Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2019 4 26 /09 /septembre /2019 17:11

Rejoindre en voiture notre Compostelle gay, Sitges, en marquant plusieurs étapes dans un village français ou des sites d’intérêt, est maintenant de tradition chaque mois d’août. Après une brève visite de Moulins, Souvigny, récent compétiteur malheureux au titre de plus beau village français, marqua le début de notre périple. Dans son célèbre prieuré Saint-Pierre-et-Saint-Paul, non loin des gisants de Cluny, mon regard fut attiré par la présence de trois charmants scouts, deux en méditation et le troisième dans un mystérieux travail d’écriture, dont on se demandait ce qu’ils faisaient en cet endroit, seuls, peut-être sur le chemin de la vraie Compostelle? Le lendemain, nous devions rejoindre la route Napoleon, qui débute au sud de Grenoble, afin d’atteindre le petit village de Corps dans les Alpes du sud, non sans avoir pris un, trop court, moment pour flâner dan le splendide parc du château de Vizille. Notre hôtel, surplombant Corps, comme perché sur le toit du monde, ne pouvait s’atteindre que par une route de montagne si étroite qu’on imaginait mal pouvoir croiser sans effroi le moindre autobus. Pas d’autre solution que de diner sur place plutôt que de prendre le risque d’affronter à nouveau et de nuit cette aventure routière. Nous étions si près de Notre-Dame de La Salette, dont j’ai appris qu’elle était le deuxième lieu de pèlerinage de France après Lourdes, qu’il était tentant d’y faire un saut au petit matin, avant la horde des pèlerins, pour quelques photos dans un panorama montagneux spectaculaire et histoire de nous faire pardonner d’avance nos futurs péchés de luxure à Sitges. Il ne nous restait plus qu’à emprunter à nouveau la route Napoléon, visiter tranquillement le château de Sisteron que je n’avais pas revu depuis une lointaine étape gastronomique à Château-Arnoux en 1985 avec mon ex-ami, avant d’arriver à Castellane, sur les bords du Verdon, le temps de découvrir enfin ses splendides gorges, d’une baignade glaciale (pour Bertrand) dans la rivière qui longeait l’hôtel et de s’offrir en fin de journée l’escalade du Roc qui surplombe la ville, l’occasion d’aller quémander un autre pardon préventif  à notre deuxième madone du séjour, Notre Dame du Roc. Après une nuit réparatrice, l’hôtel du château, dans le vieux village de Cagnes-sur-Mer,  nous attendait pour la fin de ce périple sur une route chargée d’histoire, mais bien peu propice aux aventures sexuelles, les quelques contacts que l’on pouvait repérer sur Grindr se situant le plus souvent à plus de 20 kms. Vivre « gay » dans ces contrées, une fois épuisés les quelques contacts locaux possibles et, durant l’été, les touristes de passage, c’est sans doute se résoudre souvent à la musculation de sa main…

 

La transition avec Sitges pouvant s’avérer un peu brutale, nous avions prévu une étape de mise en bouche à Saint-Tropez où je n’avais pas séjourner depuis au moins 30 ans. Une maison d’hôte, « La Bastide Sainte Anne », sur la route des plages et à quelques minutes en voiture du centre ville, avec ses chambres joliment décorées, sa grande piscine, sa tranquillité, la gentillesse de son hôtesse et son coût relativement modéré, du moins pour Saint-Tropez, s’est révélée un point de chute fort agréable. J’avais le souvenir d’une vie nocturne très gay friendly, du moins aux abords de « Chez Maggy » qui s’animaient avec une faune très colorée dès la fin de l’après midi. L’établissement n’ouvre plus qu’à 21 heures et étais toujours fort désert lorsque nous avons décidé de rejoindre notre chambre. Les bars signalés comme « gay » ou « gay friendly » sont en fait des bars restaurants où l’on s’imagine mal s’éclater. Peut-être aurait il fallu patienter jusqu’à une heure plus avancée de la nuit…Même la plage naturiste de Pampelone m’a semblé bien morne. Cela dit, loin de la foule qui s’agglutine sur le port autour de monstrueux yachts , flâner dans le labyrinthe des rues de la vielle ville n’a rien perdu de son charme.

 

Sitges donc, où nous avions décider de séjourner non plus dans la semaine précédant le 15 août, mais en deuxième quinzaine, anticipant une moindre affluence et possiblement une clientèle gay moins « parisienne ». J’ignorais que nous allions tomber en pleine  Festa Major, pendant laquelle la ville rend hommage à son saint patron, Saint Barthélémy et qui attire des hordes de touristes. La population gay n’était pas moins dense, loin de là, mais nettement plus âgée que début août et dans laquelle les  habitués du « Marais » parisien se faisaient rares.  Expérience interessante mais que nous ne renouvellerons probablement pas à ces dates. Pour le reste, depuis deux ou trois ans, la  « topologie » des lieux gays s’est stabilisée, définitivement confinée aux alentours immédiats du Parrots.  Seule surprise, le déclin du règne sans partage de « Lady Diamond » qui partageait la vedette des spectacles  transformistes dans les bars avec une  Leona Winter (ancien candidat de The Voice ) peu convaincante.

 

Une route du retour plus classique, avec une étape de quelques jours à Bordeaux pour profiter de la plage du Porge encore plus belle en cette période de grande marée et  aller déguster quelques huîtres au village de l’Herbe près du Cap-Ferret

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2019 2 30 /07 /juillet /2019 16:08

Lorsque j’ai quitté Paris, en milieu de semaine dernière, pour aller passer quelques jours à Bordeaux, les radios d’information continue commençaient à se lasser de l’affaire de Rugy - certes pas le membre le plus sympathique du gouvernement, la façon plus que cavalière dont il a limogé sa directrice de cabinet suffirait à ôter toute envie de le soutenir - dont il apparaissait qu’il avait manifestement été le « bouc émissaire «  de Merdapart qui a tenté de faire oublier que ses enquêtes, dans les affaires Tapie et Libyennes, venaient d’être discréditées. Aurons nous encore longtemps à supporter le rictus tueur que Notre Saint-Just à moustache, justement épinglé en son temps, quand il dirigeait le Monde, par le journaliste Pierre Péan (qui vient de décéder), ne cesse d’arborer?

