients qui désertent la piscine de l’hôtel en fin d’après-midi en clamant qu’ils vont à la messe…La Vendée serait-elle un bastion de la Manif pour tous ? Nous trouvâmes cependant une plage semi-naturiste fort agréable.

De retour à Paris je me suis précipité pour voir le film de Camille Vidal-Naquet, « Sauvage », histoire dramatique d’un SDF, prostitué homosexuel et drogué, souvent touchant, parfois bouleversant mais le sordide d’une scène d’une sexualité « extrême », inutile, ou le portrait à la limite de la caricature de certains des « clients » du héros suscitent une certaine réticence. L’interprétation de Félix Maritaud est époustouflante.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 15:17

Il y a 20 ans, en plein milieu d’une interminable et douloureuse séparation d’avec celui qui venait de partager 15 ans de ma vie, la victoire de la France en coupe du monde de foot avait, pour une soirée, dissipait les nuages qui embuaient mon esprit, non que je fusse un passionné de ce sport, mais la joie qui déferlait dans les rues était communicative. Je m’étais même rendu, fort tardivement, après un long détour aux soirées « dominicales » très « hot » d’une boite annexe du Scorpion, sur les champs Élysées à un moment où la fête était finie, un accident provoqué par une voiture folle venant de disperser la foule.

En 2010, le mirage de la société multiculturelle que la presse avait célébrée à l’occasion de cette victoire, s’évanouissait dans l’épopée lamentable en Afrique du Sud. Je m’étais vu alors censurer un billet de ce blog, intitulé je crois « Black, blanc beur », sous prétexte qu’il aurait pu déplaire aux « annonceurs ». J’avais donc hébergé ce billet sur « Gayattitude », mais ce site ayant disparu, je n’ai pu en retrouver la teneur. Sans doute devais je émettre quelques réserves sur l’angélisme des médias quant à l’immigration, me faisant l’écho de certains écrits de Renaud Camus, tout en commençant à m’effrayer de ses positions politiques ( http://limbo.over-blog.org/tag/politique/3).

Cette année, toujours aussi peu passionné par ce sport, j’ai assisté à la victoire de notre équipe dans un bar du marais, où, sans doute pour la première fois en un tel lieu, la foule a entamé la marseillaise, non sans penser, avec tristesse, aux tweets ravageurs que devait être en train d’écrire un de nos grands écrivains.

En 1998, j’étais un fidèle et assidu lecteur du journal Renaud Camus, auteur découvert avec « Tricks » mais surtout enthousiasmé par « Buena Vista Park » et ses « Chroniques Achriennes ». Nous étions deux ans avant la triste et célèbre « affaire Camus », monumentale et injuste cabale déclenchée par quelques phases extraites de son journal de l’année 1994 (« La campagne de France »). Est-ce de ce moment qu’il faut dater la dérive intellectuelle qui allait l’amener jusqu’aux tweets les plus extrêmes qu’il a pu émettre au cours de cette coupe du monde,  où il a souhaité la "victoire de l’équipe européenne contre l’équipe africaine" ? Certes l’acharnement médiatique dont il fût victime dans les années 2000 a pu contribuer à exacerber les traits de type paranoïaques qu’on pourrait déceler dans ses premiers écrits (la relecture récente de Buena Vista Park m’a fait retrouver en filigrane certaines de ses idées actuelles), mais un autre évènement, survenu à la même époque, m’apparait bien plus fondateur de ce changement « d’épistémé » que l’on trouve dans son journal à la charnière des deux siècles : la rencontre avec Pierre, survenue un an avant « l’affaire ». Non par une influence directe, je suis loin d’être persuadé que l’ami qui partage sa vie depuis près de 20 ans, et avec qui j’ai eu l’occasion de diner il y a plusieurs années car il était un des collègues de lycée de mon ex-ami, partage pleinement ses positions, mais parce qu’elle a mis fin à son vagabondage sexuel (ce terme n’a aucune connotation péjorative chez moi…) qui constituait la trame omniprésente de son journal. Nous assisterions en fait au « remplacement » d’une obsession, le sexe, par la transformation progressive d’un malaise devant le comportement culturel africain et arabo-musulman, perceptible dès ses premiers écrits, en une obsession d’une invasion par les peuples qui portent cette culture, obsession qui confine parfois au délire paranoïaque (il suffit d’aller jeter un coup d’œil sur son compte tweeter...).

J'ai arreté de lire Renaud Camus quand son journal a cessé d'être publié en librairie (il est maintenant en ligne sur le site de l'auteur). Il me manque pourtant, mais je préfère rester à l'écart de sa part "maudite".