 

Comme la nature a horreur du vide, la canicule est tombée à pic pour le combler (pendant quelques jours, avant que ces mêmes chaines de radio ne s’emparent sans doute, en boucle, de l’affaire « Steve » dont on vient de retrouver le corps). Il est vrai que la chaleur qui envahissait les rues de Bordeaux en cette fin juillet n’était pas sans rappeler celle de l’année 2003 qui avait quelque peu soulagé les comptes de nos caisses de retraite ( une canicule tous les 16 ans ne suffira cependant pas à régler le problème…).

 

Le temps de poser nos valises à la descente du TGV, et de récupérer une voiture de location en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire avec l’application « Virtuo », nous étions en route pour la plage gay du Porge dont j’ai commencé à arpenter les dunes l’été 79 et où j’allais rencontrer Bernard, le garçon qui allait me donner le courage de déserter le domicile familial. Un petit pincement au coeur donc chaque fois que je les traverse pour rejoindre  ou quitter la plage. Mais est ce du au souvenir d’un de mes premiers amours, dont j’ai perdu la trace, ou plutôt à la constatation que ce vaste théâtre d’opération sexuelles n’est plus que l’ombre de ce qu’il fût? En effet si cette destination est toujours prisée des gays bordelais, le week-end , les dites dunes sont en partie désertées , si ce n’est des cacochymes. On pourrait certes incriminer Grindr, ou une lassitude de ma part quant à ce type de drague, rendant mon regard moins objectif, mais les remaniements environnementaux, dus aux tempêtes, feux de forêt et surtout « désherbage » par la municipalité des lieux les plus propices aux ébats sexuels, les rendant difficilement dissimulables,  me semblent en être les raisons principales. La mairie, jamais à court d’idée, vient peut être de porter le coup de grâce. Comme on le sait, les plages gays « naturistes » se méritent, nécessitant le plus souvent plusieurs minutes de marche pour les atteindre. Celle du Porge n’y fait pas exception, puisqu’il fallait compter jusqu’ici environ 15 mn de « randonnée » avant de rejoindre le lieu des érections depuis l‘extrême limite du parking. Il se trouve que depuis le mois de juin, la municipalité (dont le maire serait communiste) a décidé d’interdire l’accès au parking terminal (suppression de plusieurs centaines de places) rallongeant ainsi le parcours pédestre d’au moins 10 minutes et cela à condition de trouver une place proche de la zone interdite ce qui deviendra problématique les jours d’affluence…Homophobie du maire? Même pas sûr puisqu’il avait pris une décision similaire l’année précédente pour l’extrémité du parking situé dans la direction opposée, interdisant ainsi l’accès facile à la plage « échangiste ». Tout ceci soi disant pour « protéger la nature »….Il existe certes d’autres plages gay dans les environs, mais d’après ce que j’ai entendu dire (je n’y suis plus allé depuis des années) celle de la Lagune du côté de la dune du Pilat n’est plus fréquentée et celle des « casernes » dans les landes est beaucoup trop loin de Bordeaux.

 

Ceci ne nous a pas empêché de bronzer nu tranquillement sur la plage, par une température bien plus supportable qu’à Bordeaux, 7 à 8 degrés de moins…

Partager cet article
Repost0
20 juin 2019 4 20 /06 /juin /2019 14:02

A la lumière de l’évolution récente de la situation politique, il serait cruel de renvoyer les éditorialistes les plus médiatisés à leurs commentaires de la fin de l’année dernière , en pleine crise des gilets jaunes, quand ils clamaient haut et fort qu’Edouard Philippe était condamné et que sa démission surviendrait au plus tard après les européennes...Il était certes difficile d’imaginer que notre président allait rééditer l’exploit, partagé uniquement par Sarkozy mais dans des circonstances bien plus favorables, de résister plus qu’honorablement dans des élections intermédiaires, qui plus est après la curée dont il fut l’objet dans le cadre de l’affaire Benalla et surtout la jacquerie des « gilets jaunes ». Les lecteurs de ce blog ne seront pas surpris d’apprendre la douce euphorie qui m’a envahi à l’annonce des résultats des partis de Vauquiez et Mélenchon....

 

Durant cette période électorale, les sorties cinématographiques se référant de près ou de loin à la question gay ont été nombreuses. La bande annonce des « Crevettes pailletées » m’aurait plutôt détourné de ce film, tant la caricature semblait grossière, si je n’avais révisé ma position à la lecture de certains critiques. Certes la caricature de certaines typologies homosexuelles est parfois un peu lourde, mais le film est presque constamment touchant dans son approche des homosexualités, atteignant son objectif de plaidoyer contre l’homophobie avec un final mémorable... Applaudissements  nourris à la fin de la projection, pas uniquement de la part de fraction gay de l’auditoire...

Par un contraste saisissant, j’avais  vu quelques jours avant « tremblements », film d’une noirceur rare qui narre la descente aux enfers d’un quadra, membre d’une  famille de la haute bourgeoisie guatemaltaise du fait de son mariage à sa riche héritière. La révélation accidentelle de son homosexualité va l’entrainer à subir une thérapie de conversion sous la pression incessante de sa famille, embrigadée dans une secte protestante intégriste, jusqu’à lui faire intérioriser un sentiment de honte, la haine de soi. On pourrait reprocher à ce film, dont il faut cependant souligner la  beauté de la mise en scène, de témoigner d’un pessimisme quelque peu daté, contrairement à « Boy erased », sorti quelques semaines avant, au thème plutôt  similaire mais dont le héros va suivre une trajectoire libératrice.