Partager cet article
Repost0
6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 15:25

 

Mon séjour à Bordeaux, le week-end dernier, a coïncidé avec la date de la Gay Pride bordelaise, 20 ans après celle à laquelle j’avais participé avec un ami parisien, le temps d’une très éphémère romance. Nettement plus de monde cette fois-ci, même si on restait loin des foules parisiennes, avec une bouffée d’air rétro d’avant la « normalisation » gay, avec son ambiance festive et colorée, comme souvent en province, vitrine de nos différences. Une bouffée seulement, car les discours et les slogans de la tête de la manifestation montrait le triste noyautage gauchiste de la LGBT locale mettant plus l’accent sur la haine du capitalisme et de Macron que sur nos préoccupations.

 

La « normalisation » gay, il en a maintes fois était question dans ce blog, non pour la regretter, mais pour en souligner les effets pervers collatéraux qui tendent vers notre « déculturation » et la perte de notre identité, ou plutôt de « nos » identités ( http://limbo.over-blog.org/article-l-homosexualite-est-elle-soluble-dans-le-conformisme-53487533.html ) dans la substitution du droit à « l’indifférence » au droit à la « différence ». C’est donc avec intérêt que j’ai entrepris la lecture du petit opuscule d’Alain Naze, « Manifeste contre la normalisation gay », que je pensais être dans la lignée de l’ouvrage sus cité. Loin de là…Certes l’auteur cite marginalement les conséquences négatives de la « normalisation gay », avec la disparition progressive des lieux de drague que favorisait la clandestinité et des quartiers gays et l’exclusion de ceux qui donnent une « mauvaise image » de nous (les folles), en d’autres termes la marche vers notre « invisibilité », mais ce n’est pas là le cœur de son propos.

Notre auteur se présente en fait comme un militant nostalgique du FHAR des années 70 (voir billet précédent), quand ce mouvement voyait l’homosexualité comme fer de lance de la révolution, mais contaminé de surcroit par l’islamo gauchisme… Les organisations LGBT, peu suspectes pourtant de dérive droitière, sont ainsi accusées de favoriser l’homophobie en exportant la notion d’identité homosexuelle dans des régions où elle n’existe pas, en un mot de colonialisme! Rejetant « l’essentialisme », dans la lignée de ceux qui considèrent que l’homosexualité n’existait pas en Grèce, il suppose que celle des pays émergents serait « d’une autre forme » que celle du modèle occidental.  Dans le même esprit il s’insurge contre la pression de l’homosexualité blanche (pas si loin en fait du « male blanc » de Macron !) en faveur du « outing », combat qui ne recoupe pas celui de la plèbe, qui aurait peu de raison de se reconnaitre dans les manifestations favorables au mariage pour tous. La référence à Guy Hocquenghem (dont Edouard Louis serait l’héritier spirituel ?) est omniprésente. Alain Naze n’est pas isolé : un récent colloque à l’université de Nanterre, en plein blocage, avait pour contenu "l'homoracialisme", "l'impérialisme gay" ou encore "l'extrême gauche blanche"...

 

Ce pamphlet sectaire n’interroge jamais la notion même de normalisation, qui n’était pour les auteurs d’ « Homographies » (l’absence de la référence à cet ouvrage est stupéfiante : http://limbo.over-blog.org/article-adapte-toi-a-notre-homophobie-ou-de-l-heterosexualisation-de-l-homosexualite-109687347.html) qu’un leurre, un épisode peut être éphémère de notre histoire, réversible, tant l’homophobie est profondément enracinée chez l’hétérosexuel, masquée par un comportement compassionnel un peu similaire à celui plus récemment développé pour l’espèce animale…Dans une optique inverse, celle de William Marx dans son « Savoir Gai » dont j’ai rendu compte dans un billet récent, beaucoup plus optimiste, notre normalisation est impossible tant le « regard gay » diffère de celui de l’hétérosexuel et loin de nous faire rentrer dans le rang « hétérosexuel » quant à nos pratiques sexuelles (que le très beau film de Christophe Honoré, « Plaire, aimer et courir vite » illustre à merveille) la loi sur le mariage homosexuel pourrait au contraire influencer celle des hétérosexuels….

 

Lundi dernier, assistant au repas de la section parisienne de l’amicale des anciens élèves de Sainte Marie Grand Lebrun, où je fis toutes mes études, en présence d’un prêtre, le provincial de l’ordre des Marianistes, au moment des présentations, où pour la première fois (la dernière réunion remontant à 5 ans), je déclinais un « marié sans enfants », dont mon alliance témoignait,  à la place de mon habituel « célibataire », je me demandais ce que je répondrais si on me posait une question « indiscrète » sur ce mariage récent….Normalisation, tu n’es pas au bout du chemin…..

Partager cet article
Repost0
23 avril 2018 1 23 /04 /avril /2018 15:13

Avril 1978, ma deuxième naissance ce jour où j’allais rencontrer Philippe, dans un cinéma « porno » de la rue Vivienne à Paris, dont je venais d’apprendre l’existence dans un article du journal « le Point ». Lorsque je retournais dans ma province bordelaise, quelques jours plus tard, transfiguré par cette première expérience sexuelle (http://limbo.over-blog.org/article-ma-premiere-fois-pour-son-malheur-44231829.html), je n’aurais pas imaginé que rencontrer des garçons aller maintenant rythmer ma vie de façon quasi ininterrompue, parfois frénétiquement comme s’il était possible de rattraper le temps perdu, et encore moins que 40 ans plus tard de telles rencontres soient encore si fréquentes sans que  j’ai jamais eu besoin de recourir au sexe tarifé…Le jeune homosexuel que j’étais jetait en effet un regard presque réprobateur, toutefois sans agressivité comme on peut le constater sur le net aujourd’hui,  sur ces plus de « 50 ans » qui osaient encore fréquenter les lieux de drague…Quant à l’idée même d’un mariage « gay », elle aurait déclencher chez moi un immense éclat de rire.

En effet, en ces temps-là, à la fin des années 70, le militant gay était plutôt « révolutionnaire », moins sur le plan « politique » comme le FHAR (front d’action révolutionnaire) dans les années post 68, que sur le plan sociétal contre l’oppression hétérosexuelle et ses normes « familiales » qu’on voulait exploser, avec la création du GLH (Groupe de libération homosexuelle), puis du CUARH (Comité d’urgence anti répression homosexuelle). Je m’insérais, sur un mode moins politique, dans ce mouvement en participant activement, à la création sur Bordeaux d’une association homosexuelle, « Les Nouveaux Achriens » (terme proposé par Renaud Camus, auteur pas encore maudit et surtout connu pour la publication de « Tricks », journal de ses rencontres sexuelles, qui le préférait à celui de « gay » qui commençait à s’imposer).

Mon coming-out « sexuel » survenait au meilleur moment, celui où on allait basculer de la période « pré-gay », à celle de la « libération des corps » au rythme de la musique Disco. Quelques mois plus tard paraissait le premier numéro du journal Gai Pied suivi de peu par la publication d’une revue trimestrielle, à ambition culturelle, « Masques, revue des homosexualités », dont la sortie donna lieu à une grande fête au Bataclan.

J’aurais presque oublié cette revue, dont la lecture m’a pourtant accompagnée les quelques années de sa parution, si je ne venais de lire, avec intérêt, la biographie de Jacques d’Adelsward-Fersen par Viveka Adelsward et Jacques Perrot, livre qui m’a été envoyée gracieusement par son éditeur, espérant que je puisse en faire état dans ce blog. J’avoue, bien que Roger Peyrefitte lui ait consacré un roman, « L’exilé de Capri », que je n’avais jamais entendu parlé de ce poète et romancier français, de lointaine ascendance suédoise, dandy aristocrate qui fréquentait les cercles proustiens, et dont l’homosexualité fût révélée au grand jour au début du siècle dernier, il avait 23 ans, à l’occasion d’un scandale de mœurs impliquant des mineurs qui étaient amenés à participer plus ou moins dénudés à des « tableaux vivants ». Condamné pour « excitation de mineurs à la débauche », après plusieurs mois de prison, il choisit de s’exiler à Capri avec Nino, qui va partager sa vie, jusqu’à son suicide à l’âge de 42 ans. Durant cet exil, outre la poursuite de son œuvre littéraire, il va lancer en 1909 une revue mensuelle, Akademos, traitant de l’homosexualité sous l’angle artistique et littéraire, mais aussi progressivement sous celui du militantisme. Sa parution fut éphémère, à peine un an, en partie pour des raisons financières mais aussi en vue d’un projet plus ambitieux et plus ouvertement militant. Akademos, première revue homosexuelle, me semble préfigurer, 70 ans avant, ce que sera Masques. Un pionnier de la libération gay qui mérite de sortir de l’oubli.  

L’actualité cinématographique nous rappelle combien ce parcours vers notre « visibilité » fut long et douloureux. La remarquable saison 2 de la série American crime, "The assassination of Gianni Versace", centrée autour du parcours 4 fois meurtrier de son assassin, nous montre que Versace, dont la sœur lui lance quand il décide de faire son coming-out, « "Tu as oublié que le monde est horrible" », a été aussi la victime de l’apathie homophobe de la police. Le très émouvant film de Luca Guadagnino, « Call me by your name », avec un époustouflant Timothée Chalamet, nous livre un dialogue d’anthologie entre un père et son fils sur le caractère unique, irremplaçable, fondateur du sentiment amoureux, aussi douloureux soit-il.