L’islam radical comme thérapie de conversion, c’est la question qu’on pourrait se poser à propos du dernier film de Téchiné , « L’adieu à la nuit », dont certains ont affirmé à tort que l’homosexualité était pour une fois absente puisque celle, refoulée, du héros est suggérée à deux reprises....

 

Le dernier Almodovar, un de ses plus beaux films, « Douleur et gloire », vient couronner cette séquence, sans qu’il soit nécessaire ici d’ajouter au concert de louanges qui a accompagné sa projection à Cannes, si ce n’est en témoignant de l’intense émotion suscitée par cette scène qui pourrait devenir culte, où le réalisateur enfant s’évanouit à la vue de la beauté d’un jeune corps masculin nu...

 

En attendant la sortie du dernier Xavier Dolan, on peut patienter en visionnant la série consacrée aux chroniques de San Francisco sur Netflix avec une distribution de premier choix et un premier épisode plus que prometteur,  ou en dégustant le dernier thriller mémoriel de Victor Del Arbol, « Par delà la pluie », toujours aussi noir, entremêlant des destinées où l’homosexualité est souvent présente.

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2019 3 02 /01 /janvier /2019 16:57

 

Il y a 40 ans, lorsque je fis mes premiers pas sur le « marché » du sexe gay, j’étais convaincu qu’il me fallait profiter au maximum de mes années de jeunesse, ne doutant pas que l’inexorable altération due au temps ne pourrait que conduire à une raréfaction exponentielle de mes conquêtes potentielles. Le regard que je portais sur les homosexuels de plus de 50 ans qui fréquentaient les lieux de drague n’était pas des plus amène lorsqu’ils étaient accompagnés de partenaires nettement plus jeunes, que j’avais tendance à considérer comme des « gigolos », ou des gérontophiles.  C’est avec condescendance et scepticisme que j’écoutais les « prétendues » aventures avec des « petits jeunes » de mon ami Jean, mon aîné de 20 ans, lorsqu’il eut passé la soixantaine, persuadé que témoin envieux des miennes, multiples et incessantes, il s’inventait une vie sexuelle persistante.

Est-ce du fait de cette sourde inquiétude que j’ai, dès le début, tenu une « comptabilité », précise quoique succincte (prénom, âge, date), de chaque nouvelle rencontre, dont la totalisation annuelle pourrait me servir de suivi « indiciel » de mon attractivité au fil du temps ? Cette attractivité a trois points d’appel chez les gays : le visage, le corps et la bite. Pour le visage et la bite vous devez vous contenter de ce que la nature vous a donné d’emblée mais dont seul le premier va se dégrader, tandis que votre sexe, si la dotation a été généreuse et si la maladie ne vient pas altérer son fonctionnement, très longtemps immuable, va continuer à vous ouvrir bien des portes que votre seul visage aurait laissées de plus en plus closes. Le corps est quant à lui sensible aux soins que vous lui prodiguez, dont notamment une pratique régulière et intensive du sport qui peut le rendre plus longtemps désirable.

 

Le suivi de mon « indice » annuel d’attractivité (le nombre de rencontres) montra une courbe ascendante au fur et à mesure que je découvrais de nouveaux espaces gays jusqu’à atteindre sa vitesse de croisière lorsque j’eus atteint la quarantaine (si l’on fait abstraction des deux années « exceptionnelles », le compteur s’est affolé, me retrouvant célibataire après une douloureuse séparation). Ma surprise a été de ne pas constater d’inversion de la courbe, au moins jusqu’à maintenant, une fois le cap fatidique des 50 ans dépassé. Certes il s’agit d’un leurre car l’indice choisi est biaisé par une évolution de mes pratiques : le sport qui m’a fait découvrir l’attrait des corps plus que des visages, mon désir ne se portant plus préférentiellement sur les « minets », mais élargissant considérablement le champ des « possibles » ; la fréquentation des lieux « naturistes » qui permet d’exposer sans pudeur ses « attributs » source d’une attractivité parfois indifférente à l’âge ; enfin et surtout l’irruption d’internet et des applications de rencontre qui ont multiplié les possibilités…

Quoiqu’il en soit, une vie sexuelle gay très active, même avec des garçons nettement plus jeunes que vous, et qui ne sont pas forcément attirés uniquement par des mecs « matures », reste possible bien au-delà de 50 ans, d’autant plus qu’on a maintenu un certain « souci de soi ». Si les rencontres restent nombreuses, il faut cependant s’accommoder, du moins sur internet, de certaines sollicitations ou interpellations dont la fréquence ne fait que s’accentuer avec l’âge :

  • Les « escorts », jadis dénommées putes, mais dont l’évolution du nom a bénéficié de la « police de » la langue. L’espèce n’est cependant pas uniforme. On pourrait proposer une tentative taxinomique :  les « pros » qui s’assument pleinement et présentent d’emblée l’addition ; ceux qui vous font perdre votre temps en ne se dévoilant qu’après un « chat » plus ou moins long ; ceux qui dissimulent leur prostitution sous couvert d’une demande « d’aide sociale » à prix soldés (« tu pourrais me dépanner de 20 -30 euros » ou « c’est pour payer mes études » par exemple) ; les « gigolos », qui vous prennent pour un simple d’esprit en se disant rechercher « seulement » une relation sérieuse alors que vous avez au moins 30 ans de plus qu’eux… ; enfin, une catégorie nettement plus rare mais pas exceptionnelle, ceux qui « tentent le coup », allier le plaisir à l’avantage financier, mais qui renoncent au second quand vous leur dites que vous ne pratiquez pas ce genre de relation…..Je laisse de côté la catégorie de ceux dont vous ne voudriez même pas « gratis » qui s’imaginent peut être qu’après un certain âge on est prêt à se taper n’importe quoi.
  • Le scénario « dady/son » : ce trip freudien n’est pas du tout ma tasse de thé mais il a pu m’arriver d’y céder si le soi-disant « son » était plus que désirable… ce ne peut être alors qu’un « one shot ».
  • Les questions sur votre santé : « tu bandes encore ? » ou variante « tu prends du viagra ? », qu’il faut généralement traduire par « t’as rien à faire sur ce site, dégage », mais qui parfois traduisent une méconnaissance étonnante de la physiologie de l’érection qui se maintient intacte jusqu’à un âge très avancé en l’absence d’affection prostatique ou de troubles vasculaires.
  • Les demandes, fréquentes, de « dépucelage », sur des sites dont la « visibilité » gay n’est pas très forte, comme Tinder ou Badoo et qui émanent de garçons se disant « hétéros curieux… ». Tout cela reste bien entendu le plus souvent dans la sphère « virtuelle ».