Un coup de cœur pour clore ce billet : les deux premiers opus du « quatuor bordelais » de l’auteur anglais Allan Massie, « Printemps noir », puis « Sombre été à Bordeaux », enquêtes policières durant l’occupation, où l’intrigue s’efface devant l’étude des caractères en ces temps troublés, atmosphère assez semblable à celle de la série « Un village français », une sorte d’alchimie entre Simenon et Philippe Kerr, avec notamment des personnages homosexuels attachants (le plaisir de lecture de ces deux romans rendent très indulgents vis-à-vis de petites imperfections quant à la connaissance de Bordeaux ( Le café des arts n’est pas cours de la Marne mais cours Victor Hugo…)).
 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 15:56

Big sister”

 

 

 

« Il n’y a que des parisiens pour pouvoir se payer ça », réflexion d’un contact sur Scruff, un site de rencontres gay, lors d’un récent séjour à Bordeaux, m’avait fait sourire. Mon logement dans un appartement d’un petit immeuble, totalement rénové, du centre-ville et dont les travaux venaient de se terminer en était à l’origine. Ce n’est que quelques jours plus tard, une fois rentré à Paris, en découvrant dans la presse la campagne d’affiches dans les rues de Bordeaux, « Parisien rentre chez toi », que j’ai réalisé que cette réflexion révélait un état d’esprit. Bien que bordelais de naissance et de cœur, ayant vécu 37 ans dans cette ville, je me suis tout de même senti un peu visé puisque j’y ai acheté, il y a plus de 2 ans, un pied à terre qui vient de m’être livré. Il est vrai que depuis l’embellissement de la ville sous l’action d’Alain Juppé, son classement au patrimoine de l’Unesco, l’arrivée du TGV en deux heures depuis Paris, l’afflux des touristes qui a stimulé le développement d’Airbnb, ont entrainé une explosion des prix de l’immobilier et des difficultés réelles de logement pour certains. On pourrait cependant entrevoir le ferment d’un repli identitaire dans une telle agressivité.

 

L’installation dans cet appartement allait donner lieu à une autre manifestation d’agressivité, que je qualifierai, sobrement, de « culturelle ». Le mobilier a été livré par deux employés d’une société de transports, qui devant l’impossibilité d’utiliser l’ascenseur pour certaines pièces trop volumineuses, ont accepté mon aide et celle de mon mari pour les acheminer par les escaliers. La montée du canapé fut la plus problématique, entrainant dans un endroit plus délicat un mouvement de recul inattendu d’un des deux livreurs, un jeune maghrébin, dont la partie basse du dos et haute du fessier, vinrent rencontrer mes mains avancées pour le retenir. Il se retourna brusquement pour me lancer un brutal : « ça veut dire quoi ça ! ». J’en suis resté sans voix, même s’il ne pas fallu longtemps pour réaliser, qu’étant avec mon ami, il avait tout de suite imaginé, qu’homosexuel, je ne pouvais qu’être intéressé par ses fesses...Ma stupéfaction devait être suffisamment évidente pour qu’il se calme et ne m’accuse pas d’agression sexuelle…

 

D’autant plus qu’il n’en faut pas beaucoup en ce moment pour qu’un comportement soit qualifié d’agression sexuelle. En témoigne ce qui vient d’arriver à Kevin Spacey, dont le simple fait d’avoir proposé à un adolescent, il y a 30 ans, alors qu’il était bourré, de l’accompagner chez lui, mais sans avoir commis le moindre acte sexuel suffit à déclencher un orage médiatique, mettre à mal sa carrière et, pire, être voué aux gémonies par les associations LGBT qui l’accusent d’associer l’image de l’homosexualité à la pédophilie, de quoi faire se retourner dans leur tombe les militants gays qui ont forgé notre « libération ». Ne doutons pas que d'ici peu, d'autres viendront soudainement  "témoigner" de l'appétit de l'acteur pour les beaux garçons...

 

Mais après tout ne nous plaignons pas, nos compères hétérosexuels mènent une vie bien plus risquée que la nôtre…Je ne méconnais pas l’importance qu’on eut les combats féministes pour notre propre cause, ils sont en partie indissociables, mais le déferlement médiatique, occultant tout ou presque, qui a suivi la révélation du comportement, certes ignoble, de ce producteur américain, suivi de cette écœurante campagne « balance ton porc », fortement connotée, outre l’incitation à la délation , d’un racisme anti « sale gueule », montre l’influence sur les médias des organisations féministes les plus radicales, pour lesquelles toute pulsion sexuelle masculine n’est que la manifestation intolérable du pouvoir masculin et de sa volonté de domination. « Big sister», version féministe de « Big brother » pour imposer ce nouveau puritanisme. Bientôt un simple regard sera suspect, comme l’est pour la gauche radicale la moindre critique de l’islam, qualifiée d’islamophobie, sous prétexte que les musulmans ont été opprimés par l’occident….

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 15:15

Générique de fin, un silence de plomb dans une salle qui commence à s’éclairer, quelques spectateurs qui essaient d’essuyer discrètement leur larmes, ou qui n’y arrivent même pas, tel ce jeune homme dont on pouvait supposer qu’il avait connu un drame similaire et que sa mère tentait de consoler. Film dont c’est peu dire qu’il est bouleversant dans sa deuxième partie, récit d’un dramatique amour entre deux militants d’Act-up, l’un séronégatif et l’autre s’acheminant vers le stade terminal de la maladie, servi par une interprétation exceptionnelle.

 

Comment ne pas être renvoyé à ses propres souvenirs, à cette seconde moitié des années 80 et début des années 90, que jeune homosexuel j’ai traversée, en dépit d’une vie sexuelle active,  en étant épargné par ce fléau qui a emporté des amis si proches, comme toi Claude, qui sur ton lit de mourant m’a lancé, je ne t’en ai pas voulu, j’ai compris ton désespoir : « toi aussi tu vas y passer », ou toi Christian, son ami disparu quelques mois plus tard, en même temps que Jacques son précédent «mari» qui l’a accompagné jusqu'au bout, et combien d’autres un peu moins proches. Je n’ai pas eu à souffrir, comme ce fut le cas de mon compagnon actuel,  de la disparition de ceux qui ont partagé ma vie, à ce moment là ou par la suite. Du moins de ceux que je n’ai pas perdus de vue, car c’est sur internet - un billet nécrologique de Didier Lestrade, un des fondateurs d’Act-up - que j’ai appris le décès d’Hervé, mon premier amour fou (http://limbo.over-blog.org/2016/04/en-souvenir-d-herve-robin-un-gay-de-nos-annees-de-braise.html) et je suis toujours sans nouvelle de « Ginette », personnage à haut risque (http://limbo.over-blog.org/article-ginette-46573957.html).

 

Mais ce film n’est pas seulement une dramatique épopée amoureuse qui a ému la croisette et maintenant, semble-t-il, le public, c’est aussi, surtout dans sa première partie, un témoignage sur ce que fut l’action d’Act-up pendant ces années tragiques. Le regard moins embué par l’émotion, pas totalement absente cependant car la maladie reste très présente, on peut émettre quelques petites réserves, sur la forme, un peu didactique, quasi documentaire, et le fond, manichéen du style le bon (Act-up), la brute (l’industrie pharmaceutique) et les méchants (les socialistes au pouvoir). Ceci n’est certes pas étonnant, le film ayant été très fortement influencé par les leaders historiques d’Act-up et ce point de vue, par l’indignation qu’il ne manque pas de faire naitre chez le spectateur, ne pouvait que décupler l’émotion finale. J’ai aussi vécu cette période en militant, dans une autre association, celle des «Médecins Gays» (AMG), moins focalisée sur le Sida (l’association avait pris conscience du problème avec un train de retard) et bien moins « politisée ». Je désapprouvais les méthodes d’Act-up et sa radicalité, tout en reconnaissant, par la suite, qu’elles avaient sans doute fortement contribué à faire bouger les choses et je me souviens encore de cette gay-pride (le film y fait référence), au milieu des années 90, la première où il y eut foule  (nous sommes 50.000, nous sommes 80.000, entendait-on dans les hauts parleurs), entrainée par le «char» de l’association, un énorme camion noir d’où s’échappait une musique addictive.

Le film n’y fait que très brièvement allusion, mais une autre radicalité me séparait d’Act-up, d’ordre médicale celle-là, d’ailleurs partagée par l’AMG (mais non par Aides) dont j’ai essayé en vain de faire modifier la position, radicalité quant au refus de hiérarchiser le risque de contamination, en contradiction avec l’épidémiologie de la maladie, c’est-à-dire en refusant de considérer la fellation comme une pratique à risque très faible. Cette attitude me paraissait devoir conduire tôt ou tard un certain nombre d’entre nous à abandonner la capote même pour la sodomie.

 

Par un paradoxe étonnant,  Act-up a fini par «mourir» de ce pourquoi il s’était tant battu : l’arrivée de thérapeutiques très efficaces faisant du Sida une maladie chronique a rendu caduque sa radicalité.

 

 

Quoiqu’il en soit, même si «120 battements par minutes» n’est sans doute pas un chef d’œuvre sur le plan cinématographique (une palme d’or «volée» a-t-on pu lire, non tout de même pas), c’est un témoignage bouleversant sur une terrible période de notre histoire qu’il faut courir voir et c’est avec tristesse que j’ai lu la chronique haineuse de Thibaud Croisy dans le Monde.

Partager cet article
Repost0
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 15:59

Il n’y a pas si longtemps, dans ce blog, je disais ma déception à la lecture du roman de Philippe Besson, « les passants de Lisbonne», auteur qui m’avait pourtant enthousiasmé avec ses premières œuvres, « En l’absence des hommes» et «L’arrière-saison». Je n’aurai sans doute pas lu son dernier roman, « Arrête tes mensonges », si je n’avais entendu une critique dithyrambique de Yan Moix dans l’émission de Ruquier. C’eut été une grave erreur, tant cette histoire autobiographique d’un premier amour impossible et fou, celui d’un jeune fils de paysan, Thomas, pour l’auteur, alors fils du directeur de l’école où ils sont tous deux scolarisés, est bouleversante. Impossible d’en raconter la trame sans dévoiler les ressorts dramatiques de la destinée de Thomas, 25 ans plus tard.