 

La vie sexuelle est donc loin de s’épuiser avec l’âge, dans certaines limites bien sûr, mais, vivant en couple, et ne le dissimulant pas, je n’ai pu « tester » son influence sur les possibilités d’établir des relations « amoureuses », mais ceci est un autre sujet.

.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2018 3 19 /09 /septembre /2018 15:42

C’est en plein délire médiatique sur l’affaire Benalla que j’ai quitté Paris, fin juillet, pour trois semaines de vacances qui allaient, comme chaque année, me mener à traverser la France pour rejoindre Sitges. Long périple en voiture seul au volant, que je peux espérer être le dernier, Bertrand venant de passer avec succès l’épreuve du code…

Première étape dans le petit village d’ Angles sur L’Anglin, repéré lors d’une émission consacrée aux plus beaux villages de France, l’occasion de dormir dans un petit hôtel de charme et de prendre quelques heures de sommeil d’avance, Grindr ne révélant aucune âme gay dans un périmètre raisonnable. Bordeaux n’était plus qu’à trois heures de route, le temps de déposer nos bagages dans notre pied à terre et de partir aussitôt vers le Porge océan, sa belle plage, son endroit gay et ses dunes accueillantes quoique bien moins fréquentées que dans ma folle jeunesse. Ces quelques jours dans ma ville natale furent aussi l’occasion de découvrir le magnifique village de l’Herbe, sur le bassin, à deux pas du Cap-Ferret. Ou plutôt redécouvrir car j’eus aussitôt une impression de déjà vu, j’étais déjà venu là, pas seul, mais impossible de me rappeler le garçon qui m’y avait amené lorsque j’habitais Bordeaux…La nuit gay bordelaise n’est plus très animée et aussi diversifiée depuis que le BHV, le TH et le Yelow Moon ont disparu. Certes le Trou’duc ou le Coco-Loco sont des bars sympathiques mais plutôt gay friendly avec une forte présence féminine et seul le Buster garde une ambiance sexe. Je suis toujours surpris de ne plus apercevoir dans les bars gays bordelais (si ce n’est parfois au Porge) ceux de ma génération, croisés ou rencontrés dans les années 80/90. Ils ne peuvent avoir tous quitté la ville ou renoncé au marché du sexe, ou changé à un tel point que je ne les reconnaisse plus…A moins qu’ils ne continuent à draguer à l’ancienne, hantant de nuit les espaces publics, comme la dalle de Mériadec, où je fis tant de rencontres lorsque j’habitais, de 1981 à 1988, un des immeubles qui la surplombe et apparemment toujours le siège de ratonnades anti-homos, si l’on en croit un  thriller récemment paru, « Parfois c’est le diable qui vous sauve de l’enfer », de l’écrivain bordelais Jean-Paul Chaumeil.

Rejoindre Sitges en traversant les Hautes Pyrénées permettait d’éviter le Perthus, ses bouchons et de marquer une étape à Argelès-Gazost, village où se sont rencontrés mes parents – j’y fus peut-être conçu- et qui fut le point départ de multiples randonnées vers les « 3000 » de la région avec mon précédent ami. Au retour d’une éprouvante balade sous un soleil de plomb jusqu’au pied de la grande cascade du cirque de Gavarnie, nous pûmes constater que le « Grand remplacement », l’obsession de Renaud Camus, n’était pas près d’advenir dans ce village très gaulois : des restaurants proposaient des repas « autour du cochon » et la station-service où je me suis arrêté affichait « ici nous sommes en république, on n’entre pas voilé » ... Nuit calme, aussi peu de gays que de « remplaçants » …

La scène gay de Sitges ne présentant pas cette année de changements notables par rapport au billet que je lui avais consacré ces deux dernières années, je ne m’étendrais pas sur les 10 jours toujours intenses que nous y avons passés, sous une chaleur parfois éprouvante.

Le temps s’avérant désespérément beau cette année, nous pouvions tenter, sur le retour, après une nouvelle halte à Bordeaux, de nous aventurer, non en Bretagne (le risque climatique étant trop grand…) mais en Vendée, région qui m’était totalement inconnue. Notre choix s’est porté sur Noirmoutier dont le caractère sauvage, de la nature environnante certes, mais aussi de la population nous a quelque peu surpris, de l’hôtelière qui nous a refusé d’aller aux toilettes tant que les chambres n’étaient pas prêtes, aux restaurateurs qui vous annoncent, lors d’une tentative de réservation, que tout est complet alors que vous trouvez des tables en vous pointant au dernier moment, sans parler des clients qui désertent la piscine de l’hôtel en fin d’après-midi en clamant qu’ils vont à la messe…La Vendée serait-elle un bastion de la Manif pour tous ? Nous trouvâmes cependant une plage semi-naturiste fort agréable.

De retour à Paris je me suis précipité pour voir le film de Camille Vidal-Naquet, « Sauvage », histoire dramatique d’un SDF, prostitué homosexuel et drogué, souvent touchant, parfois bouleversant mais le sordide d’une scène d’une sexualité « extrême », inutile, ou le portrait à la limite de la caricature de certains des « clients » du héros suscitent une certaine réticence. L’interprétation de Félix Maritaud est époustouflante.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 15:17

Il y a 20 ans, en plein milieu d’une interminable et douloureuse séparation d’avec celui qui venait de partager 15 ans de ma vie, la victoire de la France en coupe du monde de foot avait, pour une soirée, dissipait les nuages qui embuaient mon esprit, non que je fusse un passionné de ce sport, mais la joie qui déferlait dans les rues était communicative. Je m’étais même rendu, fort tardivement, après un long détour aux soirées « dominicales » très « hot » d’une boite annexe du Scorpion, sur les champs Élysées à un moment où la fête était finie, un accident provoqué par une voiture folle venant de disperser la foule.

En 2010, le mirage de la société multiculturelle que la presse avait célébrée à l’occasion de cette victoire, s’évanouissait dans l’épopée lamentable en Afrique du Sud. Je m’étais vu alors censurer un billet de ce blog, intitulé je crois « Black, blanc beur », sous prétexte qu’il aurait pu déplaire aux « annonceurs ». J’avais donc hébergé ce billet sur « Gayattitude », mais ce site ayant disparu, je n’ai pu en retrouver la teneur. Sans doute devais je émettre quelques réserves sur l’angélisme des médias quant à l’immigration, me faisant l’écho de certains écrits de Renaud Camus, tout en commençant à m’effrayer de ses positions politiques ( http://limbo.over-blog.org/tag/politique/3).

Cette année, toujours aussi peu passionné par ce sport, j’ai assisté à la victoire de notre équipe dans un bar du marais, où, sans doute pour la première fois en un tel lieu, la foule a entamé la marseillaise, non sans penser, avec tristesse, aux tweets ravageurs que devait être en train d’écrire un de nos grands écrivains.

En 1998, j’étais un fidèle et assidu lecteur du journal Renaud Camus, auteur découvert avec « Tricks » mais surtout enthousiasmé par « Buena Vista Park » et ses « Chroniques Achriennes ». Nous étions deux ans avant la triste et célèbre « affaire Camus », monumentale et injuste cabale déclenchée par quelques phases extraites de son journal de l’année 1994 (« La campagne de France »). Est-ce de ce moment qu’il faut dater la dérive intellectuelle qui allait l’amener jusqu’aux tweets les plus extrêmes qu’il a pu émettre au cours de cette coupe du monde,  où il a souhaité la "victoire de l’équipe européenne contre l’équipe africaine" ? Certes l’acharnement médiatique dont il fût victime dans les années 2000 a pu contribuer à exacerber les traits de type paranoïaques qu’on pourrait déceler dans ses premiers écrits (la relecture récente de Buena Vista Park m’a fait retrouver en filigrane certaines de ses idées actuelles), mais un autre évènement, survenu à la même époque, m’apparait bien plus fondateur de ce changement « d’épistémé » que l’on trouve dans son journal à la charnière des deux siècles : la rencontre avec Pierre, survenue un an avant « l’affaire ». Non par une influence directe, je suis loin d’être persuadé que l’ami qui partage sa vie depuis près de 20 ans, et avec qui j’ai eu l’occasion de diner il y a plusieurs années car il était un des collègues de lycée de mon ex-ami, partage pleinement ses positions, mais parce qu’elle a mis fin à son vagabondage sexuel (ce terme n’a aucune connotation péjorative chez moi…) qui constituait la trame omniprésente de son journal. Nous assisterions en fait au « remplacement » d’une obsession, le sexe, par la transformation progressive d’un malaise devant le comportement culturel africain et arabo-musulman, perceptible dès ses premiers écrits, en une obsession d’une invasion par les peuples qui portent cette culture, obsession qui confine parfois au délire paranoïaque (il suffit d’aller jeter un coup d’œil sur son compte tweeter...).

J'ai arreté de lire Renaud Camus quand son journal a cessé d'être publié en librairie (il est maintenant en ligne sur le site de l'auteur). Il me manque pourtant, mais je préfère rester à l'écart de sa part "maudite".

Partager cet article
Repost0
6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 15:25

 

Mon séjour à Bordeaux, le week-end dernier, a coïncidé avec la date de la Gay Pride bordelaise, 20 ans après celle à laquelle j’avais participé avec un ami parisien, le temps d’une très éphémère romance. Nettement plus de monde cette fois-ci, même si on restait loin des foules parisiennes, avec une bouffée d’air rétro d’avant la « normalisation » gay, avec son ambiance festive et colorée, comme souvent en province, vitrine de nos différences. Une bouffée seulement, car les discours et les slogans de la tête de la manifestation montrait le triste noyautage gauchiste de la LGBT locale mettant plus l’accent sur la haine du capitalisme et de Macron que sur nos préoccupations.

 

La « normalisation » gay, il en a maintes fois était question dans ce blog, non pour la regretter, mais pour en souligner les effets pervers collatéraux qui tendent vers notre « déculturation » et la perte de notre identité, ou plutôt de « nos » identités ( http://limbo.over-blog.org/article-l-homosexualite-est-elle-soluble-dans-le-conformisme-53487533.html ) dans la substitution du droit à « l’indifférence » au droit à la « différence ». C’est donc avec intérêt que j’ai entrepris la lecture du petit opuscule d’Alain Naze, « Manifeste contre la normalisation gay », que je pensais être dans la lignée de l’ouvrage sus cité. Loin de là…Certes l’auteur cite marginalement les conséquences négatives de la « normalisation gay », avec la disparition progressive des lieux de drague que favorisait la clandestinité et des quartiers gays et l’exclusion de ceux qui donnent une « mauvaise image » de nous (les folles), en d’autres termes la marche vers notre « invisibilité », mais ce n’est pas là le cœur de son propos.