La langue est belle, faite de phrases courtes, d’une facture classique, contrastant avec celle, plus dans l’air du temps de Tanguy Viel, « Article 353 du code pénal», autre livre remarquable lu quelques jours avant, où l’œil court après les mots de phrases qui semblent ne jamais finir.

Un roman vous touche d’autant plus qu’il fait écho à votre histoire personnelle, car même si les trajectoires sont loin d’être superposables, je n’ai pu m’empêcher d’évoquer le souvenir d’Hervé (http://limbo.over-blog.org/2016/04/en-souvenir-d-herve-robin-un-gay-de-nos-annees-de-braise.html). Sans oublier les lieux où se déroulent cette tragédie, Barbezieux, petite ville des Charentes dont le nom me reste si familier, non seulement parce qu’elle était sur la route de Paris, la nationale 10 que mon père empruntait avant la construction de l’autoroute, mais aussi parce que Josiane, «bonne à tout faire » de mes parents qui me fut chère - beaucoup ont sans doute oubliée que c’est ainsi qu’on appelait les employées de maison que l’on logeait, il y bien longtemps – en était originaire, et Bordeaux dont l’auteur s’émerveille, dans de très belles pages, de la transformation spectaculaire.

Ce souvenir obsessionnel d’un amour de jeunesse qui se fracasse sur ce qu’en a fait le temps, c’était aussi le sujet du livre de Daniel Cordier, « Les feux de Saint Elme» dont j’avais dit quelques mots dans ce blog.

Le hasard a voulu que je commence le court roman de Philippe Besson quelques jours après avoir vu le très beau film de Barry Jenkins «Moonlight», histoire de jeune noir, issu du ghetto de Miami, faisant la douloureuse découverte de son homosexualité, que l’on suit à travers trois épisodes de sa vie, son enfance, son adolescence et l’âge adulte où il va enfin pouvoir assumer son désir dans un scène finale déchirante.

Ces deux œuvres sont pour l’occasion d’évoquer la mémoire d’un de ceux qui se sont battus pour que l’homosexualité ne puisse plus être douloureuse, Guy Hocquenghem qui faisait ainsi son coming-out dans le Nouvel Observateur en 1972 : « Je m’appelle Guy Hocquenghem. J’ai 25 ans ». Une biographie vient de lui être consacrée (Les Vies de Guy Hocquenghem. Politique, sexualité, culture, d’Antoine Idier, Fayard).

Je n’ai aucun doute qu’Emmanuel Macron soit un défenseur de la communauté homosexuelle, mais il doit bien comprendre que si humiliation il y a eu des « anti-mariages gays », elle est bien dérisoire comparée à celle que des générations de gays ont subi et continuent à subir.

 

« En chacun de nous, il y a un regret qui veille ». « Le mien s’appelle David. Pour d’autres, il n’a que le nom d’une fuite sans retour. C’est là que nous nous rejoignons tous, dans ce qu’on appelle la nostalgie. » (Daniel Cordier, Les Feux de Saint-Elme)

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 16:53

Aussi éloigné puis-je être des positions idéologiques de Patrick Buisson, il serait malhonnête de ne pas avouer que la lecture de son livre, «La cause du peuple», m’a procuré un immense plaisir intellectuel, basé autant sur la qualité de l’écriture, que sur la réflexion que suscite ce traité historico-politico-philosophique, sous-tendu par une immense culture.

Au moment où l’élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis peut nous faire craindre que le célèbre film de Stanley Kubrick, «Docteur Folamour», ne soit prémonitoire et quelques mois après le Brexit, on peut se demander si l’analyse que fait l’auteur des causes des fractures de la société française n’est pas pertinente pour comprendre cette révolte contre les «élites» qui tend à se mondialiser et qui n’épargne pas notre pays.

L’idéologie dominante «droit de l’hommiste» aurait conduit à ignorer la jeunesse rurale et prolétarienne qu’on a jeté dans les bars du Front national, au profit de celle des quartiers «sensibles», au nom de la préférence immigrée, imposant de se soumettre au camp de la «repentance» (quant à notre passé colonial) et à l’idéologie multiculturaliste. Buisson rejoint étonnamment Emmanuel Todd dans la cartographie qu’il fait des manifestants du 11 janvier avec son clivage entre une France des classes moyennes supérieures diplômées qui ont défilé et la France populaire, restée indifférente à la «manipulation» des médias. Quant à la séparation de l’islam de la société française et sa radicalisation, il pointe la responsabilité du progressisme de gauche post 68, du fait de son individualisme hédoniste et de l’idéologie émancipatrice, avec, en parallèle, le surgissement d’un islamo-gauchisme - pour reprendre un terme de Gilles Kepel («La fracture») -  systématiquement indulgent avec l’islam et «hypermnésique» quant aux «crimes» prêtés à l’Eglise catholique. Autre conséquence de cet individualisme hédoniste, la renaissance d’une droite spiritualiste qui s’est retrouvée dans la «manif pour tous».