Notre auteur se présente en fait comme un militant nostalgique du FHAR des années 70 (voir billet précédent), quand ce mouvement voyait l’homosexualité comme fer de lance de la révolution, mais contaminé de surcroit par l’islamo gauchisme… Les organisations LGBT, peu suspectes pourtant de dérive droitière, sont ainsi accusées de favoriser l’homophobie en exportant la notion d’identité homosexuelle dans des régions où elle n’existe pas, en un mot de colonialisme! Rejetant « l’essentialisme », dans la lignée de ceux qui considèrent que l’homosexualité n’existait pas en Grèce, il suppose que celle des pays émergents serait « d’une autre forme » que celle du modèle occidental.  Dans le même esprit il s’insurge contre la pression de l’homosexualité blanche (pas si loin en fait du « male blanc » de Macron !) en faveur du « outing », combat qui ne recoupe pas celui de la plèbe, qui aurait peu de raison de se reconnaitre dans les manifestations favorables au mariage pour tous. La référence à Guy Hocquenghem (dont Edouard Louis serait l’héritier spirituel ?) est omniprésente. Alain Naze n’est pas isolé : un récent colloque à l’université de Nanterre, en plein blocage, avait pour contenu "l'homoracialisme", "l'impérialisme gay" ou encore "l'extrême gauche blanche"...

 

Ce pamphlet sectaire n’interroge jamais la notion même de normalisation, qui n’était pour les auteurs d’ « Homographies » (l’absence de la référence à cet ouvrage est stupéfiante : http://limbo.over-blog.org/article-adapte-toi-a-notre-homophobie-ou-de-l-heterosexualisation-de-l-homosexualite-109687347.html) qu’un leurre, un épisode peut être éphémère de notre histoire, réversible, tant l’homophobie est profondément enracinée chez l’hétérosexuel, masquée par un comportement compassionnel un peu similaire à celui plus récemment développé pour l’espèce animale…Dans une optique inverse, celle de William Marx dans son « Savoir Gai » dont j’ai rendu compte dans un billet récent, beaucoup plus optimiste, notre normalisation est impossible tant le « regard gay » diffère de celui de l’hétérosexuel et loin de nous faire rentrer dans le rang « hétérosexuel » quant à nos pratiques sexuelles (que le très beau film de Christophe Honoré, « Plaire, aimer et courir vite » illustre à merveille) la loi sur le mariage homosexuel pourrait au contraire influencer celle des hétérosexuels….

 

Lundi dernier, assistant au repas de la section parisienne de l’amicale des anciens élèves de Sainte Marie Grand Lebrun, où je fis toutes mes études, en présence d’un prêtre, le provincial de l’ordre des Marianistes, au moment des présentations, où pour la première fois (la dernière réunion remontant à 5 ans), je déclinais un « marié sans enfants », dont mon alliance témoignait,  à la place de mon habituel « célibataire », je me demandais ce que je répondrais si on me posait une question « indiscrète » sur ce mariage récent….Normalisation, tu n’es pas au bout du chemin…..

Partager cet article
Repost0
7 mars 2018 3 07 /03 /mars /2018 15:07

L’intitulé de ce blog, « regard d’un gay », ne suggérait-il pas une façon « d’être au monde » spécifique de l’homosexualité, marquée par l’emprise de l’orientation de son désir ? Au royaume du désir gay, contrairement à l’affirmation sartrienne, « l’essence précède l’existence » (http://limbo.over-blog.org/article-l-homosexualite-essence-ou-construction-45613197.html), au point même de la  pourrir chez ceux qui n’arrivent pas ou ne peuvent pas l’assumer. Il n’est donc pas étonnant que je me sois engagé avec empressement dans la lecture de cet essai de William Marx, « Un savoir gai » qui affirme que « Le sexe est chose mentale…(qui) colore notre vision du monde) ».

 

Les pages qui décrivent le chemin qui mène à la prise de conscience de sa « nature » dans un monde longtemps, et bien souvent encore, façonné selon une identité sexuelle qui n’est pas la sienne, m’ont ramené à celui qui fut le mien.  Jalonné de nombreuses stations, sans aller jusqu’à s’apparenter à un chemin de croix – tel celui narré par Dominique Fernandez dans « l’Etoile Rose » - il n’en fût pas moins fort long jusqu’à ce que je puisse poser un nom sur ce que j’étais : « homosexuel ». Le souvenir de certaines étapes en est encore fort présent : enfant je limitais, dans la mesure où je le pouvais, les invitations féminines lors des « gouters » qu’organisaient mes parents ; élève à peine pubère d’une institution catholique, les vestiaires constituaient pour moi le seul attrait des activités sportives et lors des « retraites » organisées par le collège j’attendais avec impatience le moment du si troublant du déshabillage de mes camarades au dortoir ( dois-je regretter qu’aucun prêtre, frère ou éducateur n’ai jamais eu pour moi le moindre comportement initiateur ?); adolescent, mes amitiés trop envahissantes pour certains de mes camarades de classe les ont parfois irrités ; adolescent encore  ma pratique éphémère du football fut bien plus dictée par l’attrait des douches collectives que par le plaisir de ce sport ; jeune adulte enfin, me précipitant dans les salles qui projetaient du « porno » au moment de la libération de la censure par Michel Guy, ministre de Giscard, mes battements cardiaques redoublaient à la vision des sexes masculins tandis que les scènes de lesbiennes m’exaspéraient…Sans oublier les lectures comme celles de « la ville dont le prince est un enfant », ou les films comme « les désarrois de l'élève Törless »…

 

Il s’en est fallu de peu que cette prise de conscience fut moins longue, lorsqu’à 17 ans, proposant à Michel, un de mes camarades de classe, à faire une partie de strip-poker, pris de tremblements incoercibles quand sa main se posa sur mon sexe, au bord de la jouissance, je mis fin au divertissement. Bouleversé par ce que j’avais ressenti, paniqué à l’idée que cela se reproduise, je refusais à plusieurs reprises ses propositions. Il se lassa et je ne le revis plus. Est-ce à lui que je pensais lorsque des années plus tard, à l’écoute de la chanson de Gerard Lenorman, « Michèle », qui me toucha tant, j’entendais « Michel »?  Etrangement, je ne saurais dire précisément quand, entre cette occasion gâchée et mon premier rapport sexuel, quelques années plus tard (http://limbo.over-blog.org/article-ma-premiere-fois-pour-son-malheur-44231829.html), je fis mon coming-out « intérieur », probablement parce que ce fut un lent processus.