On peut constater que le Front national, dans sa version « Marine », a su fédérer, espérons-le temporairement, deux des «morceaux» de cette fracture, jeunesse rurale et prolétarienne et droite spiritualiste grâce à ses 2 pôles, «catholique conservateur» incarné par Marion Marechal le Pen et « national-socialiste» de Florian Philippot….La France n’est pas à l’abri de ce qui vient d’advenir aux USA….

Au-delà de ses analyses politiques, c’est le rapport de Patrick Buisson à la «question gay» qui m’a particulièrement frappé, tant il renvoie aux nombreux billets que j’ai consacrés à cette problématique. Que l’auteur s’intéressa à l’homosexualité ne fut pas une surprise pour moi, car c’est un sujet qu’il avait largement abordé dans son précédent ouvrage «1940-1945, les années érotiques» ce qui pourrait amener à s’interroger sur son orientation sexuelle, d’autant plus que Nathalie Kosciusko-Morizet l’a surnommé "la gestapette", sobriquet inventé par un chroniqueur des années 30, pour qualifier Abel Bonnard, un essayiste maurassien et homosexuel….

Dans « la cause du peuple », il ne cache pas sa sympathie pour deux célèbres figures homosexuelles, Frederic Mitterrand et Pier Paolo Pasolini. Il revient ainsi sur la polémique quant à la pédophilie supposée du premier - lancée par Marine Le Pen à propos de son livre «la mauvaise vie». Frederic Mitterrand aurait été voué à la géhenne, sans soutien de la part du «militantisme gay», car il renvoyait l’image d’une homosexualité à l’ancienne (clandestinité, marginalité, vagabondage sexuel), celle des pissotières et de la malédiction, loin de l’idéal de «reconnaissance sociale» des militants du mariage pour tous. Avec pertinence, il rappelle que le statut de la pédophilie a évolué depuis les années 70 où on en faisait l’apologie dans les milieux littéraires (Matzneff, Duvert, etc…) : « la normalisation des sexualités périphériques avait exigé le confinement de la part maudite susceptible de cristalliser la vindicte sociale »… Quant à Pasolini, il en fait un disciple de sa dénonciation de l’idéologie hédoniste néolaïque , du néocapitalisme et de sa financiarisation comme synonyme de décivilisation, un opposant à toute normalisation de la foi et de l’homosexualité (presque un militant de la manif pour tous….).

Inutile de préciser que Patrick Buisson est fortement hostile au mariage gay, sans doute moins sur le fond -  moins paranoïaque qu' Eric Zemmour, il n’attribue pas cette revendication à une volonté de détruire l’institution, mais à un besoin de reconnaissance sociale et de réparation morale – que sur son vécu par le «peuple» comme déstabilisation du socle anthropologique des valeurs traditionnelles amenant à la mobilisation massive de la « manif pour tous ». Son analyse des racines de cette mobilisation m’a paru peu convaincante, car sans nier la part du «retour du religieux», il me semble méconnaître le fort mouvement «anti Hollande» d’une partie de la droite qui s’est saisie de cette occasion (si cette réforme avait été proposée immédiatement après son élection elle serait passée sans ce déferlement de haine), et le retour brutal du «refoulé» homophobe.

Passons sur le mal qu’il dit de la théorie du genre, qu’il surestime, mais l’image qu’il en donne à travers Mickael Jackson est plutôt amusante : "homme sans race, sans sexe, sans âge".

Je ne sais si Patrick Buisson est gay, mais s’il l’est, il appartient à n’en pas douter aux nostalgiques de la période « pré gay » ( http://limbo.over-blog.org/article-adapte-toi-a-notre-homophobie-ou-de-l-heterosexualisation-de-l-homosexualite-109687347.html ) ...

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 10:35
"Juste la fin du monde"

Après un séminaire à Juan les Pins fin aout , comme un petit air de vacances qui se poursuivent, pendant lequel j’ai eu la surprise d’être reconnu sur un réseau par un charmant garçon qui m’a rappelé notre rencontre, dont je n’ai aucun souvenir sinon la trace dans le « mémo» de mes tricks (« Jonathan, 20 ans, Univers Gym, février 1996 »), il y a 20 ans dans un regretté sauna gay parisien, j’ai retrouvé, prêt à affronter une année qui s’annonce angoissante, quoique passionnante, sur le plan politique et géopolitique, mes habitudes parisiennes grevées d’un temps de transport augmenté de 15 à 20 mn par les caprices pseudo-écologiques de l’Ayatollah Hidalgo ( et dire que j’ai voté pour elle…).