 

Ce coming-out « intérieur » en précéda bien d’autres, le « sexuel », puis le « familial » moins d’un an après, avant de s’étendre assez rapidement à mon entourage privé ou professionnel, dans la foulée du vent de liberté qui a soufflé au début des années Mitterrand, allant même jusqu’à participer à la création d’un mouvement associatif homosexuel sur Bordeaux et à une émission de radio. Ma participation à ma première Gaypride à la fin des années 80 en fut l’accomplissement, en accord avec ce qu’en dit William Marx, l’affirmation de notre différence et de notre appartenance à une communauté dans toutes ses composantes, y compris celles qui « donnent une mauvaise image de l’homosexualité » aux yeux de ceux d’entre nous inconsciemment homophobes.

 

Ce livre dit tant d’autres choses sur notre condition, recoupant bien des billets de ce blog, sur la pédophilie, sur nos pratiques sexuelles, sur notre rapport au couple, le mariage, en fait sur tout ce qui met mal à l’aise les hétérosexuels, aussi tolérants soient il, parce que leur est ainsi révélé, mis sous les yeux, tout ce à quoi leur sexualité n’a pas accès, « bridée par la tradition ».

 

Un désaccord toute fois avec l'auteur quant à son interprétation du désir mimétique qu'il semble décrire comme non applicable au désir homosexuel puisque le jeune gay "n'imite pas le désir de ses parents". Cette interprétation de  René Girard est erronée. Ce dernier a bien montré dans "Des choses cachées depuis la fondation du monde" que le désir homosexuel fonctionnait exactement de la même façon que celui hétérosexuel,sur le mode mimétique, mais bien entendu dans son champ "biologique", celui de l'attirance pour le même sexe.

 

On pourrait aussi regretter une vision un peu trop personnelle de l’auteur, négligeant quelque peu les différences de sensibilité quant à la question gay telles qu’elles se sont exprimées dans « Correspondance indiscrète », le livre de Dominique Fernandez et Arthur Dreyfus ou un chapitre inutile et peu convaincant sur l’homosexualité putative du Christ.

 

PS : à signaler le court roman de Arthur Cahn, « Les vacances du petit Renard », qui narre les élans amoureux d’un adolescent de 14 ans pour un quadragénaire et qui pourrait s’intituler : « comment utiliser (mal) Grindr ».

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2018 5 19 /01 /janvier /2018 11:01

Lorsque j’ai rédigé mon dernier billet, je n’avais pas encore lu l’excellent roman de Patrice Jean, « l’homme surnuméraire », passé pratiquement inaperçu dans la rentrée littéraire, sans doute trop politiquement incorrect pour intéresser les jurys des prix, découvert un peu par hasard à l’écoute d’une chronique littéraire sur Europe n°1. Cette histoire, presque Houlbecquienne, de deux hommes, l’un subissant la domination féminine, l’autre le pédantisme de milieux universitaires que fréquente sa femme, pousse jusqu’au bout la logique de cette société du contrôle dont je parlais précédemment, décrivant uns société où l’on irait même jusqu’à republier les classiques de la littérature en les expurgeant de tous les « interdits de dire » de la bien-pensance. Science-fiction ? Surement pas, ne vient-on pas de voir « Carmen » récrite pour complaire au féminisme, ou Gallimard mis au pilori pour son projet de publication des pamphlets antisémites de Celine et ceux qui tentent de dire « ça suffit » comme Catherine Deneuve se font lyncher….

 

Quittant ce monde où l’homme est « de trop », j’ai récemment vu deux films montrant l’éveil à l’homosexualité, celui d’un jeune prolétaire dans « Marvin ou la belle éducation » et celui d’un campagnard dans « Seule la terre ». Anne Fontaine a entrepris une très libre adaptation du livre d’Edouard Louis (http://limbo.over-blog.org/2014/02/histoires-de-nos-sexualit%C3%A9s.html), au point que ce dernier demande de retirer son nom du générique. Elle en donne une version façon « Billy Elliot », ne gardant en fait du roman que l’enfance prolétarienne, partie qui souffre d’un traitement quelque peu caricatural du milieu familial, avant de donner une vision à la limite du cliché des milieux gays parisiens, notamment la rencontre de Marvin avec le pygmalion quinquagénaire friqué incarné par Charles Berling qui sonne faux, avec un abord de l’homophobie un peu trop didactique (qu’elle soit un racisme qui se prolonge au sein même de la famille a été exposé avec plus de talent dans « ses chroniques achriennes » par Renaud Camus, en un temps où l’homosexualité l’occupait bien plus que sa paranoïa du « grand remplacement ». Les deux interprètes de Marvin, Jules Porier et Finnegan Oldfield n’en sont pas moins remarquables.

 

Le film de Francis Lee, « Seule la terre », m’a bien plus ému. Cette chronique paysanne, filmée dans des paysages magnifiques, conte l’histoire de Johny, jeune agriculteur portant sur ses épaules la responsabilité du fonctionnement de l’exploitation de son père, âgé et infirme, et qui noie sa solitude dans des virées nocturnes fortement alcoolisés où il satisfait ses pulsions homosexuelles non assumées en sodomisant des jeunes gens, à la va vite et sans la moindre tendresse, dans les toilettes des bars. Le recrutement par son père d’un travail saisonnier roumain, lui faisant découvrir l’amour, va transformer le regard que cet être sauvage et replié sur lui-même portait sur son entourage jusqu’à en adoucir ses traits et admettre sa sexualité. Ce film est remarquable par sa capacité à éviter tous les clichés sur l’homosexualité notamment dans la magnifique et surprenante réaction des parents. L’occasion de signaler une autre histoire d’amitié, hétérosexuelle celle-ci, entre deux jeunes montagnards, avec l’excellent prix Medicis étranger, « Les huit montagnes ».