Depuis que ce n’est plus le plaisir de découvrir les livres scolaires qui me fait quitter la période de vacances presque sans regret, la rentrée cinématographique tend à jouer ce rôle, notamment cette année avec la sortie de plusieurs films en compétition à Cannes. Je ne pouvais manquer « Tony Erdmann », de l’allemande Maren Ade, qui a fait l’unanimité de la critique mais est reparti bredouille, conte parfois burlesque en forme de charge virulente contre la mondialisation néolibérale. Fable touchante, remarquablement interprétée, qui aurait gagné à s’étirer sur moins de 3 heures, mais dont l’absence au palmarès ne me semble pas forcément une injustice…

Mais ce sont les films de deux réalisateurs homosexuels que j’attendais avec impatience. Le dernier film d’Alain Giraudie, plutôt fraichement accueilli à Cannes, dont son précédent, «L’inconnu du lac», m’avait enthousiasmé, s’inscrit dans une dimension politique fort similaire à celle du film de Maren Ade . « Rester vertical » ne manque pas de surprendre, tant on met du temps à découvrir où le réalisateur veut nous mener, quand tout s’éclaire dans une belle scène finale, métaphorique, où le héros affronte les loups. Rester vertical c’est résister, à la nature, à l’homme, à toute contrainte, mais aussi peut-être rester en érection, ne pas renoncer à son désir - quel qu’il soit- sans aller se coucher chez le psychanalyste, symbolisé ici par une guérisseuse, tel ce vieillard qui se fait sodomiser jusqu’à l’orgasme mortel… Un film très politique, un parfum de «Nuit debout», tout à fait «Queer», auquel je n’adhère pas idéologiquement, mais d’une grande beauté formelle, et qui vous marque longtemps après l’avoir vu.

« Juste la fin du monde », Grand prix du festival, réalisé par le surdoué Xavier Dolan, m’a bouleversé. Adaptation d’une pièce de Julien Lagarce, le film raconte le retour dans sa famille – sa mère (Nathalie baye), sa sœur (Léa Seydoux), son frère (Vincent Cassel) et sa femme Catherine (Marion Cotillard) qui lui est inconnue - d’un jeune écrivain, homosexuel, Louis (Gaspard Ulliel), parti sans presque donner de nouvelles depuis des années, pour leur annoncer qu’il va mourir, secret dont l’aveu est sans cesse repoussé par l’expression parfois violente des rancœurs accumulées et l’impossibilité de communiquer. Véritable choc visuel et intellectuel, tel cet immense moment d’émotion, comme seul les grands cinéastes savent en produire, future scène d’anthologie, devant ce regard prolongé, insistant de Catherine, vers Louis, véritable transmission de pensée, la seule à avoir compris…Louis restera un mystère pour sa famille, mystère dont on peut se demander s’il ne prend pas racine dans la différence absolue de l’homosexualité ?

Il ne faisait pas partie de la sélection du festival mais « Frantz », de François Ozon, mérite le détour. Ce film sur la mémoire et le mensonge, un mensonge « protecteur » qui falsifie la réalité pour apaiser la douleur, conte l’histoire d’une jeune allemande (Anna), qui surprend un soldat français (Adrien), démobilisé après l’armistice de 1918, venant mystérieusement fleurir la tombe de son fiancé (Frantz) mort sur le front. La première partie du film s’appuie sur l’ambiguïté sexuelle (amitié, amour ?) qui liait Adrien et Frantz, renforcée par la filmographie d’Ozon tournant souvent autour de l’homosexualité. Si «secret» du héros de film de Dolan était connu dès le départ sans jamais pouvoir être dit, celui d’Adrien, dévoilé dès la moitié du film, ne sera pas celui qu’on attendait. Est-ce pour cela que j’ai peiné à ressentir la moindre émotion dans la seconde partie, si ce n’est dans une belle scène finale devant un tableau de Manet ?

A part le roman de Laurent Mauvignier, que je n’ai pas encore lu, la rentrée littéraire, qui ne nous épargne pas l’habituelle « nouvelle » d’Amélie Nothomb, n’ayant pas suscité en moi d’envie irrésistible d’achat, j‘ai entrepris la lecture d’un roman singulier de Tristan Garcia, auteur dont j’avais rendu compte dans ce blog de son premier roman, «La meilleure part des hommes», sur le milieu gay. Sa dernière œuvre, «7», paru il y a quelques mois déjà, est un véritable conte philosophique composé de 7 histoires apparemment indépendantes, mais dont on va progressivement saisir l’unité, empruntant au fantastique et à la science-fiction (l’auteur en a une culture certaine) autour du thème des univers parallèles. Tour de force littéraire prodigieux, roman « quantique » s’interrogeant sur la nature de la « réalité », tout en étant un pamphlet anti communautariste salutaire dans l’univers parallèle que nous habitons…Le prix du livre inter a réparé l’injustice de son éviction des prix littéraires ( mais les jurés étaient-ils doué de l’appareil mental nécessaire pour être sensible à cette œuvre ?).

Partager cet article
Repost0