 

 

Je ne résiste pas, en conclusion de ce billet, à faire part du petit pincement de cœur que j’ai eu en retrouvant, certes bien vieilli, le personnage de Luke Skywalker. Il y a plus de 40 ans je revoyais 11 fois en quelques semaines le premier opus de la série (devenu le n°4 de la saga), en partie parce que le jeune homme que j’étais alors, encore puceau, était tombé sous le charme de Mark Hamill, l’acteur qui tenait le rôle.

 

Mes meilleurs vœux aux lecteurs de ce blog.

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 15:29
Une mémoire "gay"

Il y a 5 ans, dans un billet intitulé «Une mélancolie gay» (http://limbo.over-blog.org/article-une-melancolie-gay-47494201.html), j’avais tracé l’évolution de la géolocalisation de la visibilité gay à Paris, autrement dit de nos « territoires », non sans m’interroger sur ce que l’avenir nous réservait : «La flèche du temps, celle du droit à l’indifférence, nous amènera-t-elle, comme pour notre univers selon certaines hypothèses, du big bang au big crunch, de la visibilité à l’invisibilité, retour à l’isolement initial?». Lorsque j’ai écrit ce billet, si j’avais eu connaissance des études sociologiques de plusieurs intellectuels espagnols dont j’ai rendu compte (http://limbo.over-blog.org/article-adapte-toi-a-notre-homophobie-ou-de-l-heterosexualisation-de-l-homosexualite-109687347.html), j’aurais sûrement relié cette évolution territoriale aux étapes qu’ils ont identifiées de la constitution de l'identité gay à la fin du 20è siècle.

La rue Saint Anne symboliserait ainsi la période pré-gay qui se clôt avec l’élection de François Mitterrand et la rue des Archives la période gay, dont le déclin date de l’adoption du Pacs et qui s’est éteinte avec l’élection de François Hollande et le « mariage pour tous ». La période post gay s’annonçant comme celle de la déterritorialisation et des réseaux sociaux, elle n’aura donc probablement pas sa rue. Libération, il y a quelques semaines, titrait « le gay passé », à propos de transformation accélérée du Marais, qui voit peu à peu se fermer ses commerces gay ou gayfriendly, au profit de boutiques « prêt à porter » haut de gamme, sous l’impulsion du BHV? On en connait les raisons : les gays ont accéléré la rénovation de ce quartier favorisant l’explosion des prix de l’immobilier et des loyers au-delà de leurs moyens et les nouvelles générations, de mieux en mieux « intégrées », ne ressentent plus la nécessité de se regrouper dans des lieux communautaires. Le Cox, dont la fermeture marquerait sans doute le signal de la fin d’un des derniers « villages gays» en terre chrétienne – y en a-t-il jamais eu ailleurs ?- a célébré son anniversaire par un décor provocateur où un panneau « vendu » s’accompagnait d’un relookage du bar sous un décor, « Charnel », parodie d’une marque de haute couture. Paris n’est pas un cas isolé, Soho à Londres subit la même évolution et Castro à San Francisco ou Greenwich à New York se sont éteints il y a déjà des années. Les auteurs de ces messages récurrents- «cherche mec hors milieu»- qui fleurissent sur les profils internet, ne semblent pas s’être rendu compte de leur anachronisme….

Le billet « une mélancolie gay » témoignait d’une certaine nostalgie de ces folles années 80, bientôt les années Sida, de leur vent de libération sexuelle, de leur musique, de ma jeunesse peut-être…Le racisme antivieux - «j’ai déjà un père»- qui caractérise nombre de lieux gays aurait pu me laisser indifférent à leur extinction progressive, mais si j’ai moi-même participé de ce mouvement de désertification, ne fréquentant plus les saunas, les lieux de drague en plein air et de moins en moins souvent les bars « sexe », c’est au profit d’une addiction croissante à internet amplifiée par l’apparition de Grindr et de ses clones, la multiplication des possibilités compensant ainsi largement le déficit de séduction lié à l’âge, sans parler des économies de temps et d’argent.

La déterritorialisation a ses limites. La fréquentation assidue des réseaux sociaux ne pouvant satisfaire ce manque créé par l’absence du regard de l’autre, nombre d’entre nous ont retrouvé -je fréquente à nouveau les saunas- ou retrouveront le chemin des lieux de rencontres. Il arrive même qu’il s’en crée de nouveaux, fort inattendus et insalubres, au Front National, qui est le siège d’une arrivée massive de gays au point que certains se plaignent de harcèlement sexuel...

Heureusement certains livres constitueront la mémoire de ces temps révolus, notamment le premier roman d’Alan Hollinghurst, La piscine-bibliothèque, qui vient de reparaître dans une nouvelle traduction. Ce classique de la littérature gay nous conte, au début des années 80, la mise en relation de deux générations, celle d’un un vieil homme ayant vécu à une époque où il était illégal d’être gay – le film « Imitation Game », sur la vie d’Alan Turing, vient d’en donner une illustration bouleversante- et d’un jeune dandy fortuné.

« Cela vous ennuie qu’on parle de vous comme d’un «écrivain gay» ?

Je ne prétends pas ne pas l’être. Mais le but de n’importe quel mouvement de libération est, in fine, de ne plus avoir besoin d’exister. En fait, l’Enfant de l’étranger est mon premier roman à ne pas avoir été décrit comme un livre «gay».»

(Interview d’Alan Hollighurst à libération en septembre 2013 à propos de la sortie de son dernier roman)

Partager cet article
Repost